A propos de la théorie du complot

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Au cours de ces dernières décennies, la «théorie du complot» n’a cessé de se développer à travers les réseaux sociaux et fait de nos jours des millions d’adeptes à travers le monde. D’une manière générale, cette théorie, devenue une vérité pour ceux et celles qui y croient, laisse entendre qu’il existe des groupes d’individus qui s’emploient à orienter la marche du monde au moyen de pressions et d’actions diverses, au besoin en ayant recours à des actes criminels : enlèvements, assassinats, attentats, sans parler de l’usage pervers qu’ils feraient de l’intimidation, du chantage et autres formes de manipulation.

La théorie du complot est particulièrement influente chez les personnes qui ont tendance à chercher des boucs émissaires pour expliquer l’origine des difficultés sociales, économiques ou autres auxquelles elles sont confrontées dans leur existence. Dans un passé relativement récent, certains ont fait du complot judéo-maçonnique, c’est-à-dire fomenté par des Juifs francs-maçons (ou par des Francs-Maçons juifs) la cause de tous leurs maux. Malheureusement, il y a toujours des esprits faibles et manipulables qui se laissent convaincre par ce genre de rumeurs lancées le plus souvent par quelques individus ayant un intérêt à le faire et qui, en fait, sont les vrais comploteurs.

Personnellement, je n’ai jamais cru à la théorie du complot. Certes, il y a des groupes d’individus qui utilisent des réseaux et font du lobbying pour défendre leurs intérêts. C’est une pratique qui existe dans tous les secteurs de la société : politique, économique, technologique, scientifique, artistique, religieux, sportif, etc. On peut le regretter, mais penser que ces groupes cherchent à contrôler le monde et qu’ils utilisent pour cela les méthodes les plus criminelles me semble très excessif. Il est “naturel” de se regrouper et de s’unir pour obtenir satisfaction ; c’est là une expression de l’instinct grégaire. Y voir systématiquement une conspiration et un désir malsain de comploter contre le reste du monde n’a pour moi aucun sens.

L’observation montre que les adeptes du complotisme l’utilisent le plus souvent à l’encontre des personnes qu’ils n’aiment pas en raison de leur nationalité, de leur ethnie, de leur culture, de leur profession, de leur religion, de leur philosophie, de leurs idéaux… Au lieu de chercher à les comprendre et à les connaître, ils préfèrent les stigmatiser et les rendre responsables de ce qu’ils réprouvent dans le fonctionnement de la société. Vue sous cet angle, la théorie du complot est une posture idéologique et sectaire qui permet de justifier la discrimination et autres formes d’exclusion. Dans les cas extrêmes, elle traduit une forme de paranoïa chez ceux qui la soutiennent.

Le domaine de l’ésotérisme est lui aussi la cible de certains adeptes du complotisme. C’est ainsi qu’il existerait selon eux une «Grande Fraternité Noire», formée d’occultistes qui s’emploieraient, au moyen de pratiques aussi obscures que secrètes, à répandre le mal parmi les hommes. En cela, elle agirait en opposition avec la «Grande Fraternité Blanche», formée d’Initiés qui œuvreraient au service du bien. On est là dans le fantasme. Il est vrai que le monde est malheureusement chaque jour le théâtre d’événements tragiques, dramatiques, criminels…, mais la grande majorité d’entre eux ont leur cause dans les comportements individuel et collectif de l’être humain. Les autres relèvent d’une notion que nous avons tendance à rejeter ou à refuser, et qui n’a rien de complotiste : la fatalité.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+