A propos des animaux

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Pendant des siècles, on a considéré les animaux comme des êtres, certes vivants, mais dépourvus de conscience et de sensibilité. La religion comme la science les ont longtemps relégués au rang de « choses » utiles ou nuisibles, dénuées d’âme et animées par un instinct strictement biologique. Pour des raisons différentes (théologiques dans un cas et matérialistes dans l’autre), une distinction très nette, pour ne pas dire abyssale, a été faite entre l’animal et l’homme, ce dernier étant considéré comme un être à part dans la Création, supérieur en tous points aux autres créatures terrestres.

Malheureusement, cette vision religieuse et scientifique des animaux a eu et a encore des conséquences dramatiques sur la manière dont on les traite. Dans ce monde que l’on dit civilisé et développé, on les chasse pour le seul plaisir, on les élève et on les abat dans des conditions souvent indignes, on les utilise comme « cobayes » au nom d’une conception archaïque de la science, on les prive de leur milieu naturel, causant ainsi leur disparition à moyen terme… Alors qu’ils étaient sur terre avant nous, alors qu’ils sont indispensables aux écosystèmes dont nous dépendons, alors que nombre d’entre eux participent directement ou indirectement à notre nourriture et donc à notre survie, alors que les plus familiers parmi eux nous accordent toute leur confiance et toute leur affection…, nous continuons à les maltraiter et à les faire souffrir aux quatre coins du monde.

Cela étant, il faut néanmoins reconnaître que les mentalités ont quelque peu évolué, grâce notamment aux associations qui œuvrent à la défense et au respect des animaux, et grâce également aux documentaires animaliers diffusés de temps à autre sur certaines chaînes de télévision. Quoi qu’il en soit, nombre d’observateurs en sont venus à admettre qu’ils possèdent une forme de conscience, pour ne pas dire d’intelligence, ainsi qu’une forme de sensibilité. Il était temps… Par voie de conséquence, le regard que l’on porte sur les animaux en général est en train de changer, en ce sens qu’ils « s’humanisent » de plus en plus aux yeux des gens, ce que l’on ne peut qu’approuver et apprécier. Est-ce à dire qu’ils font l’objet du respect et de l’amour que l’on devrait leur porter ? Malheureusement, non ; loin s’en faut…

Il est pour moi évident que les animaux participent à l’évolution de la conscience, telle qu’elle s’exprime à travers la nature et toutes les formes de vie. En fait, comme nombre de Rosicruciens, je suis convaincu que les plus évolués parmi eux possèdent une âme issue de l’Âme universelle, cette même Âme d’où proviennent les âmes humaines. Je pense même que ce sont des êtres humains en devenir, en ce sens qu’ils en viennent un jour à se réincarner dans le règne humain et à commencer ainsi un nouveau cycle d’évolution à travers ce règne. Vus sous cet angle, ils sont nos “petits frères”, à défaut d’un qualificatif plus approprié. Quoi qu’il en soit, ils n’agissent pas uniquement sous l’effet de leur instinct, comme la religion et la science l’ont affirmé pendant des siècles ; ils sont intelligents et sensibles. Pour s’en convaincre, il suffit de les observer et de les regarder vivre. 

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+