À propos de l’intégrisme et du fanatisme religieux

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme chacun sait, les religions ont toujours généré parmi leurs fidèles des comportements intégristes et fanatiques. S’il en est ainsi, c’est parce que chacune a tendance à revendiquer le monopole de la Foi et de la Vérité, à l’exclusion des autres. Par ailleurs, elles sont fondées sur des dogmes, c’est-à-dire sur des croyances auxquelles on doit adhérer “aveuglément” et qui ne sauraient être remises en question. De ce fait, elles favorisent malgré elles l’intolérance et l’intransigeance, deux faiblesses majeures que l’on trouve à l’origine de l’intégrisme et du fanatisme religieux.

Si les religions sont respectables dans ce qu’elles offrent de meilleur à leurs fidèles pour vivre paisiblement leur foi, l’histoire est jalonnée d’événements dramatiques causés par les comportements intégristes et fanatiques de certains d’entre eux, y compris parmi leurs plus hauts dirigeants. À un moment ou à un autre, la plupart ont exhorté à faire la guerre aux “païens” et aux “infidèles”, soit disant au nom et à la demande de Dieu Lui-même. Ceci est d’autant plus incompréhensible et injustifiable que les Livres sacrés sur lesquels elles reposent condamnent la haine, la violence, la vengeance, le meurtre, etc.

Que faire pour lutter contre l’intégrisme et le fanatisme religieux ? En premier lieu, il faut que les fidèles acceptent l’idée que la religion qu’ils suivent ne détient pas le monopole de la Foi et de la Vérité, et même qu’elle peut être dans l’erreur sur certains points de doctrine et de morale. Cela suppose qu’ils cultivent ces deux vertus fondamentales que sont la tolérance et l’esprit critique. En second lieu, il faut que ses dirigeants, notamment ceux qui exercent les fonctions les plus élevées dans sa hiérarchie, soient les premiers à condamner fermement et sans appel tout crime, tout meurtre et tout attentat commis par un intégriste ou un fanatique qui s’en réclame. Or, ils tardent trop souvent à le faire et manquent généralement de fermeté dans leur condamnation.

Lorsqu’un attentat ou un assassinat est commis par des intégristes ou des fanatiques religieux, il est normal et même nécessaire que les dirigeants politiques condamnent de tels actes et expriment leur indignation, car les victimes sont avant tout des citoyens. Cela étant, leur prise de position, aussi argumentée et éloquente soit-elle, ne peut avoir autant d’impact et d’influence qu’une condamnation prononcée par les responsables de la religion impliquée malgré elle. Parfois même, elle est mal perçue par certains fidèles, qui voient en elle une stigmatisation de cette religion ou une incursion de la politique dans le domaine religieux. En ce qui me concerne, je pense qu’il devrait y avoir dans ce domaine un consensus impliquant tous les courants politiques et toutes les religions.

Sans vouloir porter atteinte à l’une quelconque des religions, d’autant qu’il y a des Rosicruciens chrétiens, juifs, musulmans, etc., je pense également qu’elles devraient “réviser” leur doctrine et leur morale, et supprimer de leur credo ou actualiser les points qui sont devenus caduques avec le temps, que ce soit en raison des progrès de la science ou de l’évolution des mentalités. Cela éviterait que certains fidèles s’y réfèrent pour justifier des jugements et des comportements intégristes ou fanatiques. Malheureusement, la plupart des religions s’y refusent, ce qui tend à prouver l’aspect dogmatique de leurs enseignements.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+