Trop souvent, l’Ordre de la Rose-Croix est assimilé à une religion, tout du moins par des personnes qui ne prennent pas le temps de savoir ce qu’il en est vraiment. Il est vrai que le mot « Rose-Croix » peut induire en erreur, car la croix est a priori un symbole religieux. Plus précisément, elle est généralement associée à la religion chrétienne et à toutes les mouvances auxquelles elle a donné naissance au cours des siècles. À ce propos, il faut rappeler que le symbole des premiers Chrétiens n’était pas une croix, mais un poisson, désigné en grec sous le nom de « Ichtus ». En fait, c’est lors du Concile de Nicée, tenu au IVe siècle de notre ère, que les Pères de l’Église chrétienne ont décidé de remplacer ce symbole par une croix, en référence à la crucifixion de Jésus. Depuis, la plupart des gens, tous pays confondus, l’associent systématiquement au Christianisme.

La Rose-Croix n’est pas un symbole religieux. 

Pour les membres de l’A.M.O.R.C., la croix n’a aucune connotation religieuse et n’a aucun lien avec le Christianisme. Dans ce symbole, la croix représente pour eux le corps de tout être humain, à l’image de la position qui est la nôtre lorsque nous nous tenons debout, les bras tendus à l’horizontale et les jambes serrées l’une contre l’autre ; ses douze lobes symbolisent les douze degrés de l’enseignement rosicrucien. Quant à la rose, placée au centre, elle représente l’âme humaine en voie d’évolution. Si elle est rouge, c’est parce que cette couleur est traditionnellement celle de l’amour et, par extension, celle de la sagesse. Ainsi donc, la Rose-Croix, dans son ensemble, est un symbole traditionnel et universel qui représente la dualité de tout être humain. Vue sous cet angle, tout croyant, qu’il soit Chrétien, Juif, Musulman, Bouddhiste… ou sans religion pourrait faire sien ce symbole. 

D’une manière générale, une religion réunit cinq critères majeurs : 1) Elle prône l’existence de Dieu et fait de Lui un objet de vénération, voire d’adoration. 2) Elle est fondée sur la vie et l’œuvre d’un prophète, d’un messie ou d’un sage. 3) Elle s’appuie sur un livre qu’elle considère comme sacré (Bible, Coran, Tripitaka, Upanishad…). 4) Elle dispense un code moral et doctrinal à caractère dogmatique. 5) Elle comporte des lieux où les croyants se réunissent régulièrement (églises, synagogues, mosquées, temples…). Ces cinq caractéristiques sont le propre de ce que l’on désigne communément sous le nom de « religiosité », telle qu’elle s’exprime à travers les grandes religions actuelles (Christianisme, Judaïsme, Islam…) et les mouvements religieux dérivés.

Le Rosicrucianisme est une quête purement spirituelle 

La spiritualité rosicrucienne, quant à elle, ne se rattache pas à un prophète, un messie ou un sage ; elle n’est pas fondée sur un livre considéré comme sacré ; elle ne véhicule aucune croyance dogmatique, tant du point de vue doctrinal que moral. Par ailleurs, s’il est un fait que les Rosicruciens admettent l’existence de Dieu, ils ne voient pas en Lui un Être anthropomorphique, mais une Intelligence absolue et impersonnelle. Bien que cette Intelligence soit inconnaissable, Elle se manifeste dans l’univers, la nature et l’homme au moyen de lois que l’on peut qualifier de « divines », au sens de lois naturelles, universelles et spirituelles. Le Rosicrucianisme a notamment pour but de se familiariser avec ces lois et de vivre en harmonie avec elles, conditions essentielles pour être heureux et s’épanouir sur tous les plans.

Si l’Ordre de la Rose-Croix n’est pas une religion, il réunit des hommes et des femmes qui appartiennent à toutes les religions existantes, mais également qui n’en suivent aucune, comme c’est le cas de la grande majorité des Rosicruciens de la génération actuelle. Contrairement à leurs Aînés, la plupart d’entre eux n’ont pas été éduqués dans une religion particulière, et c’est une quête purement spirituelle qui les a conduits à s’affilier à l’A.M.O.R.C. Étant donné que son enseignement est dénué de tout dogme, il convient parfaitement à leur état d’esprit et à leur désir de bien-être, de connaissance et de sagesse. En outre, il est intéressant de noter que nombre d’entre eux y ont accès par le site études internet, ce qui prouve que tradition et modernité ne sont pas incompatibles.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 
error: Alerte: Contenu protégé

Partager

Partager avec vos amis !