Quelle importance l’Ordre de la Rose-Croix accorde-t-il à l’éthique ?

Le monde actuel

Comme chacun peut le constater, le monde actuel ne va pas bien : crise économique et sociale, misère, pauvreté, conflits, guerres, inégalités marquantes, violations des droits les plus élémentaires, dictatures, atteintes à l’environnement, etc. Mais qui est à l’origine de cette situation chaotique, si ce n’est l’homme lui-même ? Il est évident que si la majorité des habitants de notre planète exprimaient ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine, les choses iraient infiniment mieux, et l’humanité, dans son ensemble, serait beaucoup plus heureuse qu’elle ne l’est actuellement.

Le « bien vivre ensemble »

Que faut-il entendre par «exprimer ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine» ? Comme chacun le comprendra, il s’agit d’exprimer ce que l’on appelle couramment les «qualités», que Socrate, le père de la morale, préférait désigner sous le nom de «vertus». Il en est ainsi de l’honnêteté, de l’humilité, de la générosité, de la tolérance, de la bienveillance, etc. Or, l’éthique, au sens large du terme, est l’aptitude à manifester ces qualités à travers notre comportement, au sein de la famille comme de la société. Vous conviendrez certainement que cela n’a rien de moralisateur et ne peut que contribuer au « bien vivre ensemble ».

Socrate (-470 – -399) est considéré comme le père de l’éthique.

L’absence d’éthique

S’il y a des guerres en ce monde, c’est parce que la plupart des êtres humains se laissent encore dominer par la violence, l’esprit de vengeance et la haine ; autant de sentiments négatifs qui les incitent à s’agresser mutuellement et à s’entretuer. S’il y a des millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui ne mangent pas à leur faim ou n’ont pas le nécessaire pour vivre décemment, c’est en raison de la propension des individus et des États à être égoïstes. Si l’économie est aussi vacillante et génère autant d’inégalités, c’est parce que la cupidité et la malhonnêteté gangrènent tous les niveaux de la société. C’est donc l’absence d’éthique qui est à l’origine de l’état chaotique du monde.

L’éthique rosicrucienne

Depuis toujours, l’éthique fait partie intégrante de valeurs prônées par l’Ordre de la Rose-Croix. En effet, sa philosophie est fondée sur l’idée que tout être humain est perfectible et que le bonheur auquel il aspire individuellement et collectivement dépend effectivement de son aptitude à exprimer ce qu’il y a de meilleur en lui, c’est-à-dire les vertus dont il a été fait mention précédemment. Convaincus de cela, les Rose-Croix font de l’alchimie spirituelle une pratique majeure. Celle-ci consiste à travailler sur nous-mêmes, afin de transmuter graduellement nos défauts (nous en avons tous) en leurs qualités opposées, et de devenir ainsi plus sages dans nos jugements et dans notre comportement.

Comme l’atteste ce livre, l’Ordre de la Rose-Croix accorde une grande importance à l’éthique.

Vers une éthique universelle

Si vous admettez que l’éthique est l’aptitude à manifester les qualités qui font la dignité de tout être humain, vous comprendrez qu’elle est universelle en essence. En effet, être honnête, humble, généreux, tolérant, bienveillant, etc., est une question, non pas de race, d’ethnie, de nationalité, de classe sociale, de religion, etc., mais de volonté personnelle. Rien ni personne ne peut empêcher quiconque d’éveiller ces qualités s’il le veut vraiment et s’il en fait le fondement de sa philosophie. Quoi qu’il en soit, c’est ce que les Rose-Croix s’efforcent de faire au quotidien. Cela ne veut pas dire qu’ils sont parfaits, mais au moins s’efforcent-ils de se parfaire et de rendre le monde meilleur.

Lire le texte « À propos de la morale »

Partager cet article

Cet article a 22 commentaires

  1. Vivaldi

    Selon le texte on peut comprendre que tout être humain est appelé à vivre selon les principes d’éthiques et celui qui a choisi de vivre selon ces principes, est appelé à réaliser en soi ce grand travail de transmutation, qu’est  » nos défauts en leur qualités opposées ». Donc, rapidement on pourra comprendre que chaque être humain une fois réalisé cette alchimie en eux, nous amènera vers un monde avec des hommes plus vertueux, ce qui par la suite déboucherait sur une société plus Paisible, Fraternelle, etc… Apprenons à nous parfaire!

  2. JACKSON MUNGUAKONKWA

    Les vertus étant l’expression du Cœur nous devons d’abord les connaître puis les mettre en pratique ! Ils sont enseignés sous divers formes de la vie comme par exemple l’éducation familiale, scolaire… etc

    Dans notre société nous voyons, que bien que nous soyons mauvais, intolérant, tyran, dictateur, nous voulons toujours être en face d’une personne qui est tolérante, courageuse, patiente… qui nous écoute et qui met en pratique ce que nous lui dictons de faire ; Cela prouve que au plus profond de nous-même nous aspirons d’être en face de quelqu’un qui manifeste les nobles vertus mentionnés dans le la publication concernant l’éthique de la R+C .

    Avec le travail sur nous-même, nous espérons un jour mieux faire pour rendre les autres heureux grâce à nos pensées, paroles et actions.

  3. Thierry Vidalenc

    Bonjour Philippe, il se peut que pour faire évoluer la pensée commune, le seul chemin soit le développement personnel. Dans se sens, l’individualisme est la seule voie possible.

  4. esther meledje

    « Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels apprenant des expériences humaines », cette citation étaye ce très pertinent propos du Grand Maître dont la finalité est la prise de conscience et l’intégration de ces expérimentations conduisant à la sagesse. Pour cette raison, j’ai pris la liberté de proposer en lecture ou relecture directe « Ethique des Rose-Croix » :

    « Sois patient, car la patience nourrit l’espérance et fait du temps un allié sur le sentier de la vie.
    Sois confiant, car la confiance en soi est une source d’épanouissement, et celle qu’on accorde aux autres une source d’amitié.
    Sois tempéré, car la tempérance évite de tomber dans les excès et procure l’apaisement.
    Sois tolérant, car la tolérance élargit l’esprit et favorise les relations humaines.
    Sois détaché, car le détachement est un gage de liberté et cultive la richesse intérieure.
    Sois généreux, car la générosité fait autant de bien à celui qui donne qu’à celui qui reçoit.
    Sois intègre, car l’intégrité est le garant d’une bonne conscience et apporte la sérénité.
    Sois humble, car l’humilité grandit celui qui en fait preuve et lui vaut le respect des autres.
    Sois courageux, car le courage construit au quotidien et rend fort dans l’adversité.
    Sois non violent, car la non-violence génère l’harmonie intérieure et répand la paix entre les êtres.
    Sois bienveillant, car la bienveillance réjouit le coeur et embellit l’âme.
    Etant cela, on pourra dire de toi que tu es sage, car la sagesse est l’application de ces vertus… »

    Quel programme chargé le chemin de la sagesse ! (esther melèdje)

  5. JACKSON MUNGUAKONKWA

    Les vertus étant l’expression du Cœur nous devons d’abord les connaître puis les mettre en pratique ! Ils sont enseignés sous divers formes de la vie comme par exemple l’éducation familiale, scolaire… etc

    Dans notre société nous voyons, que bien que nous soyons mauvais, intolérant, tyran, dictateur, nous voulons toujours être en face d’une personne qui est tolérante, courageuse, patiente… qui nous écoute et qui met en pratique ce que nous lui dictons de faire ; Cela prouve que au plus profond de nous-même nous aspirons d’être en face de quelqu’un qui manifeste les nobles vertus mentionnés dans la publication concernant l’ideal éthique de la R+C .

    Avec le travail sur nous-même, nous espérons un jour mieux faire pour rendre les autres heureux grâce à nos pensées, paroles et actions.

  6. Philippe Sicard

    Cet article ramène à celui sur l’éducation, et l’importance de celle-ci à condition qu’elle soit porteuse des valeurs essentielles. Au-delà, on peut regretter que chaque ville ou village, comme une entreprise, soit préoccupée de croissance, laquelle impacte le revenu des élus. Pour être pragmatique, à quand des critères de bonheur et des bonus-malus reposant sur des mesures de la délinquance, de la pollution, des bouchons, des espaces verts en proportion du nombre d’habitants, du nombre et de la qualité des équipements sociaux, sportifs, culturels…? Est-ce que atteindre ces résultats n’inciterait pas à cultiver des valeurs morales, éthiques, voire mystiques ?

  7. Philippe RC

    Je pense que le comportement éthique est chose naturelle pour l’être humain. Malheureusement, la société dans laquelle nous vivons tend à nous en éloigner petit à petit et exacerbe ce qu’il y a de moins bon en l’homme : individualisme, égoïsme, égocentrisme, intolérance, etc., et beaucoup de gens en viennent à croire que l’homme est perfide par nature, ce qui me semble faux. Ainsi, il s’agirait plutôt de s’appliquer à retrouver cette pureté originelle qui constitue l’essence de ce que nous sommes et, comme l’a écrit le scientifique Axel Kahn, rechercher la bonne voie guidée par le bien ou l’évitement du mal, car jamais les situations critiques n’affranchissent quiconque de recourir à la pensée éthique pour décider de ses actions ou réactions. C’est même l’inverse, elles la rendent plus essentielle encore.

  8. esther meledje

    Chaque être humain a en lui ses « démons » à « dompter », aucun d’entre nous n’étant parfait sur cette Terre. Certes, nous devons faire en sorte que le meilleur en nous-mêmes soit le plus souvent perçu, mais avons aussi pour tâche de « déteindre » ce meilleur sur les autres qui, peut-être par mimétisme, et ensuite avec une meilleure connaissance d’eux-mêmes, et donc, une compréhension de qualités latentes en eux, apprendront à rayonner l’Amour autour d’eux et influenceront positivement de cette manière, leur entourage à leur tour. esther melèdje

  9. Rapha

    Bonjour à tous,

    Même si je n’ai pas le talent d’un écrivain, j’aime bien écrire sur les sujets que j’analyse et sur la compréhension que j’en ai. Je me permets donc de partager un court passage de cette analyse, pour ceux qui veulent lire.

    L’éthique vient bien de nous-mêmes, à notre niveau. Le Grand Maitre nous l’explique très bien, avec des mots bien choisis et plus que pertinents. Mais pour ceux qui n’ont pas fait le travail sur soi ; il est aussi sociétal, dû au système social lui-même selon moi, voici quelques petits passages de cette analyse :

    Nous vivons dans une société capitaliste, cela n’est ni bon ni mauvais, cela dépend de ce que l’on décrète être capital. En effet un capital par définition est : qui est le plus important, le premier.

    Comprenez que tant nous acceptons une société où nous décidons que le capital est le plus important, le but ultime à atteindre, alors il est correct de mettre la priorité sur celui-ci.Or dans notre système mondial actuel, nous avons décrété que parmi toutes les possibilités le seul capital réel est l’argent les biens matériels, et le statut social directement induit du capital. Nous avons décrété et fondé ce système capitaliste, sur une chose qui n’a aucune valeur réelle pour la vie, l’argent pourrait être un outil, mais surement pas une chose capitale à notre vie dans l’aspect naturel de la vie et de l’univers.

    Qu’est-ce qui définit quelqu’un aujourd’hui ? Lorsque nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, en discutant avec, quelle est la question qui va irrémédiablement être posée ?

    La plupart du temps on va commencer par un bonjour comment allez-vous de manières un peu rhétoriques (en réalité la plupart des gens se fiche de comment la personne va, il ne la connaisse pas), puis que fais-tu dans la vie (sous-entendu quel métier).

    Donc en fait nous nous faisons une idée d’une personne par son métier, hors beaucoup n’ont pas choisi ce métier, ils ne les représentent pas du tout, mais cela nous permet de les classer socialement de le mettre dans une case.

    On demande rarement a quelqu’un qui es-tu, pire si un jour on les demande: qui êtes-vous, la plupart des gens ne seraient pas quoi répondre, autre que leurs noms et prénoms, ou leurs professions.

    En analysant cela nous pouvons en déduire de comment nous sommes nous même le système. En approfondissant les choses, on se rend rapidement compte que ce n’est pas l’argent ou plutôt le manque d’argent qui créent la violence, mais la considération du système, et donc des gens.

    Je m’explique, si nous existons uniquement aux yeux d’autrui et du système que par notre richesse et/ou statut social, il ne faut pas s’étonner de créer des distinctions et donc de diviser les gens. Il ne faut pas aussi s’étonner que les gens aient envie d’exister. Si on leur fait croire et ressentir que le seul moyen d’exister, d’être considéré est de posséder alors ils seront prêts à tout pour cela.

    Nous ne vénérons pas la sagesse, la gentillesse, ou encore la compassion, oh non, cela est même assimilé à une faiblesse… (Quelqu’un de gentil et innocent, dans notre monde c’est un « pigeon »).

    Nous préférons vénérer le pouvoir, l’argent, la possession, d’ailleurs les gens se vantent d’être des requins, dans le sens qu’il bouffe les autres, et qu’il se mange même entre eux, oui être un requin, ou faire de l’argent aux dépens de quelqu’un d’autre (le mec est pris à la gorge on va le saigner… vous connaissez ce genre de phrase), c’est ça réussir dans notre monde, on se vante même de cela.

    Il est peut être tant de rectifier cela, faire que les valeurs et les vertus humaines soit la priorité, qu’être une bonne personne devienne le point central du système et que nos idoles ne soient plus celle de la bêtise, de la méchanceté et de la médiocrité, mais celle de la bonté, du savoir et de la sagesse.

    Ici je vous propose une société basée sur un capital différent: l’humain, la vie, où le plus important ne sera pas d’être riche de matières, mais de s’enrichir en tant qu’être.

    Or si nous avions une vision plus humaniste et non capitaliste argent, nous n’accepterions pas tout cela, nous serions prêts à nous passer de certaines choses, nous n’aurions pas inventé l’obsolescence programmée, mais notre société est capitaliste, elle est tournée autour du capital argent et non humain, alors nous préférons sacrifier l’humain/la vie plutôt que l’argent. (Même si pour sauver les apparences nous ne l’admettons pas).

    Il est important de comprendre que nous pouvons changer nous-mêmes, et que c’est qu’ainsi que le monde changera, et non en le combattant. Libre à vous de faire preuve de bienveillance, libre à vous d’aller voir l’agriculteur du coin plutôt que le supermarché, libre à vous de décider ce qui est en accord avec votre conscience, et la conscience du tout. Même si le système n’est pas conçu ainsi, et que cela demande un effort de notre part. Soyons un système dans le système (tout en respectant les lois, et obligations du système dans lequel on vit, bien entendu…) pour le moment et lorsque nous serons assez nombreux, c’est le système lui-même qui devra s’adapter, agissons dans notre vie de tous les jours en ce sens, et le monde changeras petit à petit.

  10. Vivaldi

    Conscient de la situation troublante que connait le monde, on voit qu’il y a nécessité pour nous, les humains, de transmuter notre être (Alchimie). Cela permettra de créer non seulement le monde idéal, mais aussi l’homme de demain.

  11. Maguy C

    L’éthique fait partie de la vie de tout un chacun. Il est difficile de vivre sans éthique. Pour se construire, un enfant a besoin de respecter certaines règles essentielles. Il doit comprendre les
    valeurs de la vie, de la société et de tout ce qui l’entoure. Petit à petit, l’enfant en grandissant se
    forgera lui même une idée des autres, une idée de la vie et adoptera un comportement en conséquence. Il est certain que l’entourage immédiat aura une forte influence sur lui et sa façon de penser et d’agir. (Tout comme ses fréquentations, ses occupations, ses lectures…).
    Ceci dit, je reste persuadée qu’il est important de se forger une « éthique » et d’y rester fidèle sans pour autant évidemment tomber dans une rigueur extrême car le discernement est indispensable dans toute situation. Cette éthique doit être basée sur le respect de l’autre, le respect de la société que l’on partage, le respect des animaux, de la nature… Cela constitue une règle de vie équilibrante pour tous car cela correspond aux appels de notre âme et de notre cœur. Et quand on est en paix avec les instances de notre être intérieur, on ne peut qu’être satisfait. J’ajoute que cela permet aussi d’avoir une personnalité forte, indépendante et qui ne sera pas sensible à la manipulation environnante.

    Les enseignements rosicruciens participent en grande partie à l’élaboration de la personnalité de tout un chacun et permettent de « se forger une éthique » qui correspond réellement à ce que l’on peut attendre de tout être humain. Il est indéniable que ces enseignements permettent également de développer les facultés latentes en tout être humain de façon douce et sûre. Ils sont complets et abordent tous les thèmes et sujets que chaque homme et chaque femme est en droit de connaître et de faire sien. Cela ne peut que confirmer l’importance de conserver en soi un beau carnet d’éthiques qui ne pourra que confirmer que la Vie est belle si on sait la regarder avec les yeux du cœur et de la Connaissance.

  12. anstotz

    Grand Maitre,
    j’ai lu avec attention votre message sur l’éthique, qui n’appelle qu’un seul commentaire de ma part : l’homme doit changer, mais il ne le peut pas s’il ne retrouve pas en premier une spiritualité.

  13. esther melèdje

    La raison de notre présence sur la Terre étant de nous parfaire en tant qu’êtres humains, notre plus grande attente devrait être d’atteindre la sagesse. L’éthique est un puissant levier qui nous guidera pas à pas vers une telle attente. Si nous nous efforçons de la mettre en application, nous attirerons des réalisations positives dans nos vies en plus du but recherché.

  14. pivoine

    Lors d’une exposition une peinture représentait un homme qui se tenait devant une maison et qui frappait à la porte, les gens la trouvait très belle. Un observateur attentif remarqua un détail, il alla trouver l’artiste et lui dit, vous avez oublié un détail: la porte à laquelle frappe l’homme n’a pas de clenche, comment pourrait-il entrer ? C’est la porte de notre cœur dit l’artiste. On ne peut l’ouvrir que de l’intérieur.

  15. Angélique

    La question se pose à savoir qu’est-ce qui fait qu’une personne ne s’évertue pas à faire preuve d’éthique. Il est clair qu’accuser la société ou l’humanité de ce manque d’éthique, c’est comme s’exclure du fonctionnement de la société ou de l’espèce humaine. Etant donné que la société et l’humanité sont faits d’individus, s’il n’y avait pas d’individus la question ne se poserait pas. Mais, il n’en est pas ainsi. Donc, revenons les pieds sur terre en gardant la tête tournée vers la lumière.

    L’entourage dans lequel nous grandissons et vivons par après a certainement une influence. Néanmoins, que l’environnement et l’éducation d’une personne soit exemplaire en termes d’éthique ou pas, les exemples sont nombreux de personnes qui ont démontré la volonté de mener une vie vertueuse dans les pires circonstances et de personnes dérivant vers la débauche, la tromperie, l’égoïsme, etc… pourtant entourées de personnes positives et bienveillantes. Quand un enfant décide déjà très jeune de faire preuve d’éthique et défend des valeurs et des vertus, c’est que sa conscience est déjà suffisamment éveillée pour faire la différence et que quelque chose de subtil et de profond en lui le soutien à continuer à marcher sur ce chemin de vie positive, même sans en comprendre le pourquoi à cet âge-là. Souvent cela leur semble une évidence.

    Nous pouvons aussi constater des changements radicaux et positifs chez des personnes moins vertueuses, à tout âge, qui suit à des évènements importants dans leur vie, ou une phrase, ou la rencontre d’une personne, un film qui les inspire, etc., prennent conscience de leurs pensées, paroles et actes et s’appliquent à développer leurs qualités et à avoir une vie vertueuse. Quelque chose se passe au niveau de leur conscience. Une ouverture se crée et le chemin vers la rencontre avec cette sagesse peut s’amorcer.

    Nous avons tous besoin de détermination et de courage, de volonté pour avancer sur ce chemin de la vertu, accepter notre responsabilité en tant que membre de cette société et de l’humanité. Cette force nous pouvons la trouver qu’à l’intérieur de nous-même ; ce qui n’empêche personne de chercher conseil à l’extérieur, mais le meilleur guide restera toujours notre guide intérieur, à condition de pouvoir lui parler et de vouloir l’écouter. En ces moments de questionnement, je me rappelle souvent ce que disait le Mahatma Ghandi « Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. ».

  16. Pax Vobiscum

    À mon avis, le plus souvent, notre méchanceté tire sa source dans le sentiment d’injustice que nous ressentons devant les épreuves de la vie. Nous devenons ainsi incapables d’exprimer le meilleur de nous-mêmes envers autrui parce que «la vie ne nous fait pas de cadeaux». C’est pourquoi nous avons besoin de spiritualité, car celle-ci nous insuffle la force intérieure de refouler les émotions négatives qui nous empêchent de faire preuve d’éthique au quotidien.

  17. Patrick

    L’éthique, appelée « morale » à une autre époque, doit constituer le ciment de nos actions pour vivre dans une société plus évoluée et plus heureuse.
    Malheureusement, on peut remarquer qu’elle n’est pas toujours la qualité dominante actuellement, par exemple en politique.
    Il me semble que dans tous les domaines de la société : médecine, politique, économie, écologie, religion, technologie, les acteurs concernés devraient s’entourer de cette valeur pour animer leur réflexion et prendre leur décision.
    De plus, l’éthique devrait être enseignée dès les classes primaires par des professeurs bien formés dans ce but.

  18. Smaragdus

    Bonsoir,
    Il me vient à l’esprit cette phrase du Christ : « Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’il te fasse ». Je crois que l’éthique y est toute résumée. Le point de départ est le coeur de l’homme, et cette puissance rayonne ensuite vers l’extérieur, vers les circonférences. En cela l’éthique est d’abord un engagement individuel, une discipline de vie qui nous amène à respecter les autres pour se respecter soi.
    Bien fraternellement.

  19. Anne-Marie K

    J’observe également une certaine corrélation entre la diminution des valeurs éthiques et l’augmentation de la décadence, qui est déjà bien en cours – ne nous faisons pas d’illusions à ce sujet – ceci au niveau mondial quel que soit son aspect : qu’il s’agisse d’une survalorisation et l’excès des divertissements, par exemple du type « panem et circences » avec ses dérives comme l’hystérie et la vénération collective des supporteurs et spectateurs, apparus déjà vers la fin de l’empire romain et également présent chez nous, l’envoûtement des jeux vidéo, la consommation excessive des boissons alcooliques et des drogues etc. Ajoutons également les tendances agressives voire belliqueuses actuelles au niveau individuel et collectif, le développement de l’intégrisme, etc. Décadence par le manque d’éducation et de conscience, par la survalorisation de l’égo, par la manipulation publique, commerciale et politique. Ajoutons d’autre part un laxisme en progression de plus en plus généralisé et une passivité croissante dus au flux submergeant d’informations, sans oublier le profilage exagéré des adeptes des médias voyeuristes.

    Alors, comment faire face ? Chose difficile mais pas impossible. Une prise de conscience est nécessaire :regardons les choses en face, réfléchissons et devenons responsables avec l’amour dans notre cœur grand ouvert, adoptons ces vertus et qualités, devenons maître de notre vie, orientons-nous vers la spiritualité et l’humanisme afin d’être digne de porter le nom d’être humain. Où commencer ? Consultez la recette d’André.

    Cordialement.

  20. esther melèdje

    Malheureusement, ce n’est pas une voie facilement accessible à tous (les personnes vivant leurs expériences du moment). Beaucoup préfèrent être permissifs envers eux-même et sont passés maîtres dans l’art d’user de leur « intelligence » au détriment d’autrui. Ainsi certaines personnes qui ont triché pour gagner donneraient comme excuses qu’elles ont juste changer les règles du jeu.

  21. André

    A lire d’urgence pour comprendre ce que le Grand Maître veut dire: « Le code de vie du Rose-Croix » et  » L’éthique du Rose-Croix ». Toute organisation spiritualiste se doit de proposer un idéal de vie très élevé, ne serait-ce que pour que chacun y trouve une certaine résonance en lui, et l’AMORC ne déroge heureusement pas à la règle. Après, il ne reste qu’à travailler sur soi-même.

  22. Antoine Achard

    Il apparaît évident, comme vous l’écrivez, que le manque d’éthique est à l’origine de l’état chaotique du monde actuel. Mais comment éveiller l’homme à être gouverné par une pensée éthique sinon par l’éducation aux réalités intérieures. J’ai constaté que tous les hommes normalement constitués peuvent avoir accès à une couche de conscience où se retrouve une forme de direction morale supérieure. Il m’est apparu aussi que seuls ceux qui avaient reçu une éducation leur permettant d’accéder à une conscience éthique avaient le plus de probabilité de se conduire selon cette sage réalité. Je crois que l’intimité du milieu familial et la bonne interaction avec son milieu social immédiat jouent un grand rôle dans l’accession à une conscience éthique. Aussi, il me semble logique que cette éducation éthique et morale puisse s’être poursuivie sur plusieurs incarnations.

Laisser un commentaire

*

Articles récents
Articles similaires