À propos de la beauté

À son époque, Platon exhortait ses disciples à vénérer le bien, le beau et le vrai. Pour lui, la beauté prenait sa source dans le Divin et correspondait à un archétype que l’homme devait apprendre à manifester à travers ses œuvres. En cela, il accordait une grande importance à l’art, dont le but, selon lui, était d’exprimer sur le plan matériel et terrestre la beauté du monde spirituel et céleste. Que ce soit en musique, en peinture ou en sculpture, les artistes s’évertuaient avant tout à créer quelque chose qui soit beau à entendre ou à regarder.

La beauté physique

En dehors de l’art, c’est sans doute à travers la nature que la beauté s’exprime le plus. Sur tous les continents, dans tous les pays, des paysages plus beaux les uns que les autres émerveillent ceux qui les contemplent. Depuis les fleurs aux couleurs multiples et variées, jusqu’aux animaux les plus divers qui peuplent les forêts, les savanes et les océans, sans oublier ceux qui nous sont familiers, nul ne peut nier que la flore et la faune s’unissent pour faire de notre planète un hymne à la beauté. C’est ce qui explique pourquoi même un athée a tendance à la diviniser.

La question qui se pose est la suivante : comment expliquer qu’il y ait un tel consensus pour dire que la nature est belle ? Je pense que c’est en raison de l’harmonie qui en émane. Cela veut dire que la beauté, dans l’absolu, ne se limite pas à la perfection des formes, des couleurs, des proportions, des contrastes, etc. Elle intègre également une dimension métaphysique, pour ne pas dire divine. Ceci est tellement vrai qu’un rocher difforme, un vieil arbre creux, un animal boiteux, semblent beaux. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelque chose de transcendantal que nous percevons à travers eux.

La beauté intérieure

Qu’en est-il maintenant de la manière dont les êtres humains appréhendent la beauté chez leurs semblables ? Assurément, et malheureusement, ce n’est pas à celle qui émane du plus profond d’eux-mêmes que la plupart sont sensibles, mais à celle qu’ils attribuent aux apparences extérieures. Cette tendance est telle que le corps est devenu véritablement un objet de culte, au point que de plus en plus de personnes ont recours à la chirurgie esthétique pour «avoir une belle plastique»… De mon point de vue, cette dictature de la beauté physique nous éloigne de l’essentiel, dont Saint Exupéry a dit à juste titre qu’il est invisible pour les yeux.

Plutôt que de se focaliser sur la beauté physique, avec toutes les dérives et toutes les discriminations qui en résultent, il serait à la fois plus utile et plus noble de chercher à percevoir ce qu’il y a de plus beau en tout individu. Cela veut dire que c’est avant tout notre beauté intérieure qui doit nous préoccuper, ce qui suppose d’éveiller et d’expérimenter des vertus comme la gentillesse, la bienveillance, la générosité, l’empathie, etc. Par extension, c’est avant tout la beauté intérieure émanant d’autrui qui doit nous séduire. Et puisque «les yeux sont les fenêtres de l’âme», apprenons donc à voir dans le regard des autres l’étincelle divine qui fait de chacun d’eux un être nécessairement beau.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin

Cet article a 20 commentaires

  1. Pax Vobiscum

    “Je regarde une rose et je suis apaisé.” (Victor Hugo)

  2. Jean-Guy

    Comme relevé dans cette publication, il y a des formes de beauté qui font consensus et qui ne sont dictées par aucun canon. La nature en fait partie, mais aussi certaines œuvres d’art, sculptures, poésies etc. Si tel est le cas, c’est probablement parce qu’à l’image de la nature, toutes ces œuvres reflètent à leur manière la perfection de lois divines qui gouvernent le monde dans lequel nous vivons. En cela, on peut considérer que la beauté relève des archétypes.

    Aujourd’hui, dans la plupart des domaines, la ” beauté ” n’est hélas que passagère. Ce qui était beau hier ne l’est plus aujourd’hui, tout en l’étant à nouveau demain. Cette inconstance prouve que cette beauté éphémère est soumise au temporel. Dès lors, il ne s’agit plus de la beauté mais simplement du diktat de la mode.

    La beauté authentique est donc intemporelle; elle traverse les âges car elle rend concrètes dans le plan matériel la perfection du monde et, par extension, son éternité.

  3. esther melèdje

    La beauté la plus importante est celle qui vient du coeur, qui est est le reflet de notre être intérieur, c’est-à-dire de notre âme.

  4. Isora

    Il faut faire des efforts pour avoir une vie intense harmonieuse et lumineuse et que cela se reflète en nous. La vraie beauté ne se trouve pas dans la forme, elle se trouve dans le rayonnement que l’on produit d’une façon désintéressée. Etre touché par la beauté consiste avant tout à se laisser prendre par une émotion. C’est une émanation de l’âme. Cordialement.

  5. Patrick

    Deux thèmes de ce texte retiennent mon attention.
    D’une part, si la beauté est subjective et dépend du goût de chacun, un accord commun établit que la nature est belle. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un détester un coucher de soleil sur la mer.
    D’autre part, la recherche effrénée de la beauté physique comme standard de vie, par l’utilisation d’artifices et de la chirurgie esthétique, caractérisent notre époque. En revanche, ce qui importe, c’est la beauté intérieure qui doit faire l’objet d’un travail incessant et qui représente la noblesse de l’homme.

  6. Constelline

    Tout à fait d’accord avec vous concernant l’attention démesurée que l’on accorde à l’apparence physique. C’est un fond de commerce juteux (produits miracles de toutes sortes)
    Cette culture de l’apparence produit de nombreuses souffrances, en particulier chez les jeunes (dérèglements alimentaires, usage de drogues, tentatives de suicide,…).
    Notre société doit évoluer vers un véritable accueil des différences tout en valorisant les comportements vertueux.
    De nombreuses associations et courants œuvrent dans ce sens mais ils n’ont pas les moyens de s’offrir une campagne de pub à la télé, c’est pourquoi ils sont moins visibles. Cependant, une véritable insurrection des consciences est en train de se produire. Il suffit de voir tous les films qui sortent, financés par des citoyens, pour parler de la beauté de la nature et de sa préservation.

  7. Laurence Surjus de Pomarède

    L’une ne va pas sans l’autre ; on parle de la beauté mais la laideur est une beauté atypique. La laideur n’existe pas ! Elle est une beauté qui souffre de timidité, parce qu’elle n’ose, parce qu’elle cherche à se faire oublier en se mutilant mentalement et s’auto persuadant qu’elle ne pourra être un jour beauté. Parce qu’on le lui a répété, parce qu’on ne l’a jamais valorisée.
    La laideur est la beauté qui s’est cachée, qui ne s’est jamais montrée ; la laideur est la peur de la beauté de se réveiller le matin et de choquer les autres. Elle est la journée que met la beauté à éclore dans un chemin aride en quête de reconnaissance ; elle est la soupape de sécurité de vivre pour soi et non selon les préceptes de beauté. Elle est en duel avec la beauté.

    La laideur est inexistante elle n’est qu’un concept inventé par un manque d’imagination, ou par un excès d’imagination.

    Dire qu’une personne est belle est dire qu’elle a retiré sa veste de laideur et l’a lancée du haut d’un précipice, qu’elle s’est libérée du vice de l’auto-pitié, qu’elle a accepté l’âge.

    Dire qu’une personne est belle c’est lui dire qu’on aime en elle le clair avec l’obscur.

  8. Madeleine

    Bien de que nos jours la beauté soit réduite à quelque chose de visuel, de physique, sa réelle symbolique est toute autre.
    La beauté est une sorte de force, une aura qui est dégagée par ce qui nous entoure. L’inanimé et l’animé, ce qui est naturel et ce qui est créé.
    La beauté est une force subjective qui a des fondations communes, comme vous le dites, en la nature, la poésie et autres formes; c’est la beauté conventionnelle, celle qui est le plus reconnue. Mais chaque personne perçoit une beauté différente selon sa sensibilité aux forces des choses et êtres qui l’entourent.
    Le plus difficile est de rendre les gens bornés à la beauté physique à agrandir leur sensibilité aux forces de la beauté plus spirituelle et immatérielle. Il suffit d’y croire.

  9. Pax Vobiscum

    De par sa beauté, le monde est merveilleux. Cependant, l’on ne peut dire de même des êtres humains à cause de notre propension à pratiquer l’hypocrisie, cette faiblesse du comportement qui, hélas, est très répandue à travers l’humanité toute entière.

    Souvent donc, nous exprimons le meilleur de nous-mêmes, non pas par humanisme, mais pour en tirer profit sur le plan matériel. Ainsi, seul un « œil exercé » peut distinguer une âme noble d’un charlatan.

  10. Louise Fournier

    Une peinture, une poésie, une sculpture qui nous fait vibrer le coeur est un signe que nous touchons à l’art pur, à la beauté pure. Les oeuvres qui nous font tressaillir de joie, de calme, de Paix Profonde sont le gage d’une certitude intérieure que nous éveillons la Beauté divine en nous. La beauté se dévoile d’elle-même. C’est en ouvrant les yeux du coeur et l’intelligence du coeur que nous apprécions pleinement l’art divin. Le découvrir en nous et le reconnaître en nous nous élève l’âme et nous apporte un état d’esprit sublimé. Il arrive qu’une prière s’élève en nous et éveille nos facultés divines. Nous n’avons pas à craindre les sarcasmes de certains critiques d’art qui s’approprient l’exclusivité d’une appréciation souvent boiteuse. Nous devons au contraire écouter notre voix intérieure qui elle est capable de discerner la beauté de l’âme dans une oeuvre d’art. La véritable beauté réside dans l’unité et la certitude que Dieu se manifeste en elle.

  11. Geneviève Van Melle

    La tendresse que nous avons en nous, l’amour que nous pouvons ressentir pour la personne que nous aimons se reflète dans notre regard. C’est la beauté de notre coeur, de notre âme. Et cette beauté est sans âge.

    Bien à vous

  12. Goodman

    Tout objet, toute chose ou tout être dit “beau ou belle” ne fait que ressortir l’infinie Beauté qui se trouve en nous tous, et particulièrement chez les êtres humains.

    Merci Grand Maitre

  13. Filos

    La beauté est captivante et se retrouve partout où il y a la vie: dans la voie humaine, dans une démarche, une danse rythmée, dans une pierre ramassée sur le rivage d’un lac, dans une végétation luxuriante, à travers un animal qui gambade heureux de trouver son herbe au pâturage et dans l’homme lui-même. La beauté semble s’effacer là où la vie se retire, on parle de la laideur. Peut-être, la beauté est-elle le reflet de la vie?
    Nous aimions chanter dans notre tendre enfance que “la vie est belle, belle toujours”. Cette chanson éveillait en nous une joie intérieure assimilable à la beauté intérieure qui répandait ses effluves à l’entour de nous. Je pense que la beauté intérieure et celle de l’ extérieure sont une. Cette dernière ranime celle de l’intérieur et plus la beauté intérieure est ravivée, plus les éclats de la beauté extérieure exercent leurs miroitements sur nous.
    Par ses mauvaises pensées, son mauvais comportement et par ses actions discordantes, l’homme se soustrait à l’enchantement de la beauté qui s’exerce en lui et autour de lui. Il se soustrait également à l’intense et belle vie. Ce qui veut dire que, pour vivre heureux, l’homme n’a pas d’autre choix que de porter toujours à cœur le bien, le beau et le vrai. Ce qui peut s’apparenter à l’exhortation de Platon à ses disciples de vénérer le bien, le beau et le vrai.

  14. Valou

    Parler de beauté c’est parler de perfection. Toute personne qui vise à atteindre la perfection est pour moi celle qui tend vers la beauté. Cette personne une fois entrée dans cette voie développe toutes sortes de valeurs, des valeurs qui la placent parmi les plus belles de la société. Parlant de beauté extérieure, tout humain vient de Dieu. Donc on est tous beau, quelle que soit la couleur de peau.
    Seule la beauté intérieure pourrait nous conduire au chemin de la vérité.
    Cordialement!

  15. Nathalie L.

    Après réflexion je pense que la beauté naît de l’amour et de l’harmonie.
    La musique « adoucit les mœurs » dit-on, parce que les notes sont en concordance : dans des registres divers tels le rock ou le classique, des musiques ne vieillissent pas, non par hasard. Les livres, leur sujet et le choix des mots et tout ce qui fait la qualité littéraire, nous ravissent, nous éduquent et peuvent nous éclairer. Certains films réalistes et engagés attirent toujours mon attention parce qu’ils montrent la réalité de la vie qui est, et sur laquelle les hommes n’ont pas de prise totale – et j’y trouve du beau et du merveilleux…Ce sont autant de moyens qui apportent une harmonie et éveillent les sens par le biais des couleurs, sons, voix, mots qui enchantent la vie de l’homme un instant ou plus longtemps.
    Parce que la pratique de tous ces arts a pour intérêt à mon sens ce qu’ils donnent à voir, à sentir et à comprendre – du « beau » bien entendu !
    La beauté dans l’art est montrée avec plus de moyens et au plus grand nombre de nos jours : l’art s’est démocratisé – non plus réservé à une élite appréciant une belle œuvre – et cela est une belle évolution.
    Un bémol sur sa surconsommation : un art dispensé à outrance parfois dans certaines villes ou sur leurs murs – et l’on continue d’appeler encore de l’art ce qui ne l’est pas (parce que c’est laid ou dépourvu de sens) bien qu’il y ait aussi de bonnes idées à encourager– et puis un culte de l’artiste qui vend son nom et fait oublier ses toiles.
    A propos « des beaux corps, des belles âmes et des belles choses », selon les termes utilisés de Platon, je comprends que la beauté peut être extérieure et intérieure tout comme il existe l’amour populaire et l’amour céleste. Pour ma part, des beaux corps dépourvus d’âme belle sont moins attachants et intéressants ; et les corps « moins beaux » et pourvus de belles âmes ne cachent pas longtemps leur beauté intérieure.
    Le problème de l’image de soi et du jeu des apparences, extérieures et physiques donc – relève de ce qui nous échappe de la vie, du vide que crée l’incompréhension et de ce qui est disharmonieux dans notre âme et qui peut être à l’origine aussi des angoisses de l’homme, de la discorde, de la peur de vieillir et de celle de mourir.
    C’est pourquoi la création artistique est un des moyens et un sens donné à la beauté, laquelle viendrait nourrir le manque (d’amour). La beauté contribue à la concorde, rend une harmonie possible dans le partage et pour mieux vivre en société, et par le dessein caché de l’Amour véritable.
    Cette espérance-là de la vie de l’homme est la mienne aussi, même si elle est risquée.

  16. Philou

    Complètement d’accord avec tout ce qui a été dit ici.
    J’aime beaucoup le commentaire de Colette qui commence par une citation de Frank Zappa (il faut rendre à César ce qui est à César…). Cette vie, même si nous n’y comprenons pas toujours tout (et bien souvent rien !), est notre salle de classe et, pourvu qu’on veuille bien ouvrir nos yeux de l’intérieur, on peut y déceler à chaque instant toute la beauté de la Création. C’est notre travail et notre devoir afin de partager avec ce monde ce qui nous a été légué.

  17. Le Tigre

    La beauté : s’harmoniser avec la nature et l’Intelligence suprême.

  18. colette

    L’information n’est pas la connaissance. La connaissance n’est pas la sagesse. La sagesse n’est pas la vérité. La vérité n’est pas la beauté. La beauté n’est pas l’amour. L’amour n’est pas la musique. Mais la musique est la meilleure des choses. On la sent, on la goûte, on la touche. La vie est beauté. Admirons la ; elle est une éloquence muette et la beauté n’est qu’un piège tendu par la nature à la raison. La beauté c’est la signature de Dieu. Cordialement.

  19. Lermite

    Si nous considérons que l’art a pour but d’exprimer sur le plan matériel et terrestre la beauté du monde spirituel et céleste, nous pouvons dire que le sage est à la fois artiste et oeuvre d’art. Il exprime les beautés du monde spirituel dans ses jugements et dans son comportement, dans tout ce qu’il est. Nous pourrions dire aussi que la beauté est une manifestation de la perfection. Ceci m’aide à comprendre pourquoi je n’ai jamais beaucoup aimer l’art. Il n’est pas toujours un moyen d’exprimer. Il est plus souvent un moyen d’expression et même de défoulement.
    Oui, la beauté de la nature… Cette oeuvre d’art que le Créateur a façonnée de ses propres mains et de laquelle nous faisons tous partie. Après avoir abimé cette oeuvre, il faudrait maintenant nous appliquer à la restaurer. Il nous faudrait comprendre que, tôt ou tard, nous récolterons les fruits de cette désolation que nous semons jour après jour. La première fois que je suis arrivé face à des centaines d’hectares de forêt passée au rasoir, ce fut un choc. En l’espace d’une seconde je passais de la Beauté à la Laideur. Mince consolation, quelques kilomètres plus loin, il y avait des planteurs qui reboisaient.
    Je pense qu’il y a deux aspects à la beauté. La beauté de ce que nous regardons et la beauté du regard avec lequel nous regardons les choses. Ce deuxième aspect contribue pour beaucoup à faire ressortir le premier aspect, à voir que “ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.”

  20. Anne-Marie K

    Je crois que nous avons tous tendance à avoir un esprit plus ouvert et neutre envers la nature qu’envers nous-mêmes et nos semblables, même si nous ne pouvons pas qualifier tous les éléments de la nature comme « beau ». Peu d’entre nous peuvent s’émerveiller en voyant une araignée ou observant un requin déchirer sa proie. En effet, une constellation harmonieuse émanant de surcroit paix, amour et sécurité conduisent à la découverte de la beauté. Il ne s’agit donc pas d’une beauté superficielle car celle-ci évoque seulement une sensation volatile. Par contre la vraie beauté provoque un sentiment profond et durable qui va droit au cœur pour atterrir dans l’âme.
    Comme vous l’avez si bien décrit, la beauté apparait lorsqu’une certaine perfection extérieure est unifiée avec la dimension métaphysique.
    Malheureusement, l’ouverture d’esprit envers nos semblables laisse à désirer, car maintes sont les « dictons de la beauté physique » d’une part émis par la société, certains individus ou organismes, et d’autre part ancrés dans le subconscient car issus de notre programme individuel et collectif. Viennent en plus les définitions de la nature procréatrice innées et intégrées depuis la préhistoire et non validées dans la conscience actuelle plus évoluée. Afin de découvrir la vraie beauté d’autrui, il faut se libérer de toutes ces influences, prendre du « recul », s’ouvrir avec la même ouverture d’esprit que nous voyons la nature et recevoir à cœur ouvert.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

*

Articles récents
Articles similaires