A propos de la Conscience cosmique

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Dans la plupart des livres de référence, le mot «cosmique» est défini comme «ce qui est relatif à l’univers, à l’espace intersidéral», ce qui donne à ce mot une connotation plutôt scientifique. Dans les enseignements rosicruciens, il est employé depuis des siècles, tantôt comme nom, tantôt comme adjectif. Dans le premier cas, il désigne le cosmos, non seulement en tant qu’«univers organisé» (au sens littéral du terme), mais également en tant que «monde spirituel». Dans le second cas, il est synonyme d’«universel» et sert notamment à qualifier l’Âme qui imprègne l’univers et que l’on appelle indifféremment «Âme universelle» ou «Âme cosmique».

D’un point de vue rosicrucien, l’univers ne se limite pas aux milliards de galaxies qui le composent, avec leurs milliards de soleils, de planètes et d’astres en tous genres. Autrement dit, il ne se réduit pas à son aspect matériel, aussi majestueux, merveilleux et mystérieux soit-il. Comme indiqué précédemment, il est imprégné d’une Âme cosmique, laquelle possède un attribut de même nature : la Conscience cosmique (ou universelle). Cette notion est très ancienne, puisque les philosophes de la Grèce antique s’y référaient déjà sous les noms d’«Éther» ou de «Noùs», et ceux du Moyen-Âge puis de la Renaissance à travers l’expression «Anima Mundi» (Âme du Monde). C’est là un concept spiritualiste que la science actuelle peine encore à admettre.

À l’instar de l’Âme universelle, dont elle est l’attribut majeur, la Conscience cosmique imprègne les plans visibles et invisibles de la Création. Bien que cela soit difficile à concevoir intellectuellement, cette Conscience, en raison même de son origine et de sa nature divines, est à la fois parfaite et omnisciente. C’est ce qui explique pourquoi l’univers, au-delà de l’extraordinaire activité dont il est le théâtre permanent – explosions cosmiques, déplacements des galaxies, morts et naissances d’étoiles, mouvements des planètes – est un espace (fini ou infini) organisé, régi par l’ordre et l’harmonie.

Étant donné que la Conscience cosmique imprègne toute la Création, elle est présente également en toute forme de vie. Sur Terre, elle s’exprime à travers la nature et les différents règnes qui la composent : minéral (considéré comme non vivant par la science, il contient pourtant les germes de la vie), végétal et animal. Là encore, c’est ce qui explique pourquoi ces différents règnes sont régis par des lois que l’on peut qualifier d’«intelligentes» et qui font l’admiration des scientifiques comme des mystiques. Et là aussi, chacun est à même de constater qu’au-delà des apparences – éruptions volcaniques, tremblements de terre, tempêtes, changements de saison, migrations animales, relations prédateurs/proies, etc. – la nature fait naître en nous un sentiment d’ordre et d’harmonie.

Du fait que l’être humain se situe au niveau le plus élevé de la vie sur Terre, c’est à travers lui que la Conscience cosmique s’exprime le mieux et manifeste le plus grand nombre des attributs qui lui sont propres. Comme cela est expliqué en détails dans les enseignements de l’A.M.O.R.C., elle le fait à travers quatre niveaux de conscience majeurs : objectif, subjectif, subconscient et cosmique. Cela veut dire que chacun de nous possède virtuellement la perfection et l’omniscience de la Conscience cosmique ; charge à nous «d’en prendre conscience» et de la manifester à travers nos pensées, nos paroles et nos actions. En fait, c’est ce processus d’évolution spirituelle qui justifie notre présence ici-bas.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+