A propos de l’âme du monde

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Sur le plan philosophique, on considère généralement que c’est Platon qui s’est référé pour la première fois à l’Âme du monde (le «Timée»). Il pensait en effet que l’univers formait un tout organisé (le cosmos) et qu’il était animé par une Âme. Selon lui, c’est cette Âme qui gouvernait le mouvement des astres et, d’une manière générale, l’ensemble des cycles universels et planétaires, ce qui explique pourquoi elle fut désignée en latin sous le nom d’«Anima movens». C’est à elle aussi qu’il attribuait la vie, telle qu’elle se manifeste à travers les différents règnes de la nature, et à travers l’homme lui-même.

La notion d’Âme du monde a traversé les siècles et inspiré nombre d’écoles philosophiques et de penseurs, et ce jusqu’à nos jours. Les Rose-Croix s’y réfèrent également dans leur enseignement. Ils pensent en effet que l’univers est imprégné d’une Âme dite «universelle», laquelle est une émanation de Dieu, qu’ils assimilent à l’Intelligence, la Conscience, l’Énergie, la Force (peu importe le terme) qui est à l’origine de toute la Création. Par extension, cette Âme universelle pénètre la Terre et anime la nature, et à travers elle tous les êtres qui la peuplent. En fait, c’est elle qui  fait de notre planète un monde vivant, régi par des lois qui font d’elle un tout cohérent, ordonné et harmonieux.

D’un point de vue rosicrucien, l’Âme universelle possède un attribut majeur : la Conscience, universelle elle aussi. Elle est présente chez tous les êtres vivants et se manifeste à travers eux à des niveaux divers. Plus ils sont avancés dans la chaîne de la vie, plus l’expression qu’ils donnent à cette Conscience universelle est élevée. En toute logique, et comme le montre l’observation, elle l’est davantage dans le règne humain que dans le règne animal, et davantage dans le règne animal que dans le règne végétal. Ce principe est vrai à l’intérieur d’un même règne. C’est ce qui explique par exemple qu’un dauphin ou un chien sont beaucoup plus intelligents qu’une grenouille ou une poule.

Conformément aux explications précédentes, tout être humain possède une âme individuelle qui provient de l’Âme universelle. Étant donné que Celle-ci, à l’image de sa source, est pure et parfaite en essence, il en résulte que nous-mêmes sommes virtuellement parfaits. C’est pourquoi nous sommes capables, lorsque nous exprimons le meilleur de nous-mêmes, de faire preuve de tolérance, de non-violence, d’humilité, de générosité, de bienveillance et d’amour, autant de vertus que Platon et son maître Socrate attribuaient à la présence, en tout individu, d’une parcelle de l’Âme du monde.

Mais si l’être humain possède une âme virtuellement parfaite, on peut se demander pourquoi il est si imparfait dans ses jugements et son comportement, au point d’être parfois malveillant ? Parce qu’il n’a pas conscience de sa perfection latente. S’il vit sur terre, c’est précisément pour réaliser cette prise de conscience et l’exprimer à travers ses pensées, ses paroles et ses actions. Tout individu qui y parvient au terme de son évolution spirituelle devient un agent de l’Âme universelle, ou si vous préférez de l’Âme du monde, et par là même de la Sagesse qui lui est propre. Dès lors, il peut être considéré comme un Sage, un Réalisé, un Rose-Croix…

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+