À propos de la réalité

Par définition, la réalité est « ce qui est réel »« ce qui existe réellement ». Par extension, est réel ce qui peut être perçu au moyen de nos sens objectifs, à savoir la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. Vue sous cet angle, la réalité la plus évidente pour nous n’est autre que le monde matériel, ce monde dans lequel nous vivons au quotidien, au contact des autres. Notre propre corps physique fait partie de cette réalité, à tel point qu’il en est indissociable. C’est aussi à lui que nous nous identifions à l’état de veille, de sorte qu’il est pour nous on ne peut plus réel.

La réalité

Si cette approche objective de la réalité est fondée, on peut néanmoins se demander si c’est le monde matériel qui est réel, ou si c’est l’idée que l’on s’en fait à travers nos processus mentaux. Cette question se pose d’autant plus que nous sommes capables de concevoir et d’imaginer des choses qui n’existent pas dans la réalité mais qui, au moment où nous les voyons sur l’écran de notre conscience, sont réelles pour nous. C’est cette dichotomie qui fait dire aux psychologues qu’il existe une « réalité objective » et une « réalité subjective », lesquelles interagissent constamment l’une sur l’autre durant la journée.

D’un point de vue rosicrucien, la réalité est un état de conscience, ce qui explique qu’elle peut être effectivement objective ou subjective, selon qu’elle concerne le monde qui nous est extérieur ou celui qui nous est intérieur. Mais dans les deux cas, elle n’est pas exempt d’illusions, sensorielles dans le premier cas, mentales dans le second. C’est pourquoi il ne faut pas confondre « réalité » et « vérité », ce qui est relativement fréquent. À titre d’exemple, pour quelqu’un qui croit au paradis, l’existence de cette destination post mortem est une réalité. Est-ce pour autant une vérité ?

Le monde spirituel

S’il est a priori indéniable que le monde matériel est la réalité la plus évidente pour nous, les spiritualistes en général et les Rose-Croix en particulier admettent l’existence d’un monde spirituel où les âmes résident entre deux incarnations. Certes, nous ne pouvons percevoir ce monde au moyen de nos sens objectifs, ce qui explique pourquoi les matérialistes et les athées ne croient pas à sa réalité. Cela étant, il est possible, notamment au moyen de la méditation, de s’harmoniser en conscience avec ce monde et d’en recevoir des impressions. En outre, certains médiums avérés sont capables d’entrer en contact avec les entités spirituelles qui s’y trouvent.

Chacun connaît l’adage « ne croire que ce que l’on voit ». En application de cet adage, les personnes excessivement rationalistes réfutent la réalité du monde spirituel sous prétexte qu’elles ne peuvent pas le voir. Pourtant, elles sont incapables de voir l’air qui les entoure. Si elles admettent son existence, c’est parce que la science l’a mis en évidence de diverses manières et sait désormais de quels gaz il est composé. De même, je gage que si elle le veut vraiment, elle parviendra un jour à montrer, non seulement que l’être humain possède une âme ayant des moyens de perception et d’intellection qui transcendent ses fonctions cérébrales, mais également que l’univers est doué d’une conscience qui en constitue l’essence.

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin