A propos des anges

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme vous le savez, la notion d’ange est très présente dans les religions, notamment dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. D’après ces religions, il s’agit d’entités spirituelles que Dieu émana de Lui-même au commencement des temps et auxquelles Il attribua une fonction précise au sein de la Création. Etant pures et parfaites, ces entités Le serviraient sans condition et veilleraient à ce que tous Ses décrets soient appliqués. Indépendamment de cette fonction, Il utiliserait certains d’entre eux comme messagers entre Lui et les hommes. C’est ainsi qu’un ange serait apparu à Agar, l’épouse d’Abraham, pour lui annoncer la naissance d’Ismaël ; l’ange Gabriel aurait fait de même pour dire à Marie qu’elle enfanterait Jésus ; c’est ce même ange qui aurait dicté le Coran à Mahomet, etc.

Dans un texte intitulé  La Hiérarchie Céleste, Denys l’Aréopagite, membre de la haute cour de justice d’Athènes, converti au Christianisme par saint Paul, fait état de neuf chœurs angéliques et indique le rôle que Dieu leur aurait confié dès les origines de la Création. Sans doute connaissez-vous ces chœurs, dont voici les noms pour rappel : les anges, les archanges, les principautés, les puissances, les vertus, les dominations, les trônes, les chérubins et les séraphins, lesquels seraient les plus proches du Centre divin. Cette classification est devenue une référence dans la Tradition judéo-chrétienne.

Si je suis convaincu que le monde invisible est peuplé d’entités spirituelles, l’approche religieuse des anges, que je respecte au demeurant, me semble quelque peu anthropomorphique, à l’image de ce que la plupart des religions disent à propos de Dieu. En ce qui me concerne, je vois plutôt en eux des plans de conscience successifs, étant entendu que ces plans “angéliques“ sont les plus élevés parmi ceux qui s’interpénètrent dans la Conscience cosmique. Par la prière et la méditation, l’homme peut s’élever vers eux et bénéficier de leur influx mystique, avec tout ce qui en résulte en termes de protection, de régénération et d’inspiration.

Qu’en est-il maintenant des anges gardiens ? D’après certaines religions, il s’agirait d’entités spirituelles chargées par Dieu lui-même de veiller au quotidien sur chacun d’entre nous. Bien que chacun soit libre de croire cela et d’y puiser un certain réconfort, l’idée que je me fais de l’ange gardien est tout autre. En fait, je pense qu’il s’agit de l’âme qui nous anime. Etant donné qu’elle est d’origine et de nature divines, elle ne demande qu’à nous guider et nous protéger au moyen des facultés qui lui sont propres, parmi lesquelles l’intuition et la prémonition. Cela suppose naturellement d’admettre son existence, de se confier à elle, et de l’écouter à travers ce que l’on appelle communément la « voix de notre conscience ».

Si l’angélologie ne fait pas partie de l’enseignement rosicrucien, elle est étudiée en profondeur dans l’Ordre Martiniste Traditionnel, parrainé depuis le début du XXe siècle par l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix. Rappelons en effet que l’O.M.T. se donne pour mission de perpétuer l’ésotérisme judéo-chrétien, lequel intègre depuis toujours la notion d’ange.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+