« L’espace, tout comme le temps, est un état de conscience objectif. Certes, nous avons l’impression de le percevoir réellement, mais cette perception porte en fait sur les choses qu’il contient. En effet, si notre environnement ne comportait rien, il se réduirait à un vide qu’il nous serait impossible d’appréhender au moyen de nos facultés objectives. Pour prendre une analogie, nous serions comme un naufragé perdu la nuit au milieu de l’océan, et n’ayant pour repère qu’un ciel sans étoile. En ce sens, nous pouvons considérer que l’espace doit son existence à la matière, car c’est elle qui le met en évidence et lui confère ses limites. À titre d’exemple, si nous sommes capables de percevoir la distance qui sépare deux arbres situés à quelques mètres devant nous, c’est précisément parce que chacun d’eux a une réalité matérielle qui le distingue de l’autre. C’est également parce que nous pouvons les voir simultanément. »

Extrait de «  L’ontologie des Rose-Croix »

 

Partager

Partager avec vos amis !

error: Alerte: Contenu protégé