A propos des mantras

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Les mantras, tels qu’ils sont employés dans les traditions orientales, notamment dans le Bouddhisme et l’Hindouisme, sont des mots, des expressions ou des phrases auxquels on attribue un pouvoir particulier, étant entendu qu’il faut les dire ou les psalmodier à voix haute et de façon répétitive. C’est ainsi qu’il y a des mantras de protection (contre l’adversité, les maladies, les ennemis, etc.), d’acquisition (pour la connaissance, la richesse, la santé, etc.), de dévotion (dans le culte de Ganesh, de Kalî, de Hanuman, etc.) et de réalisation spirituelle, pour ne citer que les quatre catégories majeures.

Sans doute connaissez-vous le mantra Om Mani Padme Hùm, utilisé couramment dans le Bouddhisme. Appelé plus communément le « Mani », ce mantra peut être traduit par « Le joyau dans le lotus », le joyau symbolisant Brahman (la Divinité des divinités, la Vacuité absolue), et le lotus représentant la conscience humaine en voie d’épanouissement. Les Bouddhistes l’emploient régulièrement pour accéder à un état spirituel transcendantal, voire pour obtenir l’Illumination, Etat ultime que partagent les Bodhisattva, ces Réalisés qui se sont affranchis du cycle des réincarnations successives.

En tant que mouvement traditionnel et initiatique, l’A.M.O.R.C. perpétue l’usage des mantras, ou plus exactement l’emploi de sons auxquels les Rose-Croix attribuent des effets mystiques particuliers. Je ne peux, dans le cadre de ce blog, entrer dans des explications détaillées et approfondies, car elles sont réservées aux membres de l’Ordre. Je dirai simplement que ces sons, lorsqu’ils sont correctement entonnés, produisent des effets physiques, psychiques et spirituels précis. Par ailleurs, ils ont des vertus thérapeutiques non négligeables. Cela ne veut naturellement pas dire qu’ils constituent en eux-mêmes un substitut à la médecine. L’expérience prouve plutôt qu’ils permettent d’intensifier et d’accélérer les processus de guérison.

Chacun sait que la musique produit des effets sur les êtres humains, et même sur les animaux et les plantes. Plus elle est mélodieuse et harmonieuse, plus ces effets sont positifs. Ceci est tellement vrai qu’elle a donné lieu à une pratique de plus en plus répandue, y compris dans le milieu médical : la musicothérapie. De même, la voix humaine, bien utilisée, peut servir de support à ce qui est connu sous le nom de « vocothérapie ». Tel est notamment le cas des sons vocaux employés par les Rosicruciens, étant entendu, je le répète, qu’ils ne les utilisent pas à la place des traitements qu’un médecin pourrait leur prescrire en cas de maladie.

Le propre des Rosicruciens étant de mener une quête de Sagesse, ils utilisent également certains sons vocaux pour méditer et s’harmoniser avec le monde spirituel. Parmi eux, nous retrouvons naturellement le son Om, dont l’intonation stimule la conscience de l’âme et la met en résonance avec les plans supérieurs de la Création. A l’occasion, et même si vous n’accordez qu’un intérêt relatif à la spiritualité, voire aucun, prenez le temps de l’entonner quelques minutes, de préférence dans la position assise, sur le ton qui vous semble le plus naturel, et en ayant à l’esprit qu’il est de nature apaisante et régénératrice. Si vous le faites sans préjugé, nul doute que vous en ressentirez les effets positifs.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+