A propos de la fraternité

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

La fraternité, au même titre que la paix, fait partie des idéaux communs à la grande majorité des êtres humains, sans pour autant exister réellement sur Terre. Certes, il est relativement courant d’entendre dire ou de lire que «tous les hommes sont des frères», mais la réalité quotidienne montre qu’ils sont encore loin de se comporter comme tels. Pour s’en convaincre, il suffit de penser aux guerres et aux conflits qui, pour des raisons diverses et variées, ravagent encore le monde. Sans aller jusqu’à ces extrêmes, combien de familles ont cédé aux fâcheries, aux dissensions et aux ruptures ?

Comme chacun sait, on ne compte plus le nombre de frères et sœurs « de sang » qui ne se fréquentent et ne se parlent plus. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que tout être humain a tendance à privilégier son bien-être et son intérêt personnels, et à croire que sa manière de penser et de faire est la meilleure. Si l’on ajoute à cela l’influence de l’éducation, de la culture, de la religion, de la politique, etc., les mauvaises raisons de s’opposer les uns aux autres sont malheureusement nombreuses. Dès lors, la fraternité reste un vain mot et cède rapidement la place à l’intolérance, avec tout ce qui en résulte en termes de rejet, d’exclusion et de discrimination. En l’état actuel des choses, l’humanité donne plutôt un triste exemple de « fratricité ».

Est-ce à dire que la fraternité n’existe pas du tout en ce monde ? Non, mais il faut bien reconnaître qu’on la trouve surtout entre des personnes qui ont la même nationalité, la même culture, la même religion, les mêmes opinions politiques, etc., ou qui appartiennent à la même association, la même corporation, le même club, la même institution, la même confrérie, etc. Or, chacun comprendra que la fraternité n’a vraiment de sens que si elle inclut tous les êtres humains, quels qu’ils soient. Dans l’absolu, elle est l’accomplissement de l’unité dans la diversité ou, ce qui revient au même, de la diversité dans l’unité.

Depuis toujours, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix est une authentique fraternité. En effet, il réunit des Chrétiens, des Juifs, des Musulmans, des Bouddhistes…, et même des personnes qui ne suivent aucune religion. Par ailleurs, il compte parmi eux des hommes et des femmes qui ont des idées politiques différentes, voire opposées. Naturellement, il est représentatif de toutes les races, de toutes les ethnies et de toutes les nationalités. Or, si l’A.M.O.R.C. est capable d’entretenir et de maintenir des liens aussi fraternels entre ses membres, pourquoi l’humanité n’y parviendrait-elle pas ?

Chacun connaît la devise : «Liberté, Egalité, Fraternité», qui est apparue en France au moment de la Révolution Française de 1789. De l’idéal correspondant à chacun de ces trois mots, on peut se demander quel est le plus facile à réaliser sur Terre ? De mon point de vue, c’est la fraternité, car elle repose essentiellement sur la volonté individuelle, alors que la liberté et l’égalité font appel à des facteurs multiples, dont certains ne sont pas du seul ressort de l’individu, mais dépendent de décisions prises par d’autres que lui.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+