A propos des armes

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme chacun sait, l’histoire de l’humanité est jalonnée de guerres et de conflits au cours desquels les combattants se sont entretués au moyen d’armes de plus en plus sophistiquées et meurtrières. À l’époque préhistorique, ils utilisaient généralement des massues, des haches et des lances, auxquels vinrent s’ajouter par la suite des arcs, des épées, des arbalètes et autres catapultes. Puis ce sont les canons, les fusils, les pistolets, les grenades, les bombes… qui firent leur apparition, augmentant chaque fois le nombre de morts et de blessés graves, handicapés à vie pour certains.

On peut naturellement se demander pourquoi il y a eu tant de guerres et de conflits au cours des âges. D’une manière générale, c’est parce qu’il y a toujours eu, parmi ceux qui détenaient le pouvoir politique ou religieux, des individus obnubilés par le pouvoir et la gloire, au point d’entraîner les peuples et leurs armées dans des tueries et des massacres plus désastreux les uns que les autres. Je pense en effet que la très grande majorité des êtres humains aspirent à vivre en paix, mais qu’ils sont manipulables et peuvent, plus ou moins malgré eux, se laisser aller à faire la guerre ou à soutenir ceux qui la font. Il faut dire aussi qu’on ne leur laisse pas toujours le choix.

Il est évident que s’il n’y avait pas d’armes (j’entends celles qui sont fabriquées dans le but délibéré de tuer des êtres humains), les conflits et les guerres feraient beaucoup moins de victimes. Certes, je sais parfaitement que l’on peut tuer ou blesser gravement quelqu’un au moyen d’une massue, d’un couteau ou d’une machette, mais évidemment pas dans les mêmes proportions qu’avec des armes automatiques, des grenades ou des bombes. Je pense également que le seul fait de fabriquer en quantité des armes toujours plus meurtrières entretient l’idée même de la guerre et la favorise. Mais chacun sait que c’est là un créneau commercial très lucratif, à tel point que les gouvernements, tous pays confondus, s’en félicitent…

Comme nombre de Rosicruciens et autres pacifistes, je rêve d’un monde sans armes, ou plutôt d’un monde où elles ne seraient pas en vente libre et ne seraient pas fabriquées à la chaîne pour équiper les armées en guerre. Cela suppose que ceux et celles qui dirigent les pays s’opposent à leur fabrication en nombre et ne les perçoivent plus comme un marché lucratif pour leur économie, mais comme un vecteur de mort et de souffrances, ce qu’elles sont réellement. En l’état actuel de la situation mondiale, une telle perspective est utopique, mais il faut y croire et agir en conséquence. En outre, l’histoire a souvent montré que les armes vendues par tel pays à tel autre en viennent souvent à se retourner contre lui, illustration dramatique de l’expression populaire «l’arroseur arrosé».

Le monde actuel est encore sous l’emprise d’une «culture de la guerre», en ce sens que la plupart des gouvernements privilégient toujours la force au dialogue, le conflit à la diplomatie. Nicolas Roerich (1874-1947), membre éminent de l’A.M.O.R.C., l’avait bien compris, à tel point qu’il promulgua une «culture de la paix» et invita tous les pays à adopter la bannière qu’il avait conçue pour symboliser cet idéal. Malheureusement, malgré sa grande notoriété, il n’a pas été suffisamment entendu. Fidèles à son œuvre, les Rosicruciens actuels s’efforcent de perpétuer cette culture dans l’intérêt de tous les peuples et de toutes les nations.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+