Au sujet des richesses

Au sujet des richesses

« Chacun sait que l’on ne peut emporter dans l’au-delà ce que l’on a acquis matériellement sur cette Terre. Pourtant, nombre de personnes se comportent comme si cela était possible, accumulant sans cesse des richesses, parfois malhonnêtement ou au détriment des autres. La plupart d’entre elles n’en profitent d’ailleurs pas, soit parce que la mort ou la maladie vient les en priver, soit parce que leur vie est “empoisonnée” par la crainte de les perdre. Quoi qu’il en soit, les biens que l’homme peut acquérir sur le plan terrestre ne lui sont utiles que s’ils répondent aux besoins légitimes de son corps physique tout en contribuant à l’épanouissement de son âme. Dans le cas contraire, ils n’ont aucun intérêt au regard de son évolution intérieure et sont un fardeau qui ralentit sa marche sur le sentier de la sagesse. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de la non-violence

« Lorsqu’on évoque la notion de non-violence, on pense tout d’abord à l’absence de guerre, c’est-à-dire à la paix. Or, depuis que les hommes sont apparus sur Terre, nous devons malheureusement reconnaître qu’ils n’ont jamais cessé de s’agresser mutuellement et de s’entre-tuer, le plus souvent pour s’approprier le bien d’autrui ou pour exercer leur domination sur les autres. À cet égard, l’espèce humaine est la seule à s’auto-détruire sous l’influence de la haine. S’il en est ainsi, c’est parce qu’elle est également la seule à posséder la conscience de soi et son corollaire : le libre arbitre. Tout être humain a donc le pouvoir d’agir en opposition avec sa nature divine et de donner libre cours à ses instincts destructeurs, lesquels sont inhérents aux aspects les plus primitifs de sa personnalité. L’un des buts de notre évolution spirituelle est précisément de maîtriser le guerrier qui sommeille en nous et de devenir un agent de paix parmi nos semblables. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de l’âme

« Tout être humain possède une âme qui provient de l’Âme universelle, laquelle est elle-même une émanation de Dieu. Cela signifie que l’homme est de nature divine et qu’il est virtuellement parfait. Mais il n’a pas conscience de cette perfection latente et ne l’exprime pas dans son comportement, ce qui explique pourquoi il est imparfait dans sa manière de penser, de parler et d’agir. S’il vit sur Terre, c’est précisément pour réaliser cette prise de conscience et la rendre manifeste dans son existence. Comment ? En apprenant à appliquer positivement son libre arbitre et à vivre en harmonie avec les lois naturelles, universelles et spirituelles. »

Extrait du livre «  L’ontologie des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de la violence

« Parmi les facteurs divers qui déclenchent la violence, le pire est probablement la violence elle-même. C’est pourquoi il est regrettable qu’elle soit aussi présente à la télévision et au cinéma. Outre qu’elle est ainsi banalisée, cela développe l’agressivité latente des (télé)spectateurs, notamment des enfants. Cela dit, il serait trop simple de rejeter la faute sur ceux qui réalisent ou programment des films violents, car rien ne nous oblige à les regarder. De même, tout parent responsable devrait faire en sorte que ses enfants ne s’en abreuvent pas. En outre, on peut penser que s’il n’y avait pas une telle “consommation” de ces films, ils finiraient par disparaître des écrans et seraient progressivement remplacés par des films ou des émissions faisant appel à des sentiments plus nobles. Nous avons donc une grande responsabilité dans ce domaine, car ce sont nos propres choix qui conditionnent en grande partie ce qui nous est proposé à la télévision ou au cinéma. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de la bienveillance

« Dans son expression la plus élevée, la bienveillance est l’aptitude à “aimer son prochain comme soi-même”, commandement que de nombreux sages du passé, et pas seulement Jésus, ont enseigné aux hommes. Cela dit, nous devons reconnaître qu’un tel commandement dépasse les possibilités du commun des mortels et correspond encore à un idéal à atteindre. En raison de notre imperfection du moment, il faut admettre que nous sommes incapables d’aimer tout le monde, à plus forte raison ceux qui ne nous aiment pas. Soyons donc modestes dans ce domaine, et efforçons-nous déjà de ne faire de tort à personne, non seulement en action, mais également en parole. En cela, l’absence totale de haine peut être considérée comme une forme primitive d’amour. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de la science et du mysticisme

« La science et le mysticisme sont deux voies complémentaires et même interdépendantes. Cela signifie que le scientifique le plus inspiré est celui qui mène ses recherches d’une manière rationnelle et en posant l’existence de Dieu comme postulat, ce qui implique une démarche spiritualiste. Par ailleurs, un mystique digne de ce nom est celui qui admet que la science est un moyen privilégié pour démontrer l’existence de Dieu, ce qui suppose de faire preuve d’un rationalisme éclairé. L’idéal est donc de partir du principe que la science et le mysticisme sont indissociables pour accéder à la Connaissance. C’est pourquoi il ne faut en aucun cas les opposer ou considérer que l’un(e) est la négation de l’autre, bien au contraire. Disons simplement que les scientifiques s’intéressent plutôt au « comment » des choses, alors que les mystiques s’interrogent avant tout sur le « pourquoi ». Ceci étant, peut-on vraiment répondre à l’un à l’exclusion de l’autre ? »

Extrait du livre «  Questions philosophiques »

 
Au sujet des richesses

Au sujet des guerres

« S’il est vrai que toutes les guerres ont leur origine dans les instincts destructeurs de la nature humaine, la plupart d’entre elles sont générées par des idéologies partisanes qui sont généralement d’ordre économique, politique ou religieux. Autrement dit, nombre d’entre elles résultent du fait que l’homme a tendance à défendre ses propres intérêts et à imposer ses croyances aux autres, au besoin par la force. L’égoïsme et l’intolérance sont donc les deux causes majeures des conflits qui ravagent le monde. Dans l’absolu, cela signifie que la paix ne sera possible qu’à partir du moment où chacun se sentira pleinement concerné par le bonheur d’autrui et acceptera l’idée qu’il ne détient pas le monopole de la vérité, et ce, dans quelque domaine que ce soit. En vertu de ce principe, les guerres dureront aussi longtemps que les hommes se laisseront guider par des idéaux purement matérialistes et manqueront d’humanité, au sens de fraternité. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet des épreuves

« Nombre d’épreuves sont une source de découragement, car certaines sont particulièrement pénibles et affligeantes, au point de nous donner l’impression d’être insurmontables. C’est alors que nous pouvons céder au pessimisme ou au fatalisme, ces deux attitudes n’étant en fait que l’expression de notre désarroi ou de notre résignation face à l’adversité. Pourtant, conformément aux lois qui régissent l’évolution spirituelle de l’homme, les épreuves auxquelles nous sommes confrontés au cours de notre existence sont généralement adaptées à notre potentiel d’intelligence et de courage. Dans l’absolu, elles ne dépassent jamais nos capacités d’action et de réaction, de sorte que nous avons les moyens voulus pour les surmonter. En outre, que nous en ayons conscience ou non, toutes, aussi pénibles soient-elles, constituent des expériences utiles à notre épanouissement intérieur et contribuent à éveiller les qualités de notre âme. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet de l’orgueil

« Bien que l’orgueil soit considéré à juste titre comme un défaut, il est parfois un “moteur” pour réaliser des choses utiles au bien commun. C’est ainsi que nombre de grands projets ont été menés par des personnes qui manquaient singulièrement d’humilité, mais dont l’intelligence et le courage étaient exceptionnels. Il ne faut pas en déduire pour autant que seuls les individus orgueilleux sont capables de créer ou d’entreprendre de grandes choses. D’un point de vue mystique, il n’y a rien de plus positif que d’agir utilement, non pas sous l’impulsion de l’ego, mais sous celle de l’âme elle-même. En ce sens, ce n’est pas le désir d’être honoré, reconnu ou apprécié qui doit nous inciter à œuvrer au service du bien, mais c’est la satisfaction intérieure que l’on ressent lorsqu’on a accompli quelque chose d’utile, que ce soit au bénéfice d’une personne ou d’un idéal. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
Au sujet des richesses

Au sujet du courage

« D’une manière générale, le courage est indissociable de la notion d’effort. C’est précisément pour cette raison que l’on associe généralement cette vertu au travail. Il est un fait que travailler nécessite d’être courageux, et ce d’autant plus que les difficultés à affronter sont grandes. En cela, nous ne pouvons nier que certaines activités, qu’elles soient professionnelles ou domestiques, sont plus pénibles que d’autres et nécessitent par conséquent davantage d’efforts. Par ailleurs, la motivation joue un rôle important, en ce sens qu’il est plus facile d’accomplir une tâche qui nous plaît que de faire quelque chose qui ne présente aucun intérêt pour nous. C’est pourquoi tous ceux qui exercent un métier qu’ils n’aiment pas sont particulièrement méritants, car cela leur demande encore plus de courage et d’abnégation. Mais soyons confiants en l’avenir de l’humanité, et gageons que le jour viendra où la société sera organisée de telle manière que chacun trouvera la place qui correspondra le mieux à ses compétences et à ses aspirations profondes. »

Extrait du livre «  L’idéal éthique des Rose-Croix »

 
error: Alerte: Contenu protégé