A propos de l’avènement d’un gouvernement mondial

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Dans la Positio Fraternitatis Rosae Crucis, Manifeste que l’A.M.O.R.C. a publié en 2001 et que des historiens de l’ésotérisme situent dans la lignée des trois Manifestes que les Rose-Croix ont fait paraître au tout début du XVIIe siècle (Fama Fraternitatis, Confessio Fraternitatis, Noces chymiques de Christian Rosenkreutz), on peut lire : « Nous souhaitons qu’il existe un jour un Gouvernement mondial représentatif de toutes les nations, dont l’O.N.U. n’est qu’un embryon. » Je partage pleinement ce souhait, et je suis convaincu que sa réalisation serait très bénéfique à l’humanité.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire et de l’écrire, la mondialisation est un processus qui était inéluctable ; on peut même dire qu’il était inscrit dans l’histoire de l’humanité. En effet, depuis leur apparition sur Terre, les êtres humains ont toujours été enclins à étendre leur territoire. Cette inclination naturelle les a conduits à entrer en contact avec d’autres clans, d’autres communautés, d’autres villages, d’autres villes, d’autres pays, d’autres continents. Malheureusement, cela s’est fait le plus souvent de manière vindicative, avec l’intention d’envahir et de conquérir. C’est la raison pour laquelle tant de guerres et de conflits ont jalonné l’histoire de l’humanité.

Le développement des moyens de transport et de communication ont fait que la plupart des pays du monde entretiennent désormais des relations, bon gré mal gré. Avec l’apparition d’Internet et des réseaux sociaux, cette mondialisation des relations humaines s’est étendue aux citoyens eux-mêmes, de sorte que notre planète est devenue un seul pays. Il me semble évident que sauf catastrophe généralisée (guerre planétaire, cataclysme écologique, “super bug” informatique, etc.), un retour en arrière n’est ni possible ni souhaitable. Il est donc inutile de s’opposer à la mondialisation, d’autant plus qu’elle est un facteur de rapprochement entre les hommes, et donc de fraternité et de paix.

Est-ce à dire que la mondialisation, telle qu’elle s’exprime actuellement, est idyllique ? Évidemment non, ce qui explique pourquoi de nombreuses personnes, tous pays confondus, s’y opposent avec vigueur. Ils la rendent notamment responsable de la crise socio-économique qui sévit un peu partout dans le monde, avec ce qui en résulte en termes de délocalisation, de compétitivité, de chômage, de précarité, etc. Précisément, le meilleur moyen de faire en sorte qu’elle bénéficie à tous les peuples et soit un vecteur d’humanisme est de mettre en place un Gouvernement mondial disposant du pouvoir politique nécessaire pour mettre l’économie au service de l’homme, et non l’inverse, comme cela a été fait jusqu’à présent.

L’idée que les Rose-Croix se font d’un Gouvernement mondial est donc fondamentalement humaniste et n’a rien à voir avec ce qu’en disent les adeptes du “complot international” et autres thèses idéologiques du même genre. Voici d’ailleurs ce qui est dit à son sujet dans les Prophéties des Rose-Croix, publiées en 2012 : « Le XXIe siècle verra l’avènement d’un Gouvernement mondial, dont  l’Organisation des Nations Unies (O.N.U.) n’est qu’un embryon. Il sera formé par les dirigeants de toutes les nations, lesquels seront élus en tous pays de façon démocratique. Chacun d’eux aura les mêmes devoirs au sein de ce gouvernement planétaire, étant entendu qu’il ne se substituera pas aux gouvernements nationaux et ne portera pas atteinte à leur souveraineté. Il aura essentiellement pour but de garantir la paix entre les peuples et de faire en sorte que la mondialisation de l’économie soit un facteur de prospérité pour tous. Dès lors, la politique puisera son inspiration dans la philosophie, c’est-à-dire, littéralement, dans l’“amour de la sagesse”. En cela, elle sera un vecteur d’humanisme. »

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+