A propos de l’athéisme

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Par définition, l’athéisme est l’opinion de ceux et de celles qui nient l’existence de Dieu. Des enquêtes récentes ont établi que le nombre d’athées ne cesse d’augmenter dans les pays développés, notamment en Occident. Parmi les pays européens, c’est en France que cette augmentation est la plus rapide et la plus importante. Selon certains sondages rendus publics en janvier 2013, 30 % des Français se disent athées, ce que je déplore. Comme nombre de Rose-Croix, je pense en effet qu’une telle conversion à l’athéisme n’est pas une bonne chose.

Si de nombreux athées nient effectivement l’existence de Dieu, je pense que beaucoup d’entre eux ont été croyants, mais ne le sont plus suite à des épreuves qui les ont ébranlés, ou parce qu’ils n’adhèrent plus au credo de la religion qu’ils suivaient jadis et ne trouvent pas dans les autres de quoi raviver leur foi. Il y a également des athées qui n’ont jamais cru en Dieu, arguant le plus souvent que s’Il existait, il n’y aurait ni guerres, ni souffrances, ni injustices, etc., en ce monde. La plupart d’entre eux pensent que la vie n’a aucun sens et que Dieu est une invention des hommes destinée à entretenir l’espoir et expliquer l’inexplicable. Par extension, ils nient également l’existence de l’âme et pensent que la mort mène au néant.

Est-ce à dire qu’un athée est une personne nécessairement moins évoluée qu’un croyant ? Non. Le seul fait de croire en l’existence de Dieu et de l’âme ne suffit pas à rendre quelqu’un meilleur sur le plan humain. C’est ainsi que chaque jour, des Chrétiens, des Juifs, des Musulmans, des Bouddhistes, etc., se comportent mal, sans parler des fanatiques et des intégristes qui vont jusqu’à tuer au nom de leur foi. Inversement, il y a des non-croyants qui font preuve au quotidien de bienveillance, de tolérance, de non-violence, etc. Certains sont également très humanistes, car à défaut de croire en Dieu, ils croient en l’homme et sont convaincus qu’il peut exprimer le meilleur de lui-même et contribuer à l’avènement d’un monde meilleur.

S’il y a effectivement des intégristes et des fanatiques parmi les croyants, il y en a également parmi les athées. Dans leur genre, ils sont tout aussi dangereux que les “fous de Dieu”, car ce sont généralement des idéologues qui ne jurent que par le matérialisme et le rationalisme. Eux aussi sont capables de tuer au nom de leurs convictions. En règle générale, ils pensent que la spiritualité, sous toutes ses formes, est une hérésie, et que la combattre est une œuvre de salut public. En un mot, ce sont des laïcistes, avec tout ce que cela implique en termes d’intolérance et d’intransigeance. À leur manière, ils se livrent à la manipulation mentale, dans le but d’“athéiser” les consciences.

Certes, la religiosité a causé et cause encore des guerres, mais elle a contribué également à enrichir considérablement l’architecture, la littérature, l’art, la philosophie, etc. L’athéisme et le matérialisme, de leur côté, ont été beaucoup moins féconds, non sans avoir généré eux aussi des guerres. Par ailleurs, ils ont donné naissance à des systèmes socio-politiques liberticides et sans âme, fondés sur le désir de faire le bonheur des gens malgré eux. Dans ses «Pensées», Blaise Pascal a déclaré que «l’homme est un animal religieux». En le paraphrasant quelque peu, je dirai qu’il est d’essence spirituelle et qu’il a besoin de croire en “quelque chose” de transcendantal. L’athéisme est donc contre nature, ce qui explique pourquoi il ne peut rendre quiconque heureux durablement.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+