A propos du réchauffement climatique

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

La grande majorité des scientifiques s’accordent à dire que le réchauffement climatique n’est plus une hypothèse, mais une réalité. Les mesures régulières effectuées dans ce domaine montrent que les températures moyennes ont augmenté de plusieurs degrés sur l’ensemble de notre planète. C’est ce qui explique notamment que la calotte glaciaire se réduit d’année en année et se fractionne en d’énormes icebergs dérivants, et que nombre de glaciers fondent graduellement, certains étant même en voie de disparition.

Parallèlement à ce réchauffement avéré, chacun est à même de constater que les catastrophes naturelles se multiplient sur tous les continents, avec son lot de cyclones, de tempêtes, d’intempéries, d’inondations, de sécheresse, etc. Malheureusement, tous ces désordres naturels ont des conséquences dramatiques sur les populations et font de plus en plus de victimes, sans parler des dégâts matériels qui se chiffrent à des coûts exorbitants. J’ajouterai, et l’on n’y pense pas suffisamment, qu’ils ont des conséquences désastreuses sur la flore et la faune. En effet, combien d’animaux sauvages et domestiques disparaissent chaque fois dans des souffrances terribles ?

Pour la plupart des scientifiques, il ne fait aucun doute que les désordres naturels qui se succèdent sur l’ensemble de la planète sont la conséquence du réchauffement climatique. La majorité d’entre eux pense également que ce réchauffement est, sinon provoqué, du moins accéléré par l’activité humaine, notamment par l’émission de gaz “à effet de serre“, la déforestation excessive, la pollution des sols et des océans, etc. En toute hypothèse, l’homme aurait donc une grande part de responsabilité dans l’élévation des températures à la surface du globe et, parallèlement, dans la multiplication des intempéries.

Certes, quelques scientifiques ne partagent pas cette analyse et affirment que le réchauffement climatique comme les désordres qui l’accompagnent résultent de causes purement naturelles, indépendantes de l’activité humaine. Selon eux, ce réchauffement et ces désordres s’inscrivent dans l’évolution de la Terre, à l’instar des changements qu’elle a connus depuis qu’elle existe et dont certains correspondent à des âges géologiques et climatologiques. En supposant que ces quelques scientifiques aient raison, je pense néanmoins que dans le doute, nous ne devrions pas nous abstenir de mettre un terme à tous les maux que nous faisons subir depuis trop longtemps à notre planète, et qui ne peuvent qu’entraîner des réactions de sa part.

Les choses étant ce qu’elles sont, la sauvegarde et la préservation de la Terre devrait être une cause à laquelle tous les gouvernements et tous les peuples devraient souscrire. En effet, il semble évident que si l’humanité persiste à ne pas la respecter et à l’exploiter jusqu’à l’extrême, il viendra nécessairement un moment où elle deviendra invivable pour la plupart des êtres humains. Et contrairement aux générations passées, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. C’est pourquoi l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix a publié dernièrement un « Plaidoyer pour une écologie spirituelle ».

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+