A propos de l’humour

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

On dit que le rire est le propre de l’homme. Ce qui est certain, c’est qu’il est salutaire et qu’il contribue à notre bien-être physique et psychologique. De toute évidence, une personne qui ne rirait jamais tomberait rapidement neurasthénique, ce qui est confirmé par le fait qu’une personne neurasthénique rit très rarement. Rire est donc un besoin vital et une nécessité mentale, à tel point que la plupart des gens cherchent des occasions de le faire, d’où le succès des comédies et des spectacles humoristiques.

Mais si le rire est une bonne chose, notamment en cette période de crise et de morosité ambiante, la question maintes fois posée de savoir si l’on peut rire de tout demeure. La plupart des comiques et des humoristes interrogés sur cette question répondent que « oui ». Nombre de personnes le pensent également. Cela se comprend d’autant mieux que les uns s’emploient à faire rire et en font commerce, ce qui n’a rien d’immoral, et que les autres veulent rire, sans nécessairement s’imposer de limites.

Au risque de paraître rabat-joie, je pense que l’on ne doit pas rire de tout, car tout ne peut être tourné en dérision. Mais en admettant que cela soit possible, la manière de le faire est alors très importante. Or, de plus en plus d’humoristes utilisent le cynisme, l’ironie, l’insolence et la vulgarité pour faire rire. Et généralement, ils le font au détriment de telle ou telle personne qu’ils prennent pour cible, ce qui me semble à la fois facile et inconvenant. Naturellement, chacun est libre de pratiquer et d’apprécier ce genre d’humour, mais je pense qu’il ne grandit ni les uns ni les autres.

Sans doute suis-je quelque peu naïf, mais il me semble que l’humour, pour qu’il soit digne de ce nom, doit être exempt de méchanceté, de raillerie, de dénigrement, de vulgarité, et d’une manière générale de tout ce qui fait appel à des sentiments avilissants. En cela, je pense que l’humour le plus appréciable est celui qui met en évidence la bêtise et la faiblesse humaines en général, ou celui qui divertit d’une manière “bon enfant”, c’est-à-dire qui privilégie le comique de situation, la subtilité des mots, les quiproquos de la vie, etc. Or, cette forme d’humour a quasiment disparu, sans doute parce qu’elle exige un talent qui ne s’improvise pas.

Quoi qu’il en soit, n’oublions jamais que l’humour le plus salutaire est celui qui consiste à se moquer de soi-même. C’est également un bon moyen de prévenir et de soigner les “crises d’ego”. Malheureusement, se prendre au sérieux est devenu une maladie courante, d’autant que la tendance actuelle est au “nombrilisme” et au culte de la personnalité. À son époque déjà, Victor Hugo, s’appuyant sur une phrase biblique, déclara dans Hernani : « Pour un titre, ils vendraient leur âme. Vanité ! vanité ! tout n’est que vanité ! »

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+