A propos de la violence

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme chacun sait, nous vivons dans une société de plus en plus violente, et le nombre d’assassinats, de crimes et d’agressions ne cesse d’augmenter, au point que les écoles, les collèges et les lycées sont désormais touchés. Malheureusement, l’actualité nous le rappellent. Beaucoup s’interrogent sur les causes de cette situation à la fois dramatique et préoccupante. Nombre de raisons, fondées au demeurant, sont évoquées : misère sociale, sentiment de frustration, impression d’insécurité, échec scolaire, etc.

Comme la plupart des Rose-Croix, je pense que la cause majeure de la violence est la violence elle-même, laquelle est exaltée à la télévision et au cinéma, sans parler d’internet et des jeux vidéo. Il me semble évident que cette violence “gratuite“ ne peut qu’entretenir et développer celle qui sévit quotidiennement dans la société, à tel point que certains crimes et délits s’inspirent de scènes vues sur le petit ou le grand écran. Prétendre qu’elle sert d’exutoire et évite le passage à l’acte est un non-sens qui ne fait que la justifier et la banaliser.

Pour éradiquer la violence, il ne suffit donc pas de lutter contre les inégalités, les discriminations, les frustrations, les échecs, etc. Il faut également faire en sorte qu’elle ne soit plus aussi présente dans les films et autres supports vidéo. Certes, nul n’est obligé de regarder ce genre de film ou de s’adonner à des jeux violents, mais dès lors qu’ils sont proposés au grand public, on doit bien se douter que des milliers, voire des millions de personnes (adultes, adolescents et enfants) le feront, avec tout ce que cela comporte de négatif pour eux-mêmes et pour la société.

Malheureusement, la violence est devenue un produit Marketing qui a fait d’elle une culture. Le seul moyen de l’éradiquer, en supposant que cela soit encore possible, est de promouvoir une culture de la non-violence, comme Nicolas Roerich, célèbre Rose-Croix, l’avait préconisé au début du XXe siècle. Cela devrait se faire dès le plus jeune âge, au sein de la famille et de l’école, ce qui pose tout le problème de l’éducation. Hélas, celle-ci est depuis trop longtemps en perdition. Il est grand temps que les parents se ressaisissent dans ce domaine et réinculquent à leurs enfants les valeurs indispensables à la vie en société, parmi lesquelles le respect de l’autre.

En juillet 2011, j’ai lancé sur ce blog un « appel à la non-violence ». Il est toujours actuel. Aussi, si vous-même souhaitez y répondre favorablement, il vous suffit de demander à ce que votre nom soit inscrit sur la liste prévue à cet effet.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+