A propos de l’intelligence

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Qu’est-ce que l’intelligence ? Il n’y a aucune réponse précise et absolue à cette question, car il existe en fait diverses formes d’intelligence : l’intelligence théorique, l’intelligence pratique, l’intelligence scientifique, l’intelligence littéraire, l’intelligence artistique, l’intelligence sportive, etc, sans oublier le bon sens, le sens de l’adaptation, le sens des affaires, le sens des réalités, etc. Malheureusement, le degré d’intelligence est souvent mesuré à travers le QI (quotient intellectuel), lequel est fondé essentiellement sur l’analyse, le raisonnement et la logique, qui sont le propre de l’esprit « cartésien ».

L’intelligence, au sens intellectuel du terme, prend sa source dans le cerveau. Pour des raisons physiologiques dont beaucoup échappent à notre compréhension, tous les êtres humains ne naissent pas avec le même potentiel cérébral, et par conséquent avec la même acuité mentale. Par ailleurs, le milieu socio-culturel et l’éducation influent beaucoup sur l’épanouissement de ce potentiel. C’est ainsi qu’un enfant dont on sollicite régulièrement l’intelligence, et ce sous ses formes diverses, a beaucoup plus de chance de devenir un adulte intelligent qu’un enfant livré à lui-même. Cela étant, l’expérience prouve que si ce dernier est doué d’une profonde intelligence, il finira par l’exprimer d’une manière ou d’une autre.

Une personne intelligente, toujours au sens intellectuel du terme, est-elle nécessairement quelqu’un d’humaniste ? La réponse, malheureusement, est « non ». C’est ainsi qu’il y a des individus très brillants intellectuellement, très cultivés, voire même érudits, qui manquent totalement d’humanité et qui se comportent dans la vie d’une manière indigne. Pire encore, il y en a qui utilisent leur intelligence au détriment d’autrui, notamment des plus vulnérables et des plus influençables. Que dire également des scientifiques qui mettent la leur au service de l’armement et autres secteurs de destruction ? Au risque de vous sembler quelque peu excessif, cela me semble purement et simplement criminel.

En ce qui me concerne, je pense que la plus haute forme d’intelligence est ce que l’on appelle couramment l’ « intelligence du cœur », c’est-à-dire l’aptitude à exprimer à travers notre comportement les qualités qui font la dignité de l’être humain : la gentillesse, la générosité, l’altruisme, la bienveillance, la non-violence, etc. Etre véritablement intelligent, c’est donc être humaniste, au sens de se comporter dignement à l’égard de ses semblables, et ce, indépendamment de son quotient intellectuel. Hélas, ce n’est pas cette forme d’intelligence qui est valorisée dans la société actuelle, que ce soit dans le cercle familial ou en milieu scolaire. Pourtant, c’est en elle que réside la réussite du « Vivre ensemble ».

 Ces quelques remarques permettent de distinguer deux notions que l’on a tendance à confondre, à savoir « degré d’intelligence » et « niveau de conscience ». Le premier correspond à l’intelligence du cerveau, c’est-à-dire aux aptitudes intellectuelles de chacun. Le second s’apparente à l’intelligence du cœur, autrement dit, comme je l’ai indiqué précédemment, aux qualités qui font la dignité de l’être humain. Or, d’un point de vue rosicrucien, ces qualités sont des attributs de l’âme, dans ce qu’elle a de plus divin. Il en résulte que l’éveil de la conscience est indissociable de la spiritualité et que c’est en elle que réside la plus noble expression de l’intelligence.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+