Au sujet du travail

« Si le travail est vécu par de nombreuses personnes comme une contrainte, et s’il est pour certaines d’entre elles une source d’avilissement, c’est parce qu’il est devenu le fondement d’une société de plus en plus matérialiste. Au lieu d’évoluer en privilégiant l’être et le qualitatif, il s’est malheureusement développé au profit de l’avoir et du quantitatif. En l’état actuel des choses, il a davantage pour but de favoriser le productivisme et le “consumérisme”, que de répondre aux besoins légitimes et naturels des gens. Ceci est tellement vrai que l’on en est venu à remplacer autant que possible l’homme par la machine, ce qui a contribué à déshumaniser la société et à favoriser le chômage. Pour que le travail devienne une source d’épanouissement et de bien-être, il est impératif que les sociétés modernes se donnent une orientation humaniste et fassent de la qualité de vie le fondement de l’activité économique. »

Extrait de «  Questions philosophiques »