« La misère n’est pas une fatalité contre laquelle il n’existe aucune solution, mais une situation due en grande partie à l’égoïsme des hommes. Cela veut dire que le seul moyen d’y mettre fin, ou du moins de la faire disparaître en grande partie, est de susciter la générosité des pays et des individus pouvant venir en aide aux plus défavorisés. Par “générosité”, il faut entendre, non seulement “aide financière”, mais également “coopération”, au sens d’aider les populations les moins développées à agir par elles-mêmes pour améliorer leurs conditions de vie et prospérer : leur apprendre à creuser des puits, à cultiver et irriguer la terre, à conserver les récoltes, à construire des habitations fonctionnelles et agréables à vivre, etc. Cela suppose naturellement de le faire dans un but altruiste, et en aucun cas pour profiter des pays concernés ou les maintenir en état de dépendance. En l’état actuel des choses, il faut malheureusement reconnaître que cette entraide et cette coopération sont, sinon absentes des relations internationales, du moins très nettement insuffisantes. »

Extrait de «  Questions philosophiques »

 
error: Alerte: Contenu protégé

Partager

Partager avec vos amis !