A propos de la voyance

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comme chacun sait, certaines personnes prétendent qu’elles sont capables de prédire l’avenir et en font profession. Désignées communément sous les noms de “voyants“ ou de “voyantes“, elles s’adonnent à leurs pratiques en utilisant des supports divers et variés : cartes, runes, boules de cristal, pendules, etc. À l’échelle de la planète, ce sont des millions de personnes qui consultent régulièrement ces voyant(e)s, avec l’espoir de savoir ce que le futur leur réserve sur le plan personnel, familial, professionnel, etc. Toutes les catégories socio-culturelles sont concernées, ce qui veut dire que l’intérêt porté à la voyance transcende les croyances religieuses, les idées politiques, le niveau d’études, l’éducation, etc.

La pratique consistant à “voir“ l’avenir a toujours existé. Depuis l’Ancienne Egypte jusqu’à nos jours, en passant par la Grèce et la Rome antiques ainsi que l’Europe du Moyen-Age, des personnes se sont employées à prédire le futur aux puissants comme aux gens du peuple. Dans l’Antiquité, cette pratique revenait essentiellement aux prêtres et aux prêtresses, qui disaient détenir ce don des dieux. Avec l’émergence des religions monothéistes, ces personnes furent considérées comme “hérétiques“ par les autorités religieuses, lesquelles affirmaient que Dieu n’avait accordé ce pouvoir qu’aux messies et aux prophètes envoyés par Lui, dans le cadre exclusif de leur mission parmi les hommes.

De nos jours, la voyance s’est “démocratisée“ et “laïcisée“, à tel point qu’il y a pléthore de voyant(e)s qui exercent leur art publiquement, non sans avoir recours à toutes les formes possibles de publicité : presse, radio, télévision, Internet. Est-ce à dire que tous sont réellement capables de prédire l’avenir à ceux qui viennent les consulter ? Bien sûr que non. La grande majorité d’entre eux en sont totalement incapables et se livrent au mieux à une manipulation psychologique du sujet, lequel “en a pour son argent“. Autrement dit, ils font commerce d’un don ou d’une faculté qu’ils ne possèdent pas.

La question qui se pose est de savoir s’il est possible de “voir“ l’avenir ? La réponse est «oui», mais c’est une entreprise difficile que très peu de personnes maîtrisent. J’ajouterai que celles qui ont réellement cette aptitude n’en font généralement pas commerce et gardent pour elles les “visions“ qu’elles peuvent avoir. Bien que cela soit difficile à comprendre intellectuellement, ce que nous appelons «Passé», «Présent» et «Futur» ne font qu’un dans la Conscience cosmique, car le temps ne s’applique qu’au monde matériel. En s’harmonisant intérieurement avec cette Conscience, il est possible d’avoir des impressions fugitives sur son propre avenir ou sur celui de telle personne, voire de l’humanité. Et pour cela, nul n’est besoin de recourir à une boule de cristal ou autre support.

S’il est possible de s’harmoniser avec la Conscience cosmique et d’avoir des “visions“ sur l’avenir, cette pratique mystique n’est pas une science, mais un art. Autrement dit, elle peut donner lieu à des erreurs d’interprétation, de sorte qu’il faut considérer ces “visions“ avec prudence et non avec certitude. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il n’est pas vraiment utile de chercher à connaître l’avenir, d’autant que dès lors qu’on le voit tel qu’il sera, il n’est plus possible de le changer s’il nous est défavorable. C’est pourquoi une prophétie n’en est une qu’à partir du moment où elle s’est réalisée. Le mieux, dans ce domaine, est d’agir aussi bien que possible dans le présent, de manière à nous forger un futur aussi conforme que possible à nos espérances. C’est ce que les Rose-Croix s’évertuent à faire au quotidien.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+