Le cinéma et, d’une manière générale, l’audiovisuel, occupe une place de plus en plus importante dans la société. Chaque jour, des centaines de millions de personnes à travers le monde regardent des films sur grand ou petit écran. Cette distraction, ce loisir, est universel, en ce sens qu’on le trouve dans quasiment tous les pays, avec, il est vrai, une liberté plus ou moins grande quant au contenu. Par ailleurs, on parle assez couramment de « cinéma français », « cinéma américain », « cinéma italien », « cinéma anglais », « cinéma allemand », « cinéma japonais »…, chacun ayant une histoire et un style qui leur sont propres, étant entendu que les différences culturelles s’estompent avec le temps sous l’effet de la mondialisation. Faut-il s’en réjouir ou non ? À chacun sa réponse.

La violence au cinéma

De nos jours, indépendamment des genres (comédie, comédie dramatique, drame, policier, fantastique/science-fiction, thriller/aventure…), le cinéma laisse une place de plus en plus grande à la violence et à la sexualité, pour ne pas dire à la pornographie, ce qui me semble très dommageable. Cette tendance est d’autant plus regrettable qu’elle touche un public de plus en plus jeune. Comme chacun sait, nombre de films destinés aux enfants et aux adolescents comportent des scènes extrêmement violentes, parfois à la limite du supportable, et des scènes d’amour, quand ce n’est pas de viol, voyeuristes, vulgaires et choquantes. Les scénaristes et autres réalisateurs ont-ils conscience de l’impact négatif que de telles scènes peuvent avoir sur ceux et celles qui les regardent ?

Depuis que le cinéma existe, la violence et l’amour ont toujours été portés à l’écran. Mais la plupart du temps, cette violence était “bon enfant”, sans effusion de sang, sans sadisme ni autres déviances psychotiques. De nos jours, à grands renforts d’effets spéciaux de plus en plus élaborés, elle est d’un réalisme traumatisant. De même, les “scènes d’amour” étaient suggérées et ne servaient pas de prétexte à ce voyeurisme sexuel si courant de nos jours. De plus en plus de sociologues et de psychologues s’inquiètent de cette dérive, car elle contribue selon eux à normaliser et banaliser les comportements déviants et même pervers. Il n’est d’ailleurs pas si rare que des psychopathes disent s’être inspirés de scènes vues au cinéma ou à la télévision pour commettre leurs crimes ou leurs méfaits.

Des scénarios humanistes

Certes, on peut arguer que le cinéma s’inspire de l’époque actuelle ou la reflète, d’où la place accordée à la violence et à la sexualité. Il est un fait que la société est de plus en plus violente dans son fonctionnement et que la “libération sexuelle” commencée dans les années 60 est en voie d’atteindre son paroxysme. Mais faut-il pour autant se faire l’écho de cette tendance et, pire encore, en faire l’apologie ? Ne serait-il pas mieux d’élever les consciences au moyen de films qui, sans faire l’impasse sur le côté obscur de la nature humaine, mette aussi et plutôt en évidence son côté lumineux ? Certains scénaristes et réalisateurs s’y emploient régulièrement, mais d’autres, hélas, font de la violence et de la sexualité leur “fonds de commerce”. Et malheureusement, ils drainent un très large public, ceci expliquant en partie cela.

Je pense sincèrement que si le monde du cinéma le voulait vraiment, il pourrait contribuer efficacement à rendre le monde meilleur. Nombre d’acteurs et d’actrices savent incarner à la perfection la palette des sentiments humains. Je suis d’ailleurs très admiratif de leur talent et du travail accompli pour atteindre de tels niveaux d’interprétation. Il ne fait pour moi aucun doute que la grande majorité d’entre eux désapprouvent la violence, ne sont pas des obsédés sexuels et sont tout à fait lucides sur l’état du monde. Peut-être pourraient-ils faire en sorte que leur soient proposés des scénarios conduisant les (télé)spectateurs à conscientiser et à exprimer ce qu’il y a de mieux en tout être humain ? Jusqu’à présent, l’histoire de l’humanité a donné lieu à un scénario qui n’est pas vraiment réjouissant : guerres, famines, dictatures, crises économiques et sociales, racisme, xénophobie, inégalités diverses…, sans parler de l’état de la planète. De toute évidence, nous devons faire en sorte que ce scénario évolue positivement dans l’intérêt de tous les citoyens du monde. Puisse le cinéma y contribuer !

 

Partager

Partager avec vos amis !

error: Alerte: Contenu protégé