À propos des âmes sœurs

Les âmes sœurs, dans le langage populaire

L’expression « âmes sœurs » est souvent employée dans le langage populaire pour désigner deux personnes, généralement de sexe opposé, qui vivent ensemble et qui s’entendent très bien. Autrement dit, elle est utilisée pour traduire l’idée que deux conjoints sont bien assortis et forment un couple uni. Par extension, il est assez courant d’entendre dire, à propos d’un homme ou d’une femme célibataire, qu’il ou elle est en quête de l’âme sœur, ou encore qu’il ou elle attend de rencontrer l’âme sœur pour se marier ou se mettre en couple. En pareil cas, ce n’est pas vraiment la dimension spirituelle de la notion d’âme sœur qui prévaut dans l’esprit des gens, mais plutôt l’idée courante qu’elle véhicule, dans son approche “profane”.

L’influence du langage religieux

Vous avez certainement noté que même des athées emploient parfois l’expression « âme sœur », alors qu’ils sont censés ne croire ni en l’existence de Dieu ni en celle de l’âme. En fait, nombre de personnes emploient couramment des termes à connotation religieuse ou mystique, sans en être vraiment conscientes et parfois sans en comprendre le sens littéral comme symbolique. À titre d’exemples, il est assez fréquent d’entendre dire : « cette personne est gentille comme un ange », « cet individu est diabolique », « cette femme est la bonté incarnée », « il a le diable au corps », « il a le feu sacré », « elle pleurait comme une Madeleine », « il n’est pas en odeur de sainteté », etc. C’est bien la preuve de l’influence que les religions ont exercée et exercent encore sur les mentalités, le langage et les mœurs.

Les âmes sœurs, d’un point de vue rosicrucien

Pour les Rose-Croix, l’expression « âme sœur » désigne également deux personnes qui s’entendent très bien, cette entente s’expliquant réellement par le fait que leurs âmes respectives sont en pleine harmonie de conscience. Il faut préciser que de telles âmes ne sont pas nécessairement celles de deux conjoints. Il peut s’agir d’une mère et de l’un de ses enfants, d’un frère et d’une sœur, d’un grand-père et de l’un de ses petits-enfants, mais aussi d’un cousin et d’une cousine, d’un oncle et de son neveu, etc. En fait, toutes les combinaisons sont possibles dans ce domaine, d’autant plus qu’elles ne sont pas limitées à deux âmes exclusivement et qu’elles ne sont liées aucunement au sexe des personnes concernées. Par ailleurs, elles peuvent dépasser le cadre purement familial et correspondre à des ami(e)s.

Famille de sang et famille d’âmes

Contrairement à ce que l’on pourrait penser a priori, des âmes sœurs ne font donc pas obligatoirement partie d’une même “famille de sang”. En revanche, on peut dire qu’elles appartiennent à une même “famille d’âmes”, ces deux “familles” pouvant d’ailleurs coïncider en (grande) partie. En règle générale, ce sont des âmes qui se connaissaient très bien avant de se réincarner et qui ont déjà partagé une ou plusieurs vies, que ce soit ou non en tant que membres d’une même “famille de sang”. De même, il est possible sinon probable qu’elles poursuivent d’autres incarnations ensemble, là encore dans le même cercle familial ou non. Le “hasard” fera alors que la vie les rapprochera à nouveau et qu’elles seront mises en présence les unes des autres.

« Tous les êtres humains forment une seule et même famille d’âmes »

Dans son application la plus large, la notion d’âme sœur s’étend à toute l’humanité. En effet, toutes les âmes incarnées sur Terre proviennent de l’Âme universelle. En raison de leur origine et de leur nature, elles sont donc sœurs. Ce qui les différencie, c’est leur degré d’évolution spirituelle et le corps physique qu’elles animent, avec toutes les variantes qui en résultent en termes de race, de sexe, de morphologie, etc. Quoi qu’il en soit, tous les êtres humains forment une seule et même famille d’âmes. Malheureusement, nous ne sommes pas suffisamment nombreux à le savoir et à le vivre, ce qui explique, non seulement les conflits et les guerres qui ravagent le monde, mais également le fait que beaucoup ont tendance à rejeter ceux qui ne font pas partie de leur “famille de sang”, de leur groupe, de leur ethnie, de leur communauté, de leur pays, etc.

La Fraternité humaine

Comme cela est expliqué dans l’Ordre de la Rose-Croix, tous les êtres humains sont liés par leur origine spirituelle et partagent la même destinée, à savoir prendre graduellement conscience de leur nature divine et, à l’issue de ce processus évolutif qui opère de vie en vie, réintégrer définitivement l’Âme universelle d’où elles ont émané au commencement des temps. La Fraternité humaine n’est donc pas une vue de l’esprit, mais une réalité ontologique qui résulte du fait que nous sommes tous et toutes des âmes sœurs, au sens le plus mystique de cette expression. C’est pourquoi les spiritualistes en général et les Rose-Croix en particulier considèrent que la Terre est leur pays commun et que toute l’humanité est leur famille.

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Articles récents
Articles similaires