A propos du voyage astral

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Dans la littérature ésotérique, il est fait assez souvent référence à une pratique désignée sous le nom de «voyage astral». En quoi consiste-t-elle ? Telle qu’elle est présentée dans les écrits qui s’y réfèrent, cette pratique consiste à sortir en conscience de son corps physique et à se déplacer dans l’espace au moyen du plan astral. Toute personne qui y parvient se rendrait ainsi en des lieux très éloignés de l’endroit où elle se trouve physiquement, et percevrait tout ce qui s’y déroule, avec autant d’acuité que si elle y était réellement.

Une telle chose est-elle vraiment possible ? La réponse est «oui». Le voyage astral fait d’ailleurs partie des pratiques enseignées dans l’un des degrés de l’A.M.O.R.C., sous le nom de «projection psychique». Sans entrer dans les détails, elle est fondée sur le fait que tout être humain possède en lui un corps psychique, lequel peut être projeté hors du corps physique. Grâce à une telle projection, il est effectivement possible de « voir » et d’ »entendre » ce qui se passe à l’endroit où l’on se trouve psychiquement. Cela étant, une telle faculté est très difficile à maîtriser, même partiellement.

Une mise en garde me semble nécessaire en relation avec le voyage astral. Contrairement à ce que certains prétendent, cette faculté ne permet pas de transcender le temps et, par exemple, de se projeter en Israël à l’époque où vivait Jésus, et de « voir » comment il vivait, prêchait, etc. Lorsqu’on la maîtrise parfaitement, on peut uniquement s’affranchir de l’espace. Aussi, prenons un exemple : en admettant que vous vous projetiez aujourd’hui dans tel quartier de Jérusalem à telle heure, vous percevrez psychiquement ce qui s’y déroule aujourd’hui à la même heure, et non ce qui s’y déroulait hier, il y a une semaine, un an, un siècle, etc.

Certes, il est possible de remonter en conscience dans le temps, au moyen, non pas de la projection psychique, mais d’une autre faculté connue des Rosicruciens sous le nom d’«harmonisation akashique». En effet, l’univers ne se limite pas à un ensemble de galaxies, de soleils, de planètes et astres divers. Il est imprégné d’une Conscience (universelle) qui possède un attribut : la Mémoire (universelle), appelée également «Archives akashiques» dans la tradition orientale. Or, cette Mémoire universelle contient le passé, non seulement de l’univers, mais également de la Terre et de l’humanité. Quiconque parvient à s’harmoniser avec elle peut donc avoir accès à ce passé. Comme la projection psychique, l’harmonisation akashique est une pratique très difficile à maîtriser.

S’il est un fait que l’enseignement rosicrucien intègre des pratiques comme la projection psychique, l’harmonisation akashique, la vibroturgie, la télékinésie, la radiesthésie, etc., n’en déduisez surtout pas que ces pratiques, que certains qualifieraient d’occultes, de parapsychologiques, d’extrasensorielles, etc., constituent l’essentiel de cet enseignement ; elles n’en représentent qu’une petite partie, et pas la plus importante. En effet, le but fondamental du rosicrucianisme n’est pas d’acquérir des “pouvoirs” psychiques ou autres, mais de mieux se connaître soi-même, de mieux comprendre le sens profond de l’existence, et de mieux maîtriser sa vie. En un mot, la quête rosicrucienne est avant tout philosophique.

                                                                                     Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+