Pour un autre monde / Spiritualité – Humanisme – Écologie

Pour un autre monde / Spiritualité – Humanisme – Écologie : édité par Trajectoire (235 pages)

Écrit dans un langage simple, ce livre est une compilation de points de vue portant sur plus de cent thèmes, les uns concernant des notions purement philosophiques et mystiques, les autres des sujets sociétaux. D’une manière générale, il s’adresse à celles et ceux qui aspirent à un autre monde, fondé sur une vision spiritualiste, humaniste et écologiste de la société. Par extension, il constitue une base de réflexion et de méditation pour quiconque s’interroge sur lui-même et sur le sens profond de l’existence.

Extrait :

AVANT-PROPOS

Contrairement à la Franc-maçonnerie, à laquelle il est parfois comparé, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix est peu connu du public. Quant à ceux qui en ont entendu parler, ils ont tendance à penser qu’il s’agit d’un mouvement ésotérique ancré dans le passé et quelque peu « déconnecté » du monde actuel. Certes, sur le plan historique, il remonte au début du XVIIe siècle, et même à l’Égypte antique sur le plan traditionnel. Mais depuis son apparition, il a toujours été en adéquation avec son époque. Mieux encore, il est admis par les historiens de l’ésotérisme que les Rose-Croix ont souvent été précurseurs.

Depuis 1909, début de son cycle actuel d’activité, l’AMORC s’inscrit dans cette lignée. Autrement dit, il ne se limite pas à transmettre l’enseignement dont il a hérité du passé et qu’il ne cesse d’enrichir, notamment au moyen des travaux effectués au sein de l’Université Rose-Croix Internationale. Régulièrement, il publie également des textes à caractère sociétal, tant sur son site internet (www.rose-croix.org) que dans des journaux et des revues de premier plan. À titre d’exemple, la « Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’Homme » fut reproduite dans Le Monde en 2005.

Au cours des années passées, l’AMORC a publié d’autres textes sociétaux : une « contribution à la paix », un « plaidoyer pour une écologie spirituelle », une « charte des citoyens du monde »… qui ont été lus par des centaines de milliers de personnes à travers le monde. J’ai moi-même écrit plusieurs lettres ouvertes (aux parents, aux scientifiques, aux jeunes, aux athées, aux artistes, aux femmes, aux croyants…) et lancé plusieurs appels (à la non-violence, à la tolérance, à la décroissance…). Assurément, les rosicruciens se sentent concernés par la marche du monde et s’impliquent individuellement et collectivement pour le rendre meilleur.

Au XVIIe siècle, les Rose-Croix se firent connaître en publiant trois Manifestes, la Fama Fraternitatis en 1614, la Confessio Fraternitatis en 1615, et les Noces chymiques de Christian Rosenkreutz en 1616. Leur but, à travers ces Manifestes, fut d’interpeller leurs contemporains sur l’état (déjà) préoccupant de la société et d’en appeler à une Réforme universelle. Plus de quatre siècles après, l’AMORC a récidivé en publiant lui aussi trois Manifestes : la Positio Fraternitatis (2001), l’Appellatio Fraternitatis (2014), et les Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz (2016). L’objectif a été le même : attirer l’attention du public sur des sujets préoccupants pour l’avenir de l’humanité et mettre en lumière les menaces qui pèsent sur elle si elle persiste dans son manque de sagesse.

Il me semble utile de préciser que l’AMORC est reconnu d’utilité publique dans plusieurs pays, en raison notamment de sa contribution à la culture, à l’éducation et à la paix. Cette reconnaissance confirme la noblesse des idéaux qui animent les Rose-Croix depuis toujours. Pour vous en convaincre, il suffit de rappeler que Comenius (1592-1670), membre de la Fraternité rosicrucienne de l’époque, est considéré de nos jours comme le père spirituel de l’Unesco. Il est l’auteur, entre autres, d’un ouvrage magistral ayant pour titre La Consultation universelle, dans lequel il propose les principes de base sur lesquels devrait être fondée l’éducation, dans la perspective de donner naissance à une « nouvelle humanité », animée par la volonté de vivre dans le respect mutuel et la paix.

Comenius ne fut pas le seul personnage éminent à faire partie de l’ordre de la Rose-Croix ; d’autres, au cours de l’Histoire, en ont été membres ou furent en contact étroit avec lui. À titre d’exemple, ce fut le cas de Francis Bacon, Michael Maier, Robert Fludd, Élias Ashmole, René Descartes, Baruch Spinoza, Isaac Newton, Wilhem Leibniz, Benjamin Franklin, Goethe, Novalis, Nicolas Roerich… Tous ces penseurs et philosophes ont en commun d’avoir oeuvré à l’élévation des consciences et à l’amélioration de la condition humaine. L’AMORC compte toujours des personnalités éminentes dans divers domaines du savoir et de la culture, mais leur affiliation étant confidentielle, il ne m’appartient pas de révéler leur identité.

Naturellement, je n’ai nullement la prétention de me situer au niveau des penseurs et des philosophes auxquels je me suis référé précédemment. Je m’en sens même très éloigné, car je suis pleinement conscient de n’avoir ni leur intelligence, ni leur érudition. Mais il se trouve que j’assume depuis plusieurs années la fonction de Grand Maître et que je suis amené à m’exprimer sur des thèmes divers, le plus souvent à la demande des membres de l’AMORC, mais également de non-membres qui m’écrivent ou assistent aux conférences que je présente de temps à autre. Ce livre, précisément, est une compilation de points de vue que j’ai eu l’occasion de donner à propos de notions mystiques ou de sujets de société. Pour des raisons évidentes, tous sont traités sous l’angle de la philosophique rosicrucienne, laquelle est à la fois humaniste et spiritualiste.

Pourquoi le titre Pour un autre monde ? Parce que j’aspire, comme la plupart des rosicruciens, sinon tous, à un monde autre que celui dans lequel nous vivons, un monde nouveau, fondé sur une vision spiritualiste, humaniste et écologiste de la société. Or, tous les points de vue présentés dans ce livre, qu’ils concernent des notions mystiques (l’âme, le karma, la réincarnation…) ou des sujets de société (l’euthanasie, le don d’organes, la peine de mort…), sont traités dans cet esprit. Je pense en effet que si l’humanité veut se forger un bel avenir, elle doit faire sienne la devise : « Spiritualité Humanisme Écologie. » Il me semble évident que si elle poursuit sur le « modèle » actuel, elle se condamne à disparaître à moyen terme.

Si les explications données sur des thèmes mystiques reflètent l’enseignement de l’AMORC, celles qui concernent des sujets de société n’engagent que moi. Elles ne constituent donc pas une position officielle de l’Ordre, de ses dirigeants et de ses membres. Vous devez plutôt les considérer comme des points de vue personnels et en faire une base de réflexion, voire de méditation. L’une des caractéristiques de la philosophie rosicrucienne est d’être non dogmatique, à tel point qu’il est demandé à tout rosicrucien de toujours demeurer un « vivant point d’interrogation » à l’égard de ce qui lui est enseigné dans le cadre de son affiliation. Soyez vous aussi un penseur libre.

Une autre remarque me semble nécessaire : vous seriez dans l’erreur si vous en veniez à penser que telle explication de ma part s’inspire de telle idéologie politique. L’AMORC est totalement apolitique, ce qui explique pourquoi il compte parmi ses membres des hommes et des femmes ayant des opinions différentes, voire opposées, dans ce domaine. Soucieux de respecter cette règle que j’approuve sans réserve, je me fais un devoir de ne rien laisser paraître de mes convictions politiques, en supposant même que j’en aie. Ce qui m’anime dans le cadre de ma fonction, et dans ma vie en général, ce n’est pas la politique, mais la philosophie, au sens étymologique de ce terme, c’est-à-dire au sens d’« amour de la sagesse ». Ne vous méprenez pas : cela ne signifie aucunement que je suis un sage.

Dans le même ordre d’idée, l’AMORC réunit des membres appartenant à toutes les religions, mais également des personnes qui n’en suivent pas, notamment chez les jeunes. S’il en est ainsi, c’est parce qu’il n’est lié et ne se rattache à aucune d’entre elles, ce qui est mon cas également. À ce sujet, et contrairement à ce que l’on pourrait penser a priori, la Rose-Croix, son symbole, ne se rapporte pas au christianisme : la croix représente le corps physique de tout être humain, à l’image de la forme qu’il prend lorsque l’on se tient debout, les jambes serrées et les bras tendus à l’horizontale. Quant à la rose, placée au centre, elle symbolise son âme en voie d’évolution. Dans l’absolu, vous conviendrez certainement que tout spiritualiste pourrait faire sien ce symbole, tant il est universel et intemporel.

En lisant cet ouvrage, vous constaterez que les thèmes abordés ont été classés par ordre alphabétique. J’ai pensé que cela favoriserait d’éventuelles recherches de votre part. Par ailleurs, vous noterez que certaines explications se recoupent, ce qui est inévitable, car « tout est en tout ». J’ai bien conscience également qu’elles ne sont pas exhaustives et qu’elles mériteraient d’être développées. Mais par nature, je suis plutôt concis, ce qui n’est pas nécessairement un avantage. Quoi qu’il en soit, j’espère que vous en prendrez connaissance avec intérêt et qu’elles vous permettront de vous faire une bonne idée de la philosophie rosicrucienne et, par extension, du rosicrucianisme, qu’un auteur a qualifié de « joyau de la spiritualité occidentale ».

Dans cet avant-propos, je n’ai pas abordé l’histoire de l’AMORC, son enseignement, son fonctionnement, sa structure… Tel n’est pas le but de ce livre. Si vous souhaitez en savoir davantage à ce sujet, je vous suggère de vous rendre sur son site internet, où vous trouverez les explications souhaitées. Si vous prenez le temps de consulter le dossier de presse qui s’y trouve, vous constaterez que cet Ordre fraternel est ouvert sur l’extérieur et que c’est à juste titre qu’il est considéré dans le monde entier comme un mouvement philosophique respectable et respecté.

Avec mes meilleures pensées,

Serge Toussaint

Index des sujets traités

  • Alchimie spirituelle
  • Âme du monde
  • Amitié
  • Amour
  • Androgynat
  • Animaux
  • Après-vie
  • Argent
  • Avortement
  • Beauté
  • Big Bang
  • Bonheur
  • Compassion
  • Connaissance
  • Conscience
  • Consommation
  • Créationnisme
  • Critique
  • Croyances
  • Culture
  • Destin
  • Diable
  • Écologie
  • Écoute
  • Éducation
  • Égalité
  • Ego
  • Épreuves
  • Erreur
  • Espoir
  • Estime de soi
  • Éthique
  • Être humain
  • Euthanasie
  • Extraterrestres
  • Foi
  • Fraternité
  • Gentillesse
  • Géométrie sacrée
  • Harmonie
  • Hasard
  • Hermétisme
  • Histoire
  • Honneur
  • Humanisme
  • Humanité
  • Illusions
  • Immortalité
  • Indépendance
  • Individualisme
  • Intelligence
  • Intelligence artificielle
  • Intuition
  • Joie

  • Justice
  • Karma
  • Liberté
  • Libre arbitre
  • Livres sacrés
  • Loi d’attraction
  • Luxe
  • Matérialisme
  • Matière
  • Miracles
  • Modes
  • Mort
  • Naissance
  • Nationalisme
  • Nature humaine
  • Pardon
  • Péchés
  • Peine de mort
  • Peur
  • Philosophie
  • Pouvoir
  • Quatre éléments
  • Racisme
  • Rationalité
  • Résilience
  • Rêves
  • Rire
  • Sacré
  • Sacrifice
  • Sagesse
  • Santé
  • Science
  • Science des nombres
  • Secret
  • Soi
  • Solitude
  • Spiritualité
  • Superstition
  • Surpopulation
  • Symbolisme
  • Technologie
  • Temps
  • Théocratie
  • Théorie du complot
  • Tolérance
  • Transcendance
  • Transhumanisme
  • Unité
  • Univers parallèles
  • Utopie
  • Végétarisme
  • Vérité
  • Vieillesse
  • Violence