A propos du Martinisme

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Moins connu que le Rosicrucianisme, le Martinisme est un courant de pensée qui prend sa source dans les écrits de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803). Connu également sous le pseudonyme de Philosophe Inconnu, il a écrit plusieurs livres, parmi lesquels : Des erreurs et de la vérité ; Le Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu, l’homme et l’univers ; L’Homme de désir ; Ecco Homo Le Nouvel Homme ; De l’esprit des choses ; Le Ministère de l’Homme-Esprit. En généralisant, on peut dire que sa préoccupation majeure fut de sensibiliser ses contemporains à la nécessité de mener une vie empreinte de spiritualité. Convaincu que tout être humain possède en lui un « germe divin » qui le rend virtuellement parfait, il consacra l’essentiel de son œuvre à expliquer comment faire fructifier ce germe et retrouver ainsi l’état adamique.

Après la mort de Saint-Martin, plusieurs de ses disciples directs ou indirects voulurent perpétuer sa pensée (Papus, Augustin Chaboseau, Victor-Émile Michelet, Lucien Chamuel, etc.), ce qui donna naissance à divers mouvements «martinistes», dont certains existent toujours. Parmi eux se trouve notamment l’Ordre Martiniste Traditionnel, parrainé depuis le début du XXe siècle par l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix. En application des règles régissant ces deux Ordres ″frères″, j’assume conjointement la fonction de Grand Maître pour l’A.M.O.R.C. et l’Ordre Martiniste Traditionnel. À titre d’information, environ 30 % des Rosicruciens sont également Martinistes, étant entendu que l’on peut s’affilier à l’O.M.T. sans faire partie de l’A.M.O.R.C.

De quoi traite l’enseignement martiniste ? Depuis Louis-Claude de Saint-Martin, il s’est enrichi de nombreux sujets. De nos jours, il inclut les thèmes majeurs que l’on trouve dans la Tradition judéo-chrétienne, étant entendu qu’ils sont étudiés sous un angle, non pas religieux, mais ésotérique et philosophique : la chute de l’homme, les étapes de la Création, l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, les Évangiles apocryphes, la Jérusalem céleste, la Sophia, les cœurs angéliques, les fondements de la Kabbale, les rêves, etc. Précisons que ces sujets ne sont pas traités uniquement sous un angle théorique ; ils font l’objet d’expériences mystiques destinées à mieux intégrer les notions abordées.

Il faut préciser également que l’enseignement martiniste peut être étudié de deux manières : sous forme de manuscrits que l’on reçoit chaque mois à son domicile et que l’on étudie individuellement, ou en se rendant dans un Organisme local de l’Ordre Martiniste Traditionnel et en participant à des réunions collectives. Les membres qui le souhaitent peuvent naturellement combiner ces deux formes d’étude. Ainsi, de mois en mois et d’année en année, chacun d’eux est initié graduellement aux arcanes du Martinisme, en toute liberté de pensée et selon une méthode fondamentalement traditionnelle.

Bien que le Martinisme se rattache fondamentalement à l’ésotérisme judéo-chrétien, il ne faut pas en déduire pour autant qu’il s’adresse uniquement aux personnes qui ont des appointances avec le Judaïsme et le Christianisme. C’est ainsi qu’il y a parmi les Martinistes, certes des Juifs et des Chrétiens, mais également des Musulmans, des Bouddhistes, etc., et même des personnes qui ne suivent aucune religion. Vu sous cet angle, l’Ordre Martiniste Traditionnel est une Fraternité internationale, au même titre que l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

> En savoir plus

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+