A propos de l’ego

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme cela est expliqué dans l’enseignement de l’A.M.O.R.C., tout être humain possède un ego, c’est-à-dire un “moi“ objectif auquel il s’identifie à l’état de veille et à travers lequel les autres le perçoivent dans la vie quotidienne. En psychologie, ce “moi“ correspond au “je“, qui devient “il“ ou “elle“ pour autrui. Combiné à notre corps physique, tel qu’il nous apparaît et tel qu’il apparaît aux autres, il forme notre individualité. Autrement dit, il fait de chacun de nous un individu à la fois conscient de lui-même, des autres et de son environnement.

En raison même de sa nature, l’ego a tendance à se distinguer, à attirer l’attention sur lui, à se mettre en évidence pour ne pas dire en scène, à se montrer à son avantage, à rechercher la considération et les honneurs, à plaire, etc. Parallèlement, il a tendance également à se centrer sur lui-même, à ne voir que son intérêt, à ne se préoccuper que de lui, à être exclusif, etc. Comme vous l’aurez compris, c’est cette tendance qui explique pourquoi les hommes que nous sommes sont enclins à être orgueilleux et égocentriques. Or, ces deux inclinations sont deux défauts majeurs que nous devons apprendre à maîtriser, car ils créent des rapports de force entre les individus et nuisent à la société.

À partir du moment où l’on admet que l’orgueil et l’égocentrisme sont des défauts de la nature humaine, on devrait s’employer à les sublimer, non seulement pour son bien, mais également pour celui des autres. Or, la société actuelle les cultive et les encourage, ce qui explique en grande partie l’engouement que suscitent la “starisation“ et la “pipolisation“ des mœurs. Pratiquement aucun domaine n’y échappe : la politique, le sport, l’art, le cinéma, la chanson, le journalisme, les jeux télévisés, etc. C’est à qui passera à la radio ou à la télévision pour acquérir la célébrité, la notoriété et même la gloire, ou pour l’entretenir à n’importe quel prix, y compris en se rendant ridicule.

On rapporte que le roi David aurait déclaré il y a près  de 3000 ans : «Vanité, vanité ; tout est vanité». Que dirait-il s’il revenait aujourd’hui en ce monde ? Alors qu’il est dans l’intérêt de l’homme d’apprendre à transcender son ego et à exprimer dans son comportement les vertus de l’âme qui l’anime, dont l’humilité et la modestie, on l’incite à tout faire pour être admiré, adulé et vénéré. Sans le vouloir vraiment, les médias en général et la télévision en particulier ont enfanté une nouvelle religion, fondée sur le culte de l’ego : “l’égocultisme“. Malheureusement, cette nouvelle religion, largement relayée par Internet, ne peut rien apporter de bon à l’humanité, car elle est fondée sur des valeurs fausses qui éloignent l’homme de lui-même, de l’autre et, si on croit en Lui, de Dieu.

Est-ce à dire qu’il faut combattre notre ego et nous employer à le détruire ? Non, d’autant qu’il fait partie de nous-mêmes et qu’il est donc impossible de l’annihiler. Nous devons plutôt apprendre à le maîtriser et à le canaliser vers des objectifs utiles et constructifs. La meilleure manière d’y parvenir est précisément d’éveiller l’humilité et la modestie, ce qui suppose d’accorder plus d’importance à l’être qu’au paraître. Cela est d’autant plus difficile que la société actuelle, comme je l’ai dit précédemment, encourage le culte du «moi je». Pourtant, c’est l’un des objectifs à atteindre pour quiconque aspire à l’état de sagesse.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+