Rose-Croix et magie

Par définition, la magie est fondée sur la croyance selon laquelle il existe des êtres, des entités et des forces que l’on peut utiliser pour agir sur le monde matériel et sur les humains incarnés ici-bas. Dans ce but, le magicien utilise des pratiques occultes allant de l’incantation à l’évocation, en passant par l’usage d’amulettes, de figurines, d’effigies, de symboles dits magiques, etc. Cela suppose qu’il possède des pouvoirs dont le commun des mortels ne dispose pas. C’est pourquoi il est à la fois craint et respecté par ceux qui le connaissent et font appel à lui pour des raisons diverses. C’est le cas notamment en Afrique, où la magie fait partie des mœurs et conditionne les comportements. C’est vrai aussi dans certains pays d’Europe, où les pratiques magico-religieuses sont courantes dans certaines communautés.

La magie

Dans les pays et les régions où la magie fait partie des mœurs, elle se divise en deux tendances : la « magie noire » et la « magie blanche ». Comme chacun sait, la première a une connotation négative, car elle a généralement pour but de nuire à quelqu’un : le rendre malade, voire le faire mourir ; anéantir ses récoltes ou son troupeau ; lui attirer des épreuves diverses, etc. La seconde, au contraire, a une connotation positive, en ce sens qu’elle a pour objectif de venir en aide à autrui : le guérir d’une maladie ; réaliser un vœu qui lui est cher ; le protéger contre l’adversité ; attirer la prospérité sur lui, etc. C’est pourquoi on parle aussi de « magie négative » et de « magie positive ». Dans le premier cas, le magicien est censé faire appel à des forces, des entités ou des êtres malveillants, bienveillants dans le second cas.

D’un point de vue rosicrucien, la magie noire repose sur des croyances superstitieuses n’ayant aucun fondement ontologique. En effet, aucun être humain n’a le pouvoir de nuire à autrui au moyen de pratiques dites “magiques”, quel qu’en soit le support. Ceux qui prétendent détenir un tel pouvoir se mentent à eux-mêmes et abusent de la crédulité des gens superstitieux. En réalité, leurs pratiques maléfiques (envoûtement, ensorcellement…) n’ont pas d’autre effet que celui qu’on leur attribue. Cela veut dire que quiconque ne croit pas à leur efficacité n’a rien à craindre d’elles et ne doit pas les redouter. Par extension, se munir d’amulettes ou d’objets dits de “protection” pour contrer un envoûtement ou un sortilège n’est pas plus efficace. C’est répondre à une superstition par une autre superstition.

Rose-Croix et magie

Conformément aux explications précédentes, les membres de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix ne s’adonnent jamais à des pratiques de magie noire, d’une part parce qu’ils savent qu’elles n’ont aucune efficacité, et d’autre part parce qu’elles sont contraires à leur éthique. En revanche, et à défaut d’un meilleur terme, ils s’adonnent à la « magie blanche ». Autrement dit, ils utilisent le pouvoir de la pensée pour faire le bien, selon une méthode qui leur est propre. En effet, s’il est vrai que ce pouvoir est inexistant pour faire le mal, il est très efficace pour venir en aide à autrui et l’assister spirituellement. Cela s’explique par le fait que les pensées positives, contrairement aux négatives, “voyagent” dans l’espace et agissent positivement sur les personnes qu’elles atteignent.

L’assistance spirituelle n’est pas la seule pratique mystique (et non magique) employée par les Rosicruciens. Ils utilisent aussi la méditation, la création mentale, la perception psychique, le magnétisme, l’harmonisation astrale… Toutes ces pratiques sont fondamentalement bienveillantes et reposent sur l’application de lois naturelles, alors que la magie est supposée faire appel à des principes surnaturels. En réalité, ce que certains appellent le « surnaturel » n’existe pas, car il n’y a rien au-dessus de la nature, si ce n’est Dieu en tant qu’Intelligence absolue et impersonnelle. Or, cette Intelligence se manifeste elle-même dans la Création au moyen de lois « divines », au sens de lois, non seulement naturelles, mais également universelles et spirituelles. Et ce sont ces lois qui méritent notre intérêt, et non les prétendus pouvoirs des magiciens.

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin