À propos du jeu « Squid game »

« Squid game »

Qui n’a pas entendu parler de « Squid game », série télévisée sud-coréenne qui, à ce jour, a été suivie à travers le monde par environ 150 millions de téléspectateurs, un reccord absolu dans ce domaine ? Le succès est tel que son créateur s’en est félicité. Sous la pression des fans, il a même annoncé qu’une “saison 2” verra prochainement le jour. Bien qu’interdite aux moins de 16 ans, il est évident que cette série a été vue par des enfants beaucoup plus jeunes. Par ailleurs, la publicité qui en a été faite sur internet et à travers les médias classiques n’a fait qu’amplifier l’engouement pour ce “jeu”.

Le reflet de notre époque

Sans vouloir paraître moralisateur, je pense que « Squid game » est le reflet de notre époque, dans ce qu’elle a de plus préoccupant sur le plan sociétal. En effet, d’après la description qui en a été faite à travers nombre de médias et que l’on trouve sur internet (je me refuse à regarder cette série pour juger par moi-même), le principe est le suivant : enfermés dans un lieu plus ou moins secret et surveillés par des gardiens anonymes portant un masque, plusieurs centaines de personnes endettées, plus ou moins kidnappées, sont “invitées” à s’éliminer à travers des “jeux d’enfants”, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une, laquelle héritera d’une somme d’argent colossale. Cynisme, violence, cupidité, convoitise, égoïsme individualisme… sont donc les ingrédients de ce jeux.

Réactions et débats

Comme on pouvait s’y attendre, « Squid game »  a suscité des réactions et des débats. Là aussi, les propos tenus sont très révélateurs de notre époque. Si certains observateurs ont condamné ce jeu, le qualifiant de « violent et immoral », d’autres considèrent qu’il est un moyen de dénoncer les travers négatifs de notre époque. Personnellement, et probablement comme la plupart des Rose-Croix si ce n’est tous, j’y vois au contraire une manière de les banaliser, voire de les exalter. C’est tellement vrai que des enfants (de moins de seize ans) ont imaginé des jeux inspirés de cette série et en ont fait un divertissement dans les cours de récréation, le but étant d’éliminer violemment et avec cynisme leurs camarades. En toute innocence ou non, ils sont passés de la fiction à la réalité.

« Mettre en valeur ce qu’il y a de meilleur chez l’être humain »

De mon point de vue, il devrait y avoir consensus à propos de ce jeu, comme à propos de tous ceux qui mettent en scène les faiblesses et les bassesses de la nature humaine. Dans l’idée que je me fais de la société, on devrait plutôt mettre en valeur ce qu’il y a de meilleur chez l’être humain, c’est-à-dire les sentiments et les comportements fondés sur la bienveillance, la compassion, l’honnêteté, l’humilité, la non-violence, la tolérance, la coopération… Ce faisant, il me semble évident que la société dans son ensemble s’améliorerait dans l’intérêt de tous et de chacun. De même, ce n’est pas la sexualité et encore moins l’obscénité qui devraient s’afficher sur les écrans de cinéma, de télévision ou de jeux vidéos, mais l’amour et ce qu’il génère de plus positif et de plus noble chez les êtres humains.

Une société de plus en plus libertaire

Pourquoi y a-t-il tant de films et de jeux violents et obscènes ? Parce que notre société est devenue de plus en plus libertaire et carencée en matière d’éducation. De ce fait, il existe en potentiel un public de plus en plus large pour les regarder, avec tout ce que cela implique en termes de profits financiers. C’est donc la cupidité qui conduit certains individus à mettre leur intelligence au service de la violence et de l’obscénité, et c’est le manque d’éducation et d’éthique qui conduit des millions de personnes à s’en nourrir. La liberté d’expression étant devenue quasiment illimitée dans nombre de pays, interdire ces jeux (et pas uniquement aux moins de 16 ans) serait perçu comme une abominable censure. Pourtant, il ne fait pour moi aucun doute que la violence génère la violence, l’obscénité l’obscénité, le cynisme le cynisme…, jusqu’à entraîner une déliquescence des mœurs de plus en plus difficile à juguler.

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin