À propos de la réincarnation

« 60 % des croyants vivant en Occident admettent le principe de la réincarnation »

Il est avéré que 60 % des croyants vivant en Occident admettent le principe de la réincarnation et que ce nombre est en augmentation lente et régulière depuis une vingtaine d’années. On peut penser que deux causes majeures sont à l’origine de ce phénomène : 1) La religion chrétienne, qui prône la résurrection des corps à l’issue du  «Jugement dernier», est en déclin, notamment au niveau des jeunes générations. 2) Le bouddhisme, qui plaide en faveur de la réincarnation, voire de la métempsychose dans certains courants, est au contraire en expansion dans les pays occidentaux.

La réincarnation n’est pas un dogme dans l’Ordre de la Rose-Croix

Comme la plupart des Rose-Croix, j’adhère à la réincarnation, laquelle n’est pas un dogme dans l’A.M.O.R.C., chacun étant libre d’y souscrire ou non. À partir du moment où l’on admet que le but de la vie sur Terre est d’évoluer spirituellement et d’atteindre l’état de Sagesse, il paraît évident qu’un tel but est inaccessible en une seule vie. En effet, nul ne peut devenir sage en quelques dizaines d’années, au point de manifester dans son comportement les plus belles vertus que l’on attribue à l’âme humaine, telles que l’humilité, la générosité, la tolérance, la non-violence, l’intégrité, la bienveillance, etc. D’un point de vue aussi bien logique que mystique, il faut plusieurs vies pour y parvenir, d’où la nécessité de se réincarner.

L’après-vie

Dès lors que l’on admet la réincarnation, les notions de paradis, d’enfer et de purgatoire perdent tout fondement. C’est ainsi que l’âme, après la mort, ne se rend pas vers l’une de ces trois « destinations » post mortem, mais demeure en tant qu’entité spirituelle dans le monde invisible, dans le cosmique, en attendant de se réincarner. Là, à la lumière de l’Omniscience divine, elle dresse le bilan karmique de la vie qu’elle vient d’achever ici-bas et se livre à une période de purification. Lorsque le moment est venu pour elle de reprendre le processus de son évolution spirituelle, elle se réincarne et commence une nouvelle existence, avec tout ce que cela implique en termes d’expériences heureuses et malheureuses.

La métempsychose

Comme je l’ai indiqué plus haut, certains courants bouddhistes, mais surtout hindouistes, admettent la métempsychose, c’est-à-dire la possibilité pour l’âme humaine de se réincarner en animal, voire en végétal, afin d’expier ses fautes et ses erreurs. Bien que chacun soit libre d’adhérer à cette croyance, elle ne me semble pas fondée sur le plan ontologique. Je pense en effet qu’elle est en totale contradiction avec la loi d’évolution et que toute âme humaine ne peut se réincarner que dans le règne humain. En revanche, je suis convaincu que les animaux les plus évolués possèdent une âme individuelle et que celle-ci accède un jour au règne humain. Ne dit-on pas, à propos des chiens par exemple, qu’ «il ne leur manque que la parole » ?

Le rappel des incarnations passées

La question qui se pose est de savoir si on peut se rappeler ses incarnations passées, notamment la précédente. La réponse est «oui», mais c’est difficile, même quand on connaît la méthode à utiliser (l’Ordre de la Rose-Croix a la sienne ). Par ailleurs, il faut être très prudent dans ce domaine, car il existe malheureusement des « charlatans » qui prétendent être capables de faire régresser quiconque dans ses vies antérieures. Prétendre détenir un tel pouvoir est à la fois mensonger et dangereux pour les personnes qui se prêtent à ce genre de manipulation mentale. En dernière analyse, ce que nous sommes dans cette vie, à travers notre personnalité, notre caractère, nos goûts, nos attirances, nos idéaux, etc., est en grande partie le résultat et le reflet de nos incarnations précédentes.

Partager cet article

Cet article a 26 commentaires

  1. Laziz

    Bonjour, je voudrais simplement préciser que les mots réincarnation et métempsychose ne veulent pas dire la même chose. La métempsychose conçoit la réincarnation seulement dans un sens positif, c’est-à-dire en évoluant d’une espèce à une autre plus évoluée. Dans cette perspective, il n’y a pas de régression, comme c’est le cas dans la réincarnation.
    Bien à vous.

  2. Jean Philippe kouame

    La réincarnation est un concept qui a deux faces ou polarités selon moi : positive et négative ; bien entendu dans son interprétation. Positive parce que cela nous fait prendre conscience du fait que nous ne sommes pas là par hasard. Cela fait sauter plusieurs peurs liées à ce qui se trouve de l’autre côté du voile, nous amène à nous considérer non plus comme un corps physique mais comme une âme, ce qui change totalement le paradigme ; mais plus encore nous donne l’espoir que nous reviendrons tôt ou tard un jour, rencontrerons ceux que nous avons aimé et haïs afin de continuer une histoire millénaire. La plupart des livres saints évoquent la réincarnation plus ou moins explicitement. Jean l’évangéliste avait l’esprit du prophète Élie ; est ce à dire qu’Elie s’est réincarné ? La réincarnation serait elle une loi applicable dans certains cas précis de l’histoire du monde, ou serait elle une loi applicable à tous ? On nous a enseigné que tous meurent une fois et ensuite vient le jugement, alors à nous de nous poser les bonnes questions et d’aller à la recherche quoique périlleuse des bonnes réponses.

    La polarité négative est que cela peut amener un esprit moins vigilant à se laisser guider par ses désirs les plus bestiaux et immoraux, car se disant que la punition est une chimère. Par voie de conséquence, l’idée de la réincarnation mal interprétée peut amener à l’exact opposé de la vraie spiritualité. De plus, internet est rempli d’histoires et de témoignages relatifs à la réincarnation. Cependant comment savoir alors si cela est authentique ? L’expérience est la meilleure conseillère dirait-on, mais pour cela, il faudrait que le chercheur passe par l’étape de la mort elle même, remonte les sphères et revienne, ayant gardé une conscience de cette expérience. Mais en pratique, il n’y a que des informations parcellaire mêlées de fantaisie, nourrissant la soif de sensationnel de l’être humain. Ainsi, pour moi, la réincarnation est un concept qui n’est vérifiable que par l’expérience personnelle.

  3. Le Tigre

    La réincarnation semble logique pour expliquer le degré d’évolution entre les consciences des êtres.

  4. esther melèdje

    La manière dont nous réagissons lorsque nous expérimentons un karma, que celui-ci ait un effet positif ou négatif, va dépendre de chaque individu.
    Pour certains, la compréhension qu’ils ont du bénéfice d’un bienfait inattendu, se limite à leurs seules actions présentes. N’allez surtout pas leur dire d’essayer d’être reconnaissants, puisqu’il se prennent pour le « nombril du monde ».
    Lorsque ce même genre de personnes expérimentent un karma qui génère des épreuves, tenter de leur donner une occasion d’aborder leurs problème d’une autre façon, signifie souvent nous mettre face à un mur.
    Parfois, pour sortir de moments difficiles, certains vont payer des sommes indécentes pour se voir remettre des formules, peut-être efficaces, mais qui n’ont pas forcément vocation à les sortir de leurs situations difficiles. Ils ont trop de choses à apprendre, intégrer et appliquer dans un délai bref, inadapté, ce qui rend inefficaces leurs acquisitions.
    Contrairement à ces systèmes, les enseignements de l’A.M.O.R.C. abordent le thème de la réincarnation avec de la profondeur, mais surtout, de façon graduelle, ce qui permet une compréhension et une maîtrise progressive du sujet, ce qui constitue une très grande aide pour l’évolution de tous ses membres sincères.

  5. Antoine Achard

    On peut admettre le principe de la réincarnation comme étant l’explication logique à notre présence ici-bas et à notre confrontation avec les conditions de la vie, dont certaines sont agréables, d’autres pas. Toutefois, pour être honnête, il existe une différence entre croire à ce principe et en avoir une preuve, même embryonnaire. Ceci nous ramène à un des sujets traités précédemment, celui portant sur la croyance et la connaissance.

    La croyance en la réincarnation peut être réconfortante pour notre mental inquisiteur. Il me semble donc que le noeud du problème se situe à l’étape cruciale où la croyance se mue en connaissance, et comment cela se produit. Peut-être existe-t’il, en chacun de nous, des indices sur la véracité de la réincarnation qui seraient enfouis dans l’intimité de notre conscience et qui remonteraient au moment où nous étions des enfants en bas âge ? Comme Platon l’expliquait, la connaissance est un souvenir venant de la sphère de l’âme. Or, avec son jeune mental moins encombré, qui de mieux que l’enfant pourrait recevoir de l’âme quelque impression fugace, quelque réminiscence de cet état précédant immédiatement sa venue ici-bas ? Je pense aux interrogations, aux réflexions enfantines, aux facultés telles que l’intuition, la télépathie, la vision de l’aura que certains enfants ont expérimenté sans être capable de les décrire avec des mots. Il pourrait en être de même en ce qui concerne le souvenir d’un état antérieur à l’incarnation présente. Des phrases comme « Maman, je viens du ciel, tu sais… » ou bien « Une gentille dame est mon amie » etc. etc. sont des phrases que certains parents ont entendu.

    C.G. Jung écrivait que ce sont certaines expériences marquantes vécues dès l’enfance (rêves, intuitions ou expériences psychiques) qui orienteront la direction que prendra toute la vie adulte. Se pourrait-il qu’il y eut des expériences vécues à l’enfance et que nous aurions oublié parvenu à l’âge adulte ? Si celles-ci soient enfouies dans notre mémoire il suffirait de s’en remémorer les grandes lignes pour qu’elles réapparaissent, même de façon fragmentaire. Je crois qu’il y a là une avenue de recherche.

    Mais en dernière analyse, se remémorer son incarnation précédente, est-ce si important ? Pour ma part, je préfère me remémorer les conseils provenant de ma conscience-âme: elle est un guide sûr permettant de bien vivre cette présente incarnation car c’est celle-ci qui est importante pour le moment.

  6. Angélique

    L’aspect de la réincarnation réveille beaucoup de questions, de curiosité, de frustrations, de doutes et autres réactions. Ce qui est clair, c’est que pour l’instant nous sommes ici sur Terre, dans le corps d’un être humain. De longues discussions, bien intéressantes et fascinantes, pourraient animer et éclairer le sujet, certes. Je me dis que vu que nous sommes renvoyés ici, que nous l’ayons choisi ou pas, à un endroit ou l’autre, dans une famille de passage ou une famille d’âmes, dans un environnement hostile ou accueillant, etc., il est important de d’abord accepter notre réincarnation avec les conditions actuelles de cette vie ci.
    Après, ce chemin d’évolution nous mènera à travers des méandres pour nous confronter aux différents aspects de la vie et mieux comprendre l’humain en général, et plus particulièrement qui nous sommes, afin de vivre en phase avec notre âme et notre environnement. Le tout revient à se dire que si nous sommes ‘de retour’, c’est qu’il y a encore de quoi s’améliorer tous les jours. Et nous pouvons nous dire que si nous évoluons positivement et vertueusement, nous ne pouvons que contribuer à l’évolution, non seulement de notre âme, mais aussi de l’humanité, et aller vers un monde qui vivra plus en paix et en harmonie.

  7. Patrick

    Adhérer à la thèse de la réincarnation donne un sens plus profond à la vie et permet de mieux comprendre les injustices apparentes entre les hommes.

  8. Filos

    De plus en plus d’hommes et de femmes acceptent la réincarnation. Dans notre univers visible tout est en perpétuel changement. L’homme n’échappe à cette loi de changement ? Les questions se posent : comment ? Et pourquoi ? Nous voyons l’homme naître, grandir, vieillir et mourir. La réincarnation est-elle vide de sens ? Un jour, je causais avec mon père. Il me dit : « Je me sens tel que j’ai toujours été depuis ma première prise de conscience de mon existence ». Ceci me donna beaucoup à réfléchir. La connaissance de la loi de la réincarnation m’a permis de résoudre en partie la perplexité soulevée par l’assertion de mon père, à savoir celui de la conscience de soi qui paraît faire exception à la loi du changement quand le corps, lui, change chaque minute. La plupart des Rosicruciens acceptent que l’homme est double dans sa nature. Il a un corps physique fini et mortel, et une âme spirituelle infinie et immortelle. On peut sentir cette dernière dans ses subtiles manifestations comme la « perpétuité » de la façon dont mon père l’a perçue. Mais aussi, la réincarnation peut être une façon pour l’âme de se manifester davantage et de se faire mieux connaître, entre autres par ses puissances et ses forces, et par ses vertus appelées « vertus de l’âme », dont la douceur, la candeur, la foi, l’espérance, la charité, etc.

  9. esther melèdje

    Suivant mon humble compréhension, ce que nous apportons d’une ou de plusieurs réincarnations passées, sont les expériences conscientes, appelées autrement karma, à vivre. Que ce karma soit positif ou négatif, c’est ce que nous retenons des expériences vécues, et notre réaction face à elles qui sont importants pour notre évolution…

  10. Eymard

    Même si certains adeptes des religions revelés n’acceptent pas la notion de la réincarnation, moi je dis que c’est une logique.

  11. FRC DBD

    Des jumeaux discutent dans le ventre de leur mère.

    – Bébé 1 : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
    – Bébé 2 : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Nous sommes ici pour devenir forts et nous préparer pour ce qui nous attend après.
    – Bébé 1 : Pffff… Tout ça, c’est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement ! A quoi ressemblerait une vie hors du ventre ?
    – Bébé 2 : Eh bien, il y a beaucoup d’histoires à propos de « l’autre côté »… On dit que, là-bas, il y a beaucoup de lumière, beaucoup de joie et d’émotions, des milliers de choses à vivre… Par exemple, il paraît que là-bas on va manger avec notre bouche.
    – Bébé 1 : Mais c’est n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Tout le monde le sait. On ne se nourrit pas par la bouche ! Et, bien sûr, il n’y a jamais eu de revenant de cette autre vie… donc, tout ça, ce sont des histoires de personnes naïves. La vie se termine tout simplement à l’accouchement. C’est comme ça, il faut l’accepter.
    – Bébé 2 : Et bien, permets moi de penser autrement. C’est sûr, je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va ressembler, et je ne pourrais rien te prouver. Mais j’aime à croire que, dans la vie qui vient, nous verrons notre maman et elle prendra soin de nous.
    – Bébé 1 : « Maman » ? Tu veux dire que tu crois en « maman » ??? Ah ! Et où se trouve-t-elle ?
    – Bébé 2 : Mais partout, tu vois bien ! Elle est partout, autour de nous ! Nous sommes faits d’elle et c’est grâce à elle que nous vivons. Sans elle, nous ne serions pas là.
    – Bébé 1 : C’est absurde ! Je n’ai jamais vu aucune maman donc c’est évident qu’elle n’existe pas.
    – Bébé 2 : Je ne suis pas d’accord, ça c’est ton point de vue. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante. On peut sentir quand elle caresse notre monde.… Je suis certain que notre Vraie vie va commencer après l’accouchement…

  12. LECHAT

    L’âme est immortelle, elle s’incarne ainsi de vie en vie, d’incarnation en incarnation, jusqu’ atteindre la perfection (c’est la pensée d’Allan Kardec). Il y a peut-être dans notre cerveau un endroit où siège le souvenir de nos vies antérieures.

  13. Louise Fournier

    La réincarnation : une loi divine qui soulage et donne un sens à notre quête intérieure ou au contraire peut dans certains cas apporter une certaine révolte et même une désespérance.Laissez-moi vous raconter une anecdote. Lors d’une conférence ayant pour thème : la réincarnation et la loi du karma, une dame bondit de sa chaise en hurlant presque et invectiva le conférencier. Cette dernière expliqua ses propos comme suit :  » Si je dois revenir sur terre et devoir vivre les mêmes souffrances et les mêmes problèmes de santé pourquoi ne pas en finir tout de suite. Vous dites que ces lois sont nécessaires pour notre propre évolution afin de nous aider à développer en nous les compétences nécessaires à l’évolution de notre âme. N’est-ce pas là utopique et même dangereux de nous faire croire que nous pouvons réussir un jour à force de travail sur soi à manifester à la perfection les vertus de l’âme non pas dans une seule vie mais plutôt dans plusieurs vies, et qu’un jour nous puissions atteindre l’union parfaite entre notre ego et notre âme… »Cette dame resta jusqu’à la fin de la période de questions. Elle alla même rencontrer seule le conférencier. Ce dernier par son écoute et sa compassion réussit à apaiser la révolte intérieure de cette dame. Cela m’a particulièrement émue. J’en ai conclu qu’il fallait être humble et manifester notre intelligence du coeur envers la souffrance des autres et développer notre capacité d’empathie et d’Amour. Cela s’appelle entrer en communion avec l’âme de l’autre. C’est le langage de la de la véritable compassion et la clé pour ouvrir le portail de l’amour divin en nous.

  14. Filos

    Comme vous allez le voir à partir d’un des contes qu’on narrait aux enfants, juste avant de s’endormir, les africains, les bantous en particulier croyaient en la réincarnation avant l’arrivée des religions dites inspirées: Christianisme, Islam, Judaïsme. Il croyait aussi à la loi de la juste compensation (ou loi du karma), à la liberté de choix (le libre arbitre). Ils n’avaient pas de notion de Satan et n’y croyaient pas. Ce conte est tiré des multiples contes que les parents du Burundi ancien, narraient aux enfants. Le titre est:
    Vous allez m’avaler, vous me régurgiterez !
    « Jadis, Sizimwe était. Il était un monstre abyssal. Son quotidien consistait à avaler, champs, animaux, vaches, chèvres, parents, frères et sœurs. Il en avait englouti jusqu’au dernier, mais un benjamin était rescapé. Un bon matin, il se décida de visiter Sizimwe, muni d’un rasoir. Le jour arriva, il se rendit au lieu de résidence de Sizimwe. S’adressant aux habitants en ces termes : vous les hôtes de chez Sizimwe ! …Les habitants de chez Sizimwe ! … Recevrez-nous ? Lorsque la femme de Sizimwe perçut la voie de l’enfant, elle fut saisie d’épouvante. Approchant son époux, elle lui fit part de sa frayeur. Renseigné sur cette visite inopportune, il se lança dehors, aperçut le benjamin, et d’un trait il l’avala, puis regagna sa demeure. Arrivé au ventre de Sizimwe, le benjamin aperçut, grands-parents, parents, frères, sœurs et tous ceux que Sizimwe avait englouti : champs, animaux, vaches, chèvres, moutons, etc. Sur ce, le benjamin pris son rasoir et commença à gratter dans le ventre de Sizimwe qui commença à hurler en disant : « coupez le petit doigt, le petit orteil et prenez tous ceux qui vous appartiennent. Ainsi dit, ainsi fait. Le petit doigt et le petit orteil furent coupés. Tous ceux qu’il avait engloutis sortirent : champs, animaux, parents, frères, sœurs, etc, tous renouvelés, régénérés et multipliés ». Ainsi s’achève l’histoire de Sizimwe!

  15. Isora

    Dans la dimension ontologique, cet argument affirme que Dieu a laissé sa marque en nous pour que nous puissions revenir à lui. C’est la signature du Créateur. Donc on peut dire que seul Dieu est absolument parfait dans l’ordre de toutes choses, pour démontrer son existence. Donc en évoluant nous changeons l’état d’accomplissement moral et spirituel auquel l’être humain serait destiné. Etat de liberté totale et de félicité absolue dans la perfection : parfait, signifie donc « ce qui est fait jusqu’au bout, totalement, auquel l’homme ne pourrait accéder que par un travail constant sur sa pensée, sa parole et ses comportements. Je comprends mieux ainsi une réincarnation dans une même vie, et ainsi regarder cette roue sans y participer, pour rejoindre la vie éternelle par acquis, parce que j’y crois et que j’ai choisi d’y accéder. Cordialement.

  16. Joel

    La réincarnation expliquerait pourquoi certaines personnes entretiennent la conviction qu’elles ont quelque chose à accomplir au cours de leur vie,même s’elles ne savent pas toujours en quoi cela consiste. D’autre part, je crois personnellement que certains végétaux ont une conscience très évoluée, comme par exemple le grand chêne blanc qui peut vivre au delà de mille ans. À moins qu’il ne soit que le véhicule d’une plus grande conscience,celle de la Terre par exemple. La photosynthèse est un phénomène relativement simple, mais tout de même puissant.Nous les humains avons besoin de détruire pour se nourrir, tandis que les végétaux, avec des minéraux inertes, de l’eau et de la lumière, peuvent produire une quantité remarquable d’énergie.Si je pouvais en faire autant, alors je me considérerais comme un être évolué.

  17. Filos

    La première fois que j’ai pris connaissance de la loi naturelle de la réincarnation, c’était en 1984, il y a de cela 28 ans. Auparavant, j’en avais appris suffisamment sur le dogme catholique de la « résurrection des corps, à la fin des temps ». Au fur et à mesure que je grandissais en âge et en savoir, cette croyance me paraissait absurde.
    Par la suite, je rejetais en bloc beaucoup de préceptes chrétiens, entre autres : l’enfer, le purgatoire, Adam et Eve, comme premier homme et première femme, etc. Ceci me valut d’ailleurs l’expulsion du Séminaire. La réflexion m’amenait à la conviction que « tout se paie ici bas ». Cependant, je n’avais pas assez de sources sûres et solides pour étayer mes convictions.
    Ce fut avec grand intérêt que je lis le livre intitulé « Les Demeures de l’âme », écrit par H. spencer Lewis. La lecture me combla de grande satisfaction, non seulement éclaira d’un ciel nouveau l’assertion que « tout se paie ici bas », mais aussi me délivra de la peur de « l’enfer », et d’une condamnation perpétuelle dans la géhenne suite à mes égarements.
    La réincarnation me semble un principe conforme à la Bonté providentielle, procure plus de joie de vivre et incite au désir de se parfaire en toute patience et en toute quiétude. Je dirai comme les Alchimistes du Moyen-âge, qu’elle permet de prendre goût à la très célèbre « Eau de la Jouvence », « Eau de la Longévité », « Eau de l’Immortalité ».

  18. Anne-Marie K

    La réincarnation est un outil précieux voire une condition sine qua non pour l’évolution d’une âme individuelle, car elle doit vivre maintes vies afin de pouvoir acquérir les vertus et la connaissance qui lui permettra d’approcher et de vivre son but. Issue d’une logique évidente chacun peut comprendre qu’il est en effet impossible de se perfectionner dans une seule vie.
    Cordialement.

  19. Goodman

    La réincarnation, un grand sujet d’étude pour l’évolution !

    Franchement, tout en étant tolérant et compatissant envers ceux qui ne croient pas à la réincarnation, je me suis toujours demandé comment peuvent-ils ne pas y croire, tant cette logique est simple et facilement remarquable à travers les différences qui apparaissent d’un homme à un autre.

    Pour ma part, elle est évidente et nous appelle chaque fois à la culture des vertus de l’âme avec lesquelles elle vibre en totalement harmonie de phase, puisqu’elle en est le chemin d’accès.

    Par ailleurs, comme le Grand Maître, je ne crois pas du tout à la métempsychose qui vibre en opposition de phase avec la loi d’évolution.

    Ce qui est formidable dans les lois naturelles, spirituelles et divines, qu’on y croit ou pas, elles s’accomplissent indépendamment de nous.

    Finalement, il ne nous reste qu’à travailler pour manifester de vie en vie les vertus de l’âme.

    Sincèrement.

  20. Le Tigre

    Les réincarnations successives de l’âme semblent plus logiques pour expliquer les différences entre les personnes, du génie au cancre, de l’évolué à l’arriéré, etc.

  21. barbatruc06

    Pour tenter de répondre à votre question, et ce,selon ma vision des choses, je commencerai par dire que la croyance en la réincarnation ne se prouve pas mais qu’elle s’éprouve. A moins que cela soit sa première incarnation dans le règne humain, si tout être humain est sensé avoir déjà vécu, des dizaines, peut être des centaines voire des milliers de vies, il est forcément réincarné.

  22. Noel bilson

    Le problème que soulève la réincarnation est à la fois complexe et extraordinaire. En effet, personne de nous aimerait mourir prématurément. Alors entendre qu’il existe une vie après la mort, cela met fin à une série de doute éternel sur notre existence, mais aussi sur notre mort. L’ultime problème est celui des preuves: quelqu’un a-t-il la preuve qu’il est réincarné ou qu’un proche est réincarné. Alors faut-il croire à la réincarnation ?

  23. René.Janus

    Bonjour,

    Voici, en partage, un petit texte contenant une réflexion personnelle sur le thème de « La réincarnation intemporelle »

    Tout être vivant est amené, un jour, à mourir. Par cette transition, son âme va réintégrer pour un temps l’Ame universelle d’où elle est issue. Par la suite, suivant les règles du karma, elle pourra rester pour l’éternité dans cet état ou se réincarner afin se s’améliorer ou, dans le cas des Maîtres, de servir consciemment.

    Sur le plan matériel, notre liberté de mouvement est contenue par les concepts humains de temps et d’espace. Sur le plan immatériel où règne l’Ame universelle, par contre, ces concepts ne s’appliquent pas et les âmes sont libres d’évoluer en fonction de critères qui nous dépassent.

    Suivant la loi de la réincarnation, un être humain meurt et son âme quitte son corps pour, par la suite, se réincarner ailleurs et plus tard, dans un corps tout « neuf « . Cela semble logique. Pourtant, cette logique découle elle-même des concepts d’espace et de temps qui, nous venons de le voir, ne sont pas applicables une fois que l’âme a quitté le corps physique et a atteint un plan d’existence plus élevé.

    En dehors de cette logique, on peut concevoir, pour l’âme, la possibilité de se réincarner dans un corps physique qui serait le même ou un autre, et situé dans un temps antérieur, simultané ou postérieur à celui qu’elle vient de quitter.

    Une telle conception de la réincarnation permet d’expliquer un ensemble de phénomènes troublants tel que les mancies et les impressions de déjà vu, par exemple, ou encore d’éclairer sous un nouveau jour le concept d’archives akashiques.

    Sur le plan relationnel, la sympathie ou antipathie naturelle que l’on éprouve vis à vis de personnes que l’on rencontre pour la première fois peut très bien se comprendre comme la trace de souvenirs de nos relations ou de nos ressentis antérieurs. C’est pourquoi on devrait toujours se demander comment il se fait que nous ressentions ces sentiments et si cela ne constitue pas quelque chose d’important sur lequel nous devrions réfléchir.

    Pour ma part, j’en suis convaincu et essaie d’être attentif le plus souvent possible aux messages que la vie ne manque pas de me transmettre à travers ses meilleurs agents, c’est à dire les autres êtres vivants. En tant que telles, les autres personnes apparaissent véritablement dignes du plus grand respect, de par le message qu’elles transportent et la part de nous-mêmes qu’elle contiennent en elles. Les respecter, c’est, quelque part, nous respecter nous-mêmes.

  24. JEAN JACQUES PHAMBU

    D’après moi, la croyance en la réincarnation peut être assimilée à une doctrine selon laquelle un certain principe immatériel « âme », « conscience individuelle », s’accomplit au travers de vies successives dans différents corps humains. A la mort du corps physique, l’âme quitte ce dernier pour habiter, après son passage dans le plan cosmique et une nouvelle naissance, un autre corps, ce qui permet à l’individualité de poursuivre ses expériences de vie et son évolution spirituelle et morale. Je crois qu’il est tout à fait difficile et impossible d’atteindre un niveau d’évolution très supérieur en une seule vie, afin de sortir de la chaîne de la réincarnation.
    C’est pour cette raison que l’âme doit revenir plusieurs fois sur le plan matériel afin de vivre des nouvelles expériences pouvant lui permettre de réintégrer l’Ame universelle.
    Par ailleurs, le fait d’être humain constitue déjà un niveau d’évolution avancé. Cela veut dire qu’il est impossible que l’âme humaine se réincarne dans un véhicule matériel inférieur, tel qu’un animal, une plante…

  25. Michel Bourdon

    Cette question ne peut-être abordée et discuter que d’un point de vue philosophique, tant le concept dudit principe est pour le moins non tangible.
    Que l’on soit membre d’une école mystique ou autre, simple chercheur d’une vérité potentiellement à portée de chacun, ou matérialiste dur et pur, il me semble que la question de la réincarnation a de tout temps fait l’objet de commentaires extraordinaires et d’un autre côté, au fond de soi, d’une grande sagesse !
    Tous, n’avons-nous pas rêvé, jeune ou moins jeune, d’être immortel ? Ce sentiment est quelque peut très proche du concept de la réincarnation, puisque si l’on considère que seule l’âme se réincarne dans un corps physique, et ce, indéfiniment… à nous de décider, en accord avec les lois divines, de mettre fin à ces cycles !
    Comment ne pas penser un instant aux simples cycles de la nature et aux arbres qui renaissent chaque printemps ! Ont-ils une âme ? Sont-ils si différent des humains, pour que seuls ces végétaux revivent ? Sans pour autant nous considérer au dessus des éléments, il faut quand même se rendre à l’évidence que chaque plan est en soi une conception d’éternité. Le minéral est là depuis des millénaires : il se transforme mais reste un minéral. Le végétal, je viens d’y faire allusion il y a un instant. Quant aux animaux, qui peut affirmer qu’ils n’ont qu’une vie unique ?
    Ainsi considérés, les cycles ou incarnations font partie de l’évolution en général et montrent aux être doués de conscience l’omniscience d’une puissance qui nous dépasse mais que l’on perçoit au fond de soi.
    S’il faut chercher un but à l’incarnation, il me semble que le terme choisi est « la prise de conscience » . La loi de l’évolution est une longue histoire, une belle histoire…
    En tant que but, la simple idée d’y croire engendre en moi un apaisement de l’intellect. Ce n’est pas si mal, au vu d’un monde si troublé.

Laisser un commentaire

*

Articles récents
Articles similaires