A propos du spiritisme

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme vous le savez certainement, le spiritisme est la pratique qui consiste à contacter les esprits des défunts, généralement à plusieurs, autour d’un guéridon ou d’une table ronde, au moyen d’incantations ou d’évocations. Certains s’adonnent à cette pratique pour se prouver que l’au-delà existe ; d’autres pour recevoir des messages d’un être cher qui les a quittés et acquérir ainsi la certitude qu’il n’est pas “mort“ ; d’autres encore dans le seul but de vivre des “sensations fortes“ et de “se faire peur“, sans parler des “voyants“ qui disent l’utiliser pour obtenir des visions sur l’avenir par esprit interposé…

Si le spiritisme est une pratique aussi ancienne que le monde, il est devenu une “science occulte“ au XIXe siècle sous l’impulsion d’Allan Kardec (1804-1869). Celui-ci en fit le fondement d’un système de pensée prônant le contact avec les esprits pour recevoir par leur intermédiaire des révélations sur les mystères de la vie et de la mort. Auteur de plusieurs livres, il a encore des adeptes à travers le monde. Je me souviens les avoir lus lorsque j’étais adolescent, mais nombre de points évoqués me semblaient en contradiction avec l’idée que je me faisais de l’après-vie.

Est-ce à dire que je ne crois pas à la possibilité de contacter les esprits des défunts ? En fait, je suis convaincu que cela est possible, mais de mon point de vue, le spiritisme n’est pas le meilleur moyen d’y parvenir. Je pense même que cela n’est pas fiable, car rien ne prouve que les esprits contactés sont ceux qu’ils disent être, d’autant plus qu’à les “entendre“, il s’agit toujours de personnalités célèbres. C’est à croire que les gens plus “ordinaires“ n’ont pas d’esprit ou refusent d’être contactés. Par ailleurs, si vous admettez le principe de la réincarnation, le spiritisme ne peut nous mettre en contact avec Cléopâtre, Jules César, Jeanne d’Arc, Napoléon, Victor Hugo, etc., car ils se sont réincarnés depuis.

Par ailleurs, le spiritisme peut s’avérer dangereux, car parmi ceux qui s’y adonnent, certains sont trop sensibles, trop impressionnables ou trop vulnérables psychiquement. Dès lors, ils s’ouvrent à des énergies ou à des plans de conscience qu’ils ne maîtrisent pas et courent le risque d’en être affectés et perturbés durablement. Outre qu’il n’est pas fiable quant aux contacts établis, le spiritisme présente donc un danger réel si l’on manque d’équilibre ou de préparation. C’est pourquoi l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix a toujours déconseillé de se livrer aux pratiques spirites, que ce soit individuellement ou collectivement.

D’un point de vue rosicrucien, le meilleur moyen de contacter les âmes (plutôt que les esprits) des défunts consiste, non pas à les faire “descendre“ vers nous au moyen d’incantations ou d’évocations proférées à plusieurs, mais à s’élever seul en conscience vers elles, à l’aide de méditations effectuées dans ce but. Certes, une telle communion spirituelle est difficile à réaliser, mais elle est fiable et sans danger. C’est cette méthode que les Rosicruciens utilisent depuis des siècles pour tenter de contacter les êtres chers qui les ont précédés dans l’au-delà.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+