A propos de l’enseignement rosicrucien

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Régulièrement, je reçois des courriels et des courriers de non-membres qui m’écrivent pour me demander en quoi consiste précisément l’enseignement rosicrucien et quelle en est la spécificité. En règle générale, je leur recommande tout simplement de consulter le site de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix et de lire ce qui est expliqué à son sujet. Cela étant, ce blog me donne la possibilité d’apporter des précisions.

Tout d’abord, il faut rappeler que dans les siècles passés, l’enseignement rosicrucien était transmis uniquement de bouche à oreille dans des lieux tenus secrets. En cela, il est un fait que l’Ordre de la Rose-Croix s’apparentait jadis à une société secrète. Cela était nécessaire pour préserver ses membres des persécutions religieuses et politiques, car chacun sait que dans le passé, les penseurs et les philosophes ont souvent subi la vindicte des autorités religieuses comme politiques. Fort heureusement, les consciences et les mentalités ont évolué depuis, de sorte que l’A.M.O.R.C. n’est plus dans la nécessité de cacher son existence. Le site Internet qui lui est consacré, de même que ce blog, en sont la preuve évidente.

Dès le début du XXe siècle, l’enseignement rosicrucien a été mis par écrit et se présente désormais sous forme de fascicules qui sont envoyés à chaque membre à raison de quatre par mois, ou auxquels ils ont accès par Internet. Ces fascicules couvrent douze degrés, chacun d’eux étant consacré à l’étude de sujets mystico-philosophiques majeurs. Il m’est impossible, dans le cadre de cette rubrique, de tous les énumérer. Pour faire simple, je dirai qu’ils se rapportent à des thèmes auxquels les mystiques se sont toujours intéressés : les origines de l’univers, le but de la vie, les fonctions de l’âme, les phases de la conscience, les étapes de la mort, la réincarnation, la nature des rêves, le symbolisme, la science des nombres, etc., sans oublier nombre d’expériences destinées à maîtriser des pratiques fondamentales en matière de mysticisme : la concentration, la visualisation, la création mentale, la méditation, l’harmonisation astrale, l’éveil psychique, l’alchimie spirituelle, etc. En cela, l’enseignement rosicrucien est certes en partie théorique, mais éminemment pratique.

Parallèlement à cet enseignement écrit, les membres qui le souhaitent peuvent se rendre dans des Loges de l’Ordre et participer à des travaux collectifs. Lors de ces réunions, qui se tiennent généralement à raison de deux par mois, un exposé à caractère culturel ou spirituel leur est lu (environ vingt minutes de lecture). Après quoi, ils peuvent prendre la parole pour faire des commentaires et échanger sur ce qui a été dit. Chacun a donc la possibilité de s’exprimer et de faire part aux autres de sa compréhension des sujets abordés. Peut-être faut-il préciser également que ces réunions se tiennent dans un Temple (à caractère non religieux), de sorte qu’elles se déroulent dans une ambiance propice à la réflexion et à la méditation.

D’une manière générale, la spécificité de l’enseignement rosicrucien réside dans le fait qu’il est à la fois structuré et progressif. Autrement dit, il est initiatique. En cela, son but n’est pas de nourrir le mental d’un savoir purement intellectuel (lequel disparaît au moment de la mort), mais de s’éveiller à la conscience de l’âme et de s’ouvrir à la connaissance qu’elle possède à l’état latent (laquelle reste un acquis de vie en vie). Il s’agit en fait, comme l’ont enseigné tous les sages du passé, de s’initier à la dimension divine de notre être et d’en recevoir l’inspiration, pour ne pas dire l’illumination. En cela, le rosicrucianisme s’apparente à une quête de sagesse.

De nos jours, de plus en plus de personnes en quête de connaissance et de sagesse mènent seules cette quête, en lisant des livres, en assistant à des conférences, en surfant sur Internet, etc. Bien que cette manière de faire soit respectable en soi, je pense qu’elle a nécessairement ses limites et que le risque de dispersion est grand. À titre d’analogie, il est possible d’apprendre à lire et à écrire par soi-même, mais cela nécessite beaucoup plus de temps et d’effort qu’en allant à l’école. C’est précisément ce qui justifie la raison d’être de l’A.M.O.R.C. : transmettre avec méthode l’enseignement traditionnel, philosophique et initiatique dont il a hérité du passé et qu’il continue à enrichir, notamment par le biais des travaux effectués dans le cadre de l’Université Rose-Croix Internationale.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+