À propos de la vérité

Dans la plupart des livres de référence, la vérité est définie comme «l’expression d’une connaissance conforme à la réalité, aux faits tels qu’ils se sont déroulés». Bien que cette définition constitue une base de réflexion intéressante, elle est subjective, pour ne pas dire évasive. En effet, de quelle réalité est-il question ? De celle que nous percevons au moyen de nos sens objectifs, notamment de la vue ? De celle que nous concevons à travers nos processus mentaux, en particulier le raisonnement ? De celle que les autres perçoivent ou conçoivent comme telle ? De celle que les médias nous décrivent chaque jour durant les informations ?

La vérité

Par ailleurs, que vaut une connaissance fondée sur les «faits tels qu’ils se sont déroulés» ? Comme le prouve l’expérience, il arrive souvent qu’un même événement soit perçu différemment. C’est d’ailleurs ce qui rend très aléatoires les témoignages recueillis en maintes circonstances. On constate alors que ce qui est vrai pour l’un ne l’est pas pour l’autre. Pourtant, les faits sont les mêmes. À titre d’exemple, lorsque plusieurs personnes assistent à une collision entre deux véhicules, la manière dont se produit cette collision est unique en tant que telle, mais la façon dont elle est décrite par les témoins peut varier considérablement. Dans ce cas, chacun a sa propre vérité…

Étant donné que nos sens objectifs sont sujets à l’illusion et nos processus mentaux à l’erreur, il en résulte que ce que nous considérons comme des vérités, que ce soit à propos des événements de la vie quotidienne ou des idées que nous avons dans divers domaines, n’en sont pas nécessairement. Ce sont plutôt des croyances, des opinions, voire des convictions, qui peuvent elles aussi être illusoires et erronées. C’est pourquoi aucun individu, dans quelque domaine que ce soit, ne devrait prétendre connaître la vérité, et encore moins chercher à l’imposer aux autres. Même les vérités scientifiques, fondées a priori sur le raisonnement pur, l’expérience objective et la reproductibilité systématique, peuvent être aléatoires et relatives.

L’erreur

Il est intéressant de noter que l’être humain, alors qu’il est sujet à l’illusion et à l’erreur, cherche néanmoins à connaître la vérité chaque fois que les circonstances l’exigent. Il va même jusqu’à enquêter pour cela : enquêtes policières, judiciaires, journalistiques, historiques… De même, nous sommes enclins à désapprouver le mensonge, ce qui ne veut pas dire pour autant que nous ne mentons jamais à titre personnel. Ne pas mentir fait d’ailleurs partie de quasiment tous les commandements religieux. C’est aussi ce que la plupart des parents enseignent à leurs enfants. Mieux encore, ils les incitent à dire la vérité lorsque, pour quelque raison que ce soit, ils les interrogent sur un point litigieux.

Dans son approche la plus élevée, la vérité fait l’objet d’une quête, d’où l’expression «quête de vérité». Contrairement à ce que l’on pourrait penser a priori, cette expression ne veut pas dire que ceux qui sont engagés dans cette quête se donnent pour but de trouver La Vérité. En effet, à moins d’être présomptueux ou de s’illusionner, ils savent que Celle-ci, au sens absolu du terme, pour ne pas dire divin, est inaccessible à l’être humain. En revanche, il est possible, par l’étude et la méditation, de s’éveiller aux «grandes vérités», pour reprendre l’expression de Louis-Claude de Saint-Martin, inspirateur du Martinisme. Celles-ci concernent naturellement les grands mystères de l’existence, ceux-là même auxquels s’intéressent les mystiques, parmi lesquels les Martinistes et les Rose-Croix.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin

Cet article a 17 commentaires

  1. mag3369.2016

    Dans une situation donnée, il est bien difficile d’être sûr de parler de sa “réalité”, je préfère parler de “points de vue”  En effet, les paramètres concernant une circonstance sont plus nombreux que l’on ne le croit et modifient forcément cette “réalité”. Louis-Claude de Saint-Martin, lui, nous entretient des  “Des Grandes Vérités”, c’est-à-dire, les grands mystères de la Vie… Voilà de quoi satisfaire notre curiosité et notre soit de la Vérité !

  2. JC-van-Dale

    Bonjour,
    Le mensonge, la ruse et l’hypocrisie gouvernent nos sociétés depuis longtemps. Et dans ce monde, l’erreur a toujours été imposée ; seule la Vérité se laisse discuter.
    Pour trouver la Vérité, il n’y a que deux voies à suivre : celle de la science et celle de l’amour.
    VÉRITÉS
    Vérité ! Éternel sujet des discordes du monde ! cherchée par les uns, cachée par les autres, aimée passionnément, ou persécutée follement, mais revendiquée toujours par ceux qui ont voulu régner sur la terre, alors qu’aucun d’eux ne la possédait. Et si vous demandez pourquoi elle a ce prestige, on vous dira que c’est parce que tout au fond de l’histoire se trouva un temps où la VÉRITÉ était la base même du pouvoir. Celui qui SAVAIT enseignait et cela lui conférait une puissance sociale, une autorité. C’était l’âge d’or, l’époque bienheureuse où régnait le Droit naturel. Cela dura pendant une longue période de temps, toute la première jeunesse de l’humanité, et c’est pour cela que l’atavisme rend à l’enfance actuelle, quand elle n’est pas pervertie par le milieu social, la spontanéité du vrai instinctif. Le mensonge n’a été introduit dans le monde qu’avec l’usurpation et pour la justifier.
    Cordialement.
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/

  3. esther melèdje

    La vérité la plus difficile à trouver, est celle qui mène à soi-même, celle qui met en accord avec soi-même !
    Merci. E. M.

  4. Smaragdus

    Bonjour,
    Si je puis me permettre de compléter le propos, je citerai la phrase entière de Louis Claude de St Martin : “Les grandes vérités ne s’enseignent que par le silence”. Outre le fait, qu’effectivement, St Martin ne parle pas de LA Vérité mais DES vérités, il les qualifie également de “grandes” dans la mesure où nous les avons apprises par le silence. Autrement dit, les vérités ne se décrètent pas vis-à-vis de “l’externe” mais s’approchent bien plutôt par un travail d’introspection tourné vers le Soi divin. Et du reste, s’il est (relativement) facile de mentir aux autres, il est beaucoup plus difficile, objectivement, de se mentir à soi-même dès lors que nous laissons à notre conscience la possibilité de remplir pleinement son rôle de “gardien du Temple”. Pour ma part (mais cela n’engage que moi bien sûr), je trouve que lorsque nous nous “entraînons” sans relâche à nous “parler vrai” à nous-mêmes, alors LA Vérité (au sens large cette fois) commence à se dévoiler peu à peu à nos yeux.
    Bien fraternellement.

  5. Goodman

    Quelques réflexions sur la notion de “vérité” :
    “un mensonge qui construit vaut mieux qu’une vérité qui détruit”.
    “la vérité finit toujours par rattraper le mensonge”
    “la vérité des uns est la fausseté des autres”
    “la Vérité est divine et les vérités sont humaines”.

  6. esther melèdje

    La vérité, lorsqu’elle est une loi divine, est immuable, exemple : la Terre tourne sur elle-même. En dehors de cela, tout ce qui est conception humaine est en dessous de la vérité, lui est assimilé et variable…
    Merci. E. M.

  7. Anne-Marie K

    Qu’est-ce la vérité ? LA vérité existe-t-elle vraiment ? Existe-t-il plutôt UNE vérité ? Tout est en mouvement, donc la vérité aussi. Est-elle une illusion ? Relative, évidente ou absolue ?

    Généralement nous avons tendance à qualifier quelque chose ou une expérience comme vraie quand différentes personnes la voient quasiment comme nous. Mais d’autres voient cette même chose un peu différemment. Nous savons que nos sens et notre raisonnement sont ni parfaits ni identiques. Ce qui est identifié pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Autre question : même si nous voyons un objet de façon identique, correspond- elle à la réalité ? Ce qui est vrai aujourd’hui ne l’est pas ou plus nécessairement demain. Tout est en mouvement. Ainsi la vérité me semble relative.

    D’autres vérités semblent être évidentes, claires et nettes. De ce fait elles ne sont généralement pas examinées ni remis en cause. Souvent elles ne sont pas issues d’expériences objectives, elles trouvent leur source dans les catégories et leurs opposés issus de notre nature. Ainsi elles sont reconnues par la plupart d’entre nous comme vraies, souvent depuis des générations, jusqu’au moment où on l’examine, dès lors elle est relative.

    Une vérité absolue est faussement reconnue comme étant complète, éternelle et indépendante dans son expression. Cela veut dire qu’elle est figée, sans mouvement. Or tout est en mouvement. Ainsi elle est relative.

    Connais-toi toi-même est synonyme de chercher la vérité, la quête de la vérité, et représente l’extension de notre conscience, toujours en mouvement.

    Cordialement.

  8. Vilar

    Sans vérité point de sagesse. Elle en est le vêtement, le geste et la pensée. Tout(-e) observateur(-trice) fidèle en sait la pureté et la portée permanente. Elle est l’eau qui désaltère le coeur au quotidien, qui ré-concilie l’homme avec le divin. Elle libère des liens inextricables de l’ignorance, nous rend conscient(e) et responsable, donc humain(e).

  9. Isora

    Caractère de ce qui est conforme à la réalité, la vérité certaine est un raisonnement qui a pour objet de conduire l’esprit à cette vérité. La parole a été donnée à l’homme pour cacher sa pensée. La quête de la vérité est le but même de la philosophie. Mais souvent la vérité est cachée. Dès lors, si elle n’est pas révélée comme dans la Religion, elle doit être démontrée. Le scepticisme considère, lui, qu’elle est inaccessible. Cependant, entre parler avec franchise et dire la vérité, il y a un monde ; comme la distance entre la proue et la poupe d’un bateau. La franchise apparaît d’abord, la vérité vient en dernier. Cordialement.

  10. Angélique

    Je me demande souvent, s’il faut avoir fait face à des trahisons, mensonges et injustices pour voir que ‘La Vérité’ est relative ? Certes, non. Je pense qu’il y a aussi des chemins plus faciles. Par contre, avec le recul nécessaire, nous pouvons voir que tout dépend de quel angle nous regardons une situation, quelle est la hauteur que nous prenons et donc le discernement avec lequel nous pouvons la regarder, l’observer et voir ‘La Vérité’ s’évanouir. Quand nous avons la tête dans le guidon, ou que nous nous contentons de n’écouter qu’un son de cloche, ou de s’abreuver toujours à la même source, il est difficile de se rendre compte qu’il existe d’autres points de vue pour regarder une situation, la vie, etc., et d’en avoir une opinion neutre.

    Alors, oui, que faire pour sortir de ce manque de discernement, de cette croyance de posséder ‘La Vérité’ et de tomber dans l’arrogance, ou au contraire de dissiper nos doutes et cette perpétuelle remise en question ? Parfois, en parler à d’autres qui ont l’esprit suffisamment ouvert pour échanger des propos, s’informer à diverses sources, voyager, ouvrir son cœur, écouter, se remettre en question et poser des questions ; aide à voir qu’il y a plus d’une Vérité et rend l’humilité. Le tout est d’y penser à temps ou quand nous sommes embourbés dans une discussion de vérité ! Raison de plus pour développer notre conscience.

    Deux phrases du Mahatma Ghandi me ramènent également toujours à prendre distance et pouvoir revoir ma position : « La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » – « Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n’est pas impossible que tout le monde ait tort. ».

    Dans cette « quête de la Vérité », sur un plan plus élevé, tout simplement regarder le ciel et se dire que l’étoile que nous pouvons voir n’est déjà plus à cet endroit quand nous la voyons ; nous ramène à relativiser toutes ces « petites vérités » du quotidien. D’ailleurs, entre-temps, cette étoile est peut-être déjà éteinte. Qui sait, à ce jour ce qu’il en est ? Cela donne envie de découvrir avec enthousiasme ces « grandes vérités » dont vous parlez. Merci pour la clarté.

  11. Pax Vobiscum

    Le philosophe Socrate a déclaré: “Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien.” Ceci constitue, à mon avis, une parfaite déscription de l’état d’esprit qui devrait animer toute personne désireuse de se lancer dans sa “quête spirituelle”. Son cheminement sur le sentier de la Connaissance demeure ainsi un éternel point d’interrogation.

  12. Lermite

    La distinction entre «quête de la vérité» et «enquête sur la vérité» porte beaucoup à réfléchir. Être en quête de vérité est un cheminement des plus enrichissant, où nos convictions du moment ont la possibilité d’évoluer vers toujours plus de vérité. Être ouvert à la Vérité ou penser la détenir en voulant avoir raison à tout prix est le choix entre grandir ou stagner.

  13. Le Tigre

    “Une quête de vérité”, c’est au mieux ce qu’on peut faire. Notre Maître intérieur nous aide à cette recherche.

  14. esther melèdje

    Un adage dit : “On peut tromper une partie du peuple une partie du temps, tout le peuple une partie du temps, mais pas tout le peuple tout le temps”. Il signifie ce qu’il énonce, mais ma compréhension est que la vérité finit toujours par faire surface.

  15. Walterson

    Ce que l’homme conçoit comme vérité est toujours relatif. Elle s’associe à une culture, une éducation, un lieu, etc. Prenons par exemple quelqu’un qui marche en pleine nuit au milieu de grands arbres. Il s’effraie à la vue d’un monstre et il retourne chez lui. Le lendemain il retourne au même endroit et voit que ce qu’il avait vu n’était qu’une branche d’arbre. Si nos sens nous limitent à définir ce qu’est la vérité, c’est parce que la vérité n’est pas matérielle, non concrète. Nous voulons toujours voir pour croire quelque chose. Il n’y a qu’une seule vérité et elle est en nous. Nous l’assimilons graduellement à notre conscience objective par la méditation et la prière.

  16. Antoine Achard

    Nous baignons dans un monde de “vérités”: médiatiques, politiques, philosophiques, financières, le tout chapeauté par ce qui semble bien être un “ministère de la Vérité” comme l’écrivait Orwell. Qui est encore assez naïf pour croire tout ce qui paraît dans les médias ou assez crédule pour croire toutes les conclusions de la science ou les crédos des religions ? Je crois qu’il nous faille apprendre à remettre en question nos certitudes qui elles sont des vérités du moment, vérités qui nous sont utiles pour un temps. Je cite encore Nietzsche qui écrivait en guise de boutade: “la vérité c’est le mensonge”, à savoir que nous sommes bien loin de “la” Vérité qui elle ne pourra probablement jamais être exprimée par des êtres finis comme nous.

    Je crois que la recherche de la vérité est une des attitudes qui donne du sens à notre vie. Rechercher la vérité sur nous-même et nos comportements, découvrir ce qui est beau et harmonieux en nous, de même qu’avoir le courage de regarder ce qui y est moins reluisant. Les vérités qu’ont les autres sur certains sujets, leur vision, me semble toujours intéressant car elles montrent des facettes qui ont attiré leur attention. D’ailleurs, chacun circumambule autour d’un point de connaissance et en voit des aspects qui échappent à d’autres et, par le partage, fait avancer un peu plus la compréhension. Je crois que c’est un des buts de ce blog. Socrate utilisait la méthode de la maïeutique pour faire découvrir les vérités que chacun a en soi. Or, après quelques années, il m’apparaît que les sujets abordés dans ce blog, les questions, les points de réflexion etc. procèdent de cette même maïeutique et ont ce même but de nous faire découvrir les vérités ou les réalités qui sont latentes en nous…..même si elles doivent être remises en question de temps à autres.

  17. Patrick

    La vérité dans l’absolu est relative car l’homme est soumis principalement à ses cinq sens qui sont limités.
    Il suffit simplement de rappeler la constitution atomique de la matière pour constater que ce que nous voyons n’est ni la vérité, ni la réalité.
    Je pense que le mensonge, contrairement à des dogmes religieux, a sa place dans certaines circonstances à partir du moment où il va dans la direction du bien pour nous-même et du bien pour autrui.
    Bien sûr, le mensonge motivé par le désir de nuire, de tromper ou de se vanter, est un poison à proscrire totalement.

Laisser un commentaire

*

Articles récents
Articles similaires