A propos des origines de l’humanité

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Si l’on en croît la plupart des religions, l’humanité provient d’un couple originel, assimilé à Adam et Ève dans l’Ancien Testament. Ainsi, de génération en génération, les descendants de ce couple primitif aurait peuplé la Terre, jusqu’à donner naissance à tous les hommes et toutes les femmes qui ont vécu et vivent encore ici-bas. Selon cette généalogie religieuse, chacun de nous remonterait aux mêmes parents originels, ce qui veut dire que nous serions tous et toutes des frères et sœurs de sang. Bien que chacun soit libre d’adhérer à cette explication que les religions donnent aux origines de l’humanité, elle ne peut satisfaire quiconque réfléchit par lui-même et fait abstraction des dogmes religieux.

D’un point de vue rosicrucien, l’humanité n’est pas le résultat d’une succession de générations remontant à Adam et Ève, mais celui d’une évolution millénaire qui s’est produite à travers les différents règnes de la nature. Cette approche évolutionniste des choses va à l’encontre de ce que l’on appelle couramment le « créationnisme », théorie religieuse qui consiste notamment à dire que l’homme a été créé par Dieu tel qu’il est, le sixième jour de la Création selon la Bible. Bien que la logique et le bon sens devraient suffire à comprendre que cela n’a aucun fondement ontologique, des millions de croyants à travers le monde adhèrent encore à ce dogme. Pourtant, en ce début de XXIe siècle, comment peuvent-ils ignorer que se sont succédés sur Terre des hominidés tels que l’homme de Néandertal, l’homme de Cro-Magnon, etc., jusqu’à l’homme moderne ?

Si l’on remonte aux plus primitifs des hommes préhistoriques, il faut bien reconnaître qu’ils s’apparentaient davantage à des singes anthropomorphes qu’aux êtres humains actuels. Cela prouve que l’évolution a accompli son œuvre au fil des millénaires. Quoi qu’il en soit, la plupart des scientifiques s’accordent à dire, sinon que l’homme descend du singe, du moins qu’ils ont un ancêtre commun restant à déterminer. En ce qui me concerne, une telle idée ne me choque nullement, tant je suis convaincu qu’il n’y a pas et n’y a jamais eu de rupture entre les règnes végétal, animal et humain, ces trois règnes formant une continuité dans la chaîne de la vie et l’expression de la conscience.

Si l’homme a beaucoup évolué sur le plan physique, il a également beaucoup évolué sur le plan mental. De toute évidence, il n’y a aucune commune mesure entre l’intelligence qui était la sienne il y a 500 000 ans et celle dont il fait preuve aujourd’hui. Parallèlement, la conscience qu’il a de lui-même, des autres et de son environnement s’est considérablement affinée, ce qui ne veut naturellement pas dire qu’elle est parvenue au terme de son évolution. En effet, s’il est un fait que l’humanité a beaucoup progressé depuis qu’elle a émergé de l’animalité, il lui reste encore un très long chemin à parcourir avant d’atteindre le but qui justifie son existence, à savoir manifester sur Terre l’état de Sagesse, appelé «état de Rose-Croix» dans la Tradition rosicrucienne.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+