A propos des modes

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

La notion de « mode » se perd dans la nuit des temps. À chaque époque de l’histoire, dans tout pays, dans toute société, on a cherché à être à la mode, c’est-à-dire à se conformer à « l’air du temps », et ce, dans des domaines aussi divers que l’habillement, la décoration, la musique, la peinture, le langage, etc. Pour une certaine catégorie d’individus, «être à la mode» est une préoccupation majeure, pour ne pas dire une obsession. Cette tendance n’a cessé de s’accentuer au cours du temps, au point qu’elle est devenue un phénomène de société auquel il est de plus en plus difficile d’échapper.

De toute évidence, il y a ceux qui suivent les modes, et ceux qui les créent. Or, ces derniers ne sont pas nécessairement inspirés par le raffinement et le bon goût, de sorte que nombre de modes vestimentaires, musicales et autres, sont une insulte à l’esthétique, à la beauté et à l’harmonie. Beaucoup sont lancées à des fins mercantiles ou (et) pour flatter l’égo de ceux et de celles qui les créent. Malheureusement, de nombreuses personnes se laissent influencer, voire manipuler, et les propagent directement ou indirectement, parfois sans en avoir vraiment conscience.

La question que l’on peut se poser est naturellement de savoir pourquoi tant d’individus sont influencés par les modes, dont beaucoup, comme je viens de le dire, n’ont rien d’esthétique, de beau ou d’harmonieux ? Parce qu’ils pensent à tort que dans une époque où l’on juge de plus en plus sur les apparences, il faut être à la mode, de crainte d’être considéré comme “ringard“, « out », « has been », et autre qualificatif « à la mode » qu’on utilise de nos jours à propos de quelqu’un qui « n’est pas branché ». Ce qui est surprenant en la matière, c’est que les créateurs de modes et leurs adeptes les plus fervents se disent souvent anti-conformistes, alors qu’ils incitent les autres à se conformer à ce qu’ils pensent, disent et font.

De mon point de vue, la mode en général est une manipulation mentale qui profite avant tout à ceux qui la créent, et ce, dans quelque domaine que ce soit. Quant à ceux qui la suivent, ils donnent par là même la preuve qu’ils sont influençables, voire qu’ils manquent de personnalité. Certes, la plupart des formes qu’elle prend sont inoffensives et ne causent pas de préjudices majeurs ; au pire, elles confinent au ridicule. Mais d’autres peuvent avoir des effets négatifs, je pense notamment à la propension qu’ont certains couturiers à encourager l’anorexie. Que dire également de la mode qui consiste à s’enivrer jusqu’à atteindre les limites du coma éthylique ?

De nos jours, les modes se font et se défont au gré de ceux qui les lancent et de ceux qui les suivent. Malheureusement, elles prennent de plus en plus pour cibles les enfants, utilisant pour cela le support de la publicité et des médias. Combien en ai-je entendu dire qu’ils voulaient tel jouet, tel crayon, tel vêtement, etc., « de marque » ? Chaque fois, cela m’a attristé, car j’y ai vu l’influence pernicieuse de la mode, dans ce qu’elle a de plus négatif : cultiver l’avoir et le paraître. Mais j’ai vu aussi des parents ne pas céder à cette influence et expliquer à leurs enfants que l’originalité consiste, non pas à être à la mode, mais à ne pas l’être.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+