A propos de l’écologie

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Depuis quelque temps, l’écologie est au cœur de nombreux débats et occupe une place relativement importante dans les discussions. On ne peut que s’en réjouir, car cela prouve qu’une prise de conscience enfin généralisée s’est faite au cours des dernières années. Pour une majorité de personnes, il est devenu évident que si rien n’est fait pour mettre fin aux ravages causés par les hommes à l’environnement (pollutions diverses, atteintes aux écosystèmes, déforestation excessive, disparition d’espèces végétales et animales, etc.), notre planète sera invivable d’ici quelques générations. Que dire également de l’énergie nucléaire, dont la dangerosité est un fait établi, sans parler des déchets radioactifs qu’elles produisent ?

S’il y a un très large consensus sur l’état préoccupant de la Terre et sur les menaces qui pèsent sur l’humanité, on note néanmoins quelques désaccords, en particulier à propos du réchauffement climatique. Si la grande majorité des scientifiques disent qu’il est dû en grande partie à l’activité humaine, notamment à l’émission de gaz à effet de serre, certains pensent qu’elle ne fait qu’accélérer un processus qui est naturel à la base et qui s’est déjà produit dans un lointain passé. Il en est même quelques-uns qui pensent que les hommes n’ont aucune part de responsabilité dans ce réchauffement, voire que le climat ne s’est pas réchauffé.

Bien que n’étant pas spécialiste en la matière, il me semble évident que le climat s’est réchauffé au cours des dernières décennies, et qu’il s’est produit un dérèglement dans les saisons, et ce, sur l’ensemble de notre planète. Ne serait-ce qu’en Normandie, où je réside, et, sauf exception, les hivers sont de moins en moins froids et les étés de moins en moins chauds. Je n’ai aucune compétence pour dire si ce réchauffement est dû à l’activité humaine ou si elle l’a simplement accéléré. Mais dans le doute, je pense qu’on devrait partir du principe que nous en sommes responsables et mettre fin à tout ce qui est susceptible de l’alimenter à court, moyen et long terme. Dès lors, on serait certain d’agir de façon écologique.

Laisser supposer, comme certains le font, que les hommes n’ont aucune responsabilité dans le réchauffement climatique et dans les conséquences qui en résultent (élévation du niveau des océans, accroissement du nombre de catastrophes naturelles, bouleversement des saisons, etc.), revient à les déresponsabiliser. Or, il est évident que notre comportement est déterminant en ce qui concerne l’avenir de notre planète et de ses habitants, et ce, aussi bien sur un plan individuel que collectif. Convaincus de cela, les Rosicruciens s’efforcent d’avoir une attitude écologique, comme le confirme d’ailleurs le « plaidoyer rosicrucien pour une écologie spirituelle ».

Si l’on ne peut nier qu’il y a désormais une prise de conscience généralisée quant à la nécessité d’opter pour un comportement plus écologique, on constate malheureusement que les mesures concrètes ne suivent pas au niveau des gouvernements, lesquels sont davantage préoccupés par le “maintien de l’économie” et la “relance de la croissance”. De mon point de vue, il s’agit là d’une vision à la fois erronée et de court terme, car la dégradation de l’environnement, outre son impact négatif sur la vie et la santé des êtres humains, coûtera énormément d’argent aux États, sans jamais réparer tous les dégâts et dommages causés.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+