A propos de l’optimisme

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

En application de leur philosophie, les Rosicruciens s’efforcent de devenir meilleurs dans leur comportement et d’éveiller des qualités telles que l’humilité, l’intégrité, la générosité, la tolérance, etc. En cela, ils sont des adeptes de ce que l’on désigne en mysticisme sous le nom d’«alchimie spirituelle», laquelle, comme son nom l’indique, désigne la contrepartie spirituelle de l’alchimie matérielle que pratiquaient les alchimistes d’antan, et dont le but était de transmuter les métaux vils en or. Rien ne prouve d’ailleurs qu’ils y soient réellement parvenus, tant le processus à suivre était complexe, depuis la première étape (obtention de la Materia Prima), jusqu’à la dernière (réalisation de la Pierre Philosophale).

S’il est à la fois utile et nécessaire d’éveiller les qualités (ou vertus) qui font la dignité de tout être humain, il est très important également de cultiver des attitudes mentales positives. L’une d’elles est l’optimisme qui, par définition, est «la disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté». Tout être humain, en raison de sa nature profonde, de son caractère, de son tempérament et de son vécu est plus ou moins optimiste ou, ce qui revient au même, plus ou moins pessimiste. Cela étant, nous pouvons tous apprendre à faire preuve d’optimisme, non seulement dans le cadre de notre vie personnelle, mais également dans notre vision du monde en général.

Comme chacun sait, de nombreux pays sont confrontés à une crise économique et sociale majeure, ce qui contribue à créer un climat anxiogène et à favoriser le pessimisme. Il est vrai également que les médias ont tendance à mettre en exergue les évènements les plus négatifs de l’actualité. Dans ce contexte, nombre de personnes se sentent angoissées et se maintiennent dans une attitude mentale sclérosante. Or, la pensée est créatrice, en positif comme en négatif. Autrement dit, elle attire vers nous des circonstances, des situations et des événements qui sont en eux-mêmes positifs ou négatifs. C’est pourquoi il est si important de cultiver la “positive attitude”, c’est-à-dire l’optimisme.

Pour des raisons évidentes, il est plutôt facile d’être optimiste lorsque l’on est heureux en famille, que l’on est en bonne santé, que l’on exerce une profession qui nous plaît, que l’on bénéficie de bonnes conditions matérielles… À l’inverse, le manque d’amour et d’affection, la maladie, le chômage, la précarité, voire la pauvreté, incitent au pessimisme. Il faut donc que les personnes qui ont de bonnes raisons d’être heureuses aient pleinement conscience de la chance qu’elles ont, et encouragent celles qui n’ont pas cette chance à faire preuve néanmoins d’optimisme. Mieux encore, l’idéal est de les aider concrètement à surmonter leurs difficultés.

Comme vous l’aurez compris à travers ces quelques explications, l’optimisme est une attitude mentale positive que l’on doit, non seulement éveiller pour soi-même, mais également mettre au service des autres et de la société en général. Dans cette perspective, être optimiste, notamment pour ceux et celles qui sont comblés par la vie, est à la fois une attitude citoyenne et un devoir civique. Il ne fait pour moi aucun doute que si chacun, à son niveau et comme il le peut, s’évertuait à avoir cette attitude et à s’acquitter de ce devoir, les choses iraient infiniment mieux pour tous…

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+